Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et si les cyclistes urbaines avaient aussi leur mot à dire ?

Peut-on circuler à vélo facilement à Poitiers avec un bébé et des courses ? D'après le témoignage que nous avons entendu place du Marché, la réponse est NON.

Samedi, nous avons croisé une jeune mère de famille près de la Poste place Notre Dame à Poitiers. Elle venait de faire ses courses et devait installer sa petite fille sur le siège à l'arrière du vélo. Un peu découragée, elle nous a expliqué que les appuis-vélos étant très souvent installés en pente, il lui était difficile de soulever l'enfant, le placer sur le siège, tout en maintenant l'équilibre du vélo qui a tendance à rouler dans la pente.

Vous me direz "Elle n'a qu'à stationner son vélo plus loin... sur un emplacement plat" OK Sauf que si portez un enfant plus les courses de la semaine, vous cherchez à vous garer au plus près.

Puis vient la rue de la Tranchée : à partir de la place Notre Dame,  il lui faut traverser toute la ville pour aller vers l'avenue de la Libération. L'itinéraire le plus direct pour un cycliste est la rue de la Tranchée. Mais cette rue est en sens unique (dans le sens entrant vers Poitiers) sans contresens cyclable.

Vous me direz "Elle n'a qu'à utiliser la voie conseillée, c'est à dire, le parc de Blossac". OK Sauf qu'à Blossac, il y a des escaliers. "Oui mais les escaliers sont équipés d'une glissière pour les vélos" OK mais pour l'avoir emprunté, je peux vous affirmer que j'y ai renoncé par peur d'être entraînée dans la chute par le poids de mon vélo. L'opération est déjà compliquée à vide, mais avec un bébé sur le siège arrière et des courses à l'avant ? Elle peut décharger les courses, le bébé, faire descendre le vélo, puis les courses, puis le bébé (qui attend bien sagement en haut des marches) et tout recharger en bas. Ben oui, c'est bien connu, les mères de famille ont une énergie débordante et n'ont rien d'autre à faire de leur journée.

De plus, le parc de Blossac est fermé la nuit : bon d'accord, la mère de famille ne fait pas ses courses la nuit. Mais rien ne lui interdit de se promener avec son bébé après 22h30 ou 21h30 en hiver ou avant 7h.

Quel itinéraire lui reste-t-il ? Le trottoir rue de la Tranchée, en espérant, ne pas se faire verbaliser et ne pas rencontrer de voitures stationnées sur le trottoir.

Grande discussion avec Mr Vocivélo car je regrette que les besoins des cyclistes urbaines (je pense aux mamans avec enfants et courses entre autres) soient si peu considérés. Selon lui, elles ne se font pas suffisamment entendre. Personnellement, je trouve ça étrange, faut-il absolument manifester pour exprimer son mécontentement ? Il me semble qu'un aménageur d'espace public qui souhaite promouvoir l'usage du vélo en ville doit penser à tous les usagers : le cycliste urbain n'est pas uniquement un jeune sportif équipé d'un VTT. Souvent, il s'agit de personnes plus agées, de parents accompagnés d'enfants, de cyclistes qui font leurs courses avec une remorque, etc.

circuler à vélo,circulation urbaine,circulation,poitiers

 

Commentaires

  • Chère Madame Vocivelo,

    Je suis très choquée de l'utilisation que vous avez fait SANS MON AUTORISATION d'un cliché me représentant sur votre bloc ! J avais bien remarque la semaine dernière qu' un jeune homme un peu foufou me suivait avec un appareil photo en bandoulière ! Mais jamais je n aurais pensé que M.
    Vocivelo poursuivrait ainsi une pauvre vieille femme de retour du cimetière pour voler une photo.

    J envisage de ne pas laisser cette forfaiture impunie. Le petit fils de Mme Gaspard doit venir chercher ses étrennes la semaine prochaine et sa cousine est la belle sœur d un avocat !

    Votre Huguette, très courroucee

  • Chère Madame Vocivelo,

    Je suis très choquée de l'utilisation que vous avez fait SANS MON AUTORISATION d'un cliché me représentant sur votre bloc ! J avais bien remarque la semaine dernière qu' un jeune homme un peu foufou me suivait avec un appareil photo en bandoulière ! Mais jamais je n aurais pensé que M.
    Vocivelo poursuivrait ainsi une pauvre vieille femme de retour du cimetière pour voler une photo.

    J envisage de ne pas laisser cette forfaiture impunie. Le petit fils de Mme Gaspard doit venir chercher ses étrennes la semaine prochaine et sa cousine est la belle sœur d un avocat !

    Votre Huguette, très courroucee

  • Ma très chère Huguette,
    Calmez-vous. Point n'est besoin de crier ainsi et de polémiquer : ce n'est point vous sur cette image de daguerréotype. Cette image a été prise par mes soins , oui, mais il y a déjà de ça quelques années et pas du tout dans notre bonne ville de Poitiers. Ce ne peut-être vous.
    Et puis, crier ainsi pour une petite image alors que le sujet posté est si grave et sérieux, ce n'est pas bien considérer son auteure et nos chères cyclistes Poitevines que vous devriez pourtant être la première à défendre.
    A bientôt.

  • Et sinon, ce serait pas possible de penser que les enfants et les courses ne sont pas la corvée automatique des femmes ?

    Alors non, le problème des aménagements pourris pour les cyclistes urbain-e-s accompagné-e-s de courses et d'enfants n'est pas réservé aux femmes.

    Je trouve la teneur de cet article effroyablement sexiste. On titre "Et si les cyclistes urbaines avaient aussi leur mot à dire ?" et on interroge les femmes sur les enfants et les courses. Et pourquoi pas sur les difficultés à transporter leur aspirateur tant qu'on y est ?!?

    Pourquoi ne pas simplement titrer "Et si les familles avaient aussi leur mot à dire ?"

    Si la domination de l'automobile est synonyme d'un monde machiste dans lequel on mesure la virilité aux chevaux sous le capot, je n'aimerais pas voir l'avènement d'une société cycliste qui reproduit les inégalités de sexe et de genre.

    Vous croyez que les femmes ne sont bonnes qu'à faire la vaisselle ? C'est ce que laisse croire cet article, et ca me désole.

  • Cher M. Vocivelo,

    Je me suis peut être un peu emballée... Finalement ce midi Mme Gaspard m'à prêté sa loupe après avoir lu le carnet de la nouvelle république ( M. Jamin l'ancien charcutier de la place de la république est mort d ailleurs, il faisait le meilleur pâté de Pâques du Poitou ) et en regardant mieux la photo je me suis rendu que jamais n'aurais porté des chaussures blanches avec un manteau gris ! Ce n est donc pas moi ! Milles excuses à vous et votre dame.

    Par ailleurs, pour répondre à la dame précédente, je ne vois pas en quoi constater qu' hélas encore très souvent ce sont les femmes qui s occupent des courses et des gamins est sexiste... Ni qu' il est plus difficile de transporter un vélo surchargé pour elles que pour beaucoup d'hommes.... C était vrai il y à 50 ans et ça l est encore... non ce bloc n'est pas effroyablement sexiste ! une telle expression ne doit pas être utilise à tout propos!

    Huguette

  • Cher Elo,
    J'aimerais bien pouvoir dire que les enfants et les courses ne sont pas la corvée automatique des femmes, mais ce n'est pas ce que je constate autour de moi. On veut nous faire croire que les choses ont changé, que les papas d'aujourd'hui aident beaucoup plus qu'avant, en changeant le vocabulaire ? A mon avis, ce n'est pas suffisant.
    Bref, j'ai rencontré une femme avec un bébé et des courses, je témoigne de ce que j'ai vu.
    Par ailleurs, je constate que l'association Vélocité.86 (dont je suis membre) compte très majoritairement des adhérents et très peu d'adhérentes. Pourquoi ?
    Ce qui m'inquiète, c'est la représentation du cycliste urbain chez les élus et les aménageurs : un homme plutôt sportif.
    Oui, j'encourage les femmes à faire entendre leur voix dans les associations cyclistes, en tout cas, celle de Poitiers, car on ne les entend pas du tout.
    Anne

Les commentaires sont fermés.