Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

folksonomie

  • lacets de chaussure et flans

    Le journal des créations Rameau est sorti. Pour les non-initiés (ceux qui ne travaillent pas dans une bibliothèque), Rameau est une liste de mots tout prêts à l’emploi, liste destinée aux bibliothécaires qui doivent coller des étiquettes (tags ou indexation pour faire pro) dans les catalogues de bibliothèques. Pas de fantaisie avec Rameau, cette liste est rigoureusement contrôlée et mise à jour par des experts, tout le contraire de la folksonomie. 917cf1c171e58c34a0571578b7d14034.jpg
    Exemple :
    En rameau, pour un documentaire sur le vélo électrique, on étiquette Bicyclettes électriques , un point c’est tout. Pourtant, je suis prête à parier que la majorité des cyclistes parlent de vélos électriques. D’ailleurs, une requête google donne 979 pages pour "bicyclettes électriques" et 98400 pour "vélos électriques".


    Donc, dans la dernière livraison du journal des créations Rameau, vélos couchés, a fait son apparition entre vanilline et verrines (gastronomie). Pourquoi on a retenu vélos couchés ici et bicyclettes électriques par ailleurs ? C’est une nuance qui m’échappe un peu, mais si les experts ont validé, il doit y avoir une bonne raison.

    Vous frémissez d’impatience et vous voulez savoir comment on fait son entrée dans la liste Rameau ?
    Et bien, c’est simple, un professionnel a en main un documentaire dont le sujet est le vélo couché : comme il ne dispose d’aucun tag approprié pour coller dans son catalogue, il fait une proposition au centre national Rameau qui valide (ou pas).

    Suivez mon raisonnement, il faut donc disposer d’un document pour lequel aucun mot valide n’existe déjà dans Rameau. Par exemple, cyclistes urbains n’existe pas dans Rameau, parce que jamais aucun professionnel n’a eu besoin de coller une étiquette cyclistes urbains dans son catalogue, et pourtant des cyclistes urbains, il y en a de plus en plus à Paris, à Lyon et même à Poitiers.

    Il faudra donc attendre … disons … 2080 qu’un chercheur publie une thèse de 600 pages dont le titre serait : "Le centenaire de la vélorution française" ce qui permettrait de coller une étiquette style Cyclistes urbains --France -- 21e siècle-- Thèses et écrits académiques. Pas belle mon étiquette ? Comment ça plus personne ne s’intéressera aux cyclistes urbains en 2080 ?

    En fait ce billet n'est qu'une entrée en matière pour dire que je m’interroge sur les termes suivants : pongistes, lacets de chaussure, flans, pâte à choux qui sont entrés en 2007 dans Rameau, donc pour un colleur d'étiquettes qui en avait besoin.
    Je suis perplexe...
    Une seule explication possible : je connais un pongiste qui a toujours des problèmes avec ses lacets de chaussure et qui aime le flan et la pâte à choux. Aurait-il publié son autobiographie ?

  • Folksonomie

    J'ai rencontré Huguette de Lambrerie née Bernière de la Jolly alors que je revenais d'une formation professionnelle intitulée "folksonomies". Elle a cru mal entendre, m'a fait répéter, (vous avez essayé de prononcer folksonomie quand vous êtes enrhumée?) puis un peu intriguée m'a demandé de lui expliquer simplement la signification de ce terme étrange.
    Donc, chère Huguette, voici quelques pistes de réflexion au sujet des folksonomies. La folksonomie c'est l'art de coller des étiquettes. Mais attention, pas n'importe comment. Par exemple, lorsque vous dites "Cette punaise de Madame Gaspard", vous commencez à faire de la folksonomie. En revanche, Plume qui pratique l'art délicat de la peinture patate alliée au collage de gommettes dans une perspective artistique rare, là ce n'est plus de la folksonomie, c'est peut-être de l'art...
    Depuis toujours, les gens font de la folksonomie sans le savoir. Ranger ses photos dans des boites à chaussures avec des étiquettes par sujet, classer ses factures, créer un index pour ses recettes de cuisine… medium_folksonomies.2.JPGAujourd'hui, rien n'a changé, les gens (folks) ont pris l'habitude de coller des étiquettes (des tags disent-ils parce que ça fait initié) pour tout ce qu'ils entreposent sur le web. Ce qui a changé, c'est le vocabulaire : les boîtes à chaussures pour ranger les photos s'appellent Flickr, les journaux intimes s'appellent blogs et les listes de bonnes adresses s'appellent del.icio.us, etc…
    L'intérêt de ces étiquettes, c'est de pouvoir retrouver facilement ce qu'on a rangé sur le web, ses photos, ses petites notes, ses adresses, mais aussi de les faire partager à plein d'autres personnes (folksonomie) qui auraient les mêmes centres d'intérêts. Pour ce blog : vélo, voyage à vélo, cyclocamping, vélo urbain sont des étiquettes (des tags) qui parfois accrochent des gens de passage (sérendipité : trouver quelque chose d'intéressant de façon imprévue, en cherchant autre chose, voire rien de particulier).
    Pas mal, mais avec parfois de petits inconvénients. Cet été, nous avons fait un voyage à vélo au Pays-Bas. J'ai étiqueté toutes mes notes "Hollande". Bon je n'ai pas beaucoup réfléchi sur le coup, mais quand j'ai retrouvé mes notes au même plan que d'autres notes dont le sujet était disons, plutôt politique, ça m'a fait rigoler. C'est qu'en folksonomie, il n'y a pas vraiment de règles, ni de syntaxe, pas de dictionnaire ni de grammaire.
    Vous allez me dire : pourquoi une formation pour apprendre à coller des étiquettes? Surtout au regard d'une pratique où chacun fait ce qu'il veut. Disons que l'on touche à un point sensible pour les professionnels de la documentation. Inquiétude devant le succès d'une pratique qu'ils exercent eux depuis longtemps, mais de façon structurée sous le terme d'indexation avec des vocabulaires contrôlés, des thésaurus etc…Donc besoin de réfléchir à ces pratiques d'amateurs : sont-elles concurrentes ou complémentaires des pratiques professionnelles? Est-il souhaitable de proposer aux usagers des bibliothèques, la possibilité de coller des étiquettes sur des ressources déjà indexées par des professionnels (par exemple les catalogues informatisés)?
    Chère Huguette, si votre curiosité vous pousse à en savoir plus (et pour ceux qui se sont égarés ici parce que j'avais étiqueté ma note d'aujourd'hui folksonomie), voici une liste de liens professionnels :

    Office québécois de la langue française. Le grand dictionnaire terminologique
    Folksonomie, Wikipédia
    SERRES, Alexandre. Introduction à l'indexation, URFIST Bretagne-Pays de Loire, 2006
    LE DEUFF, Olivier. Folksonomies : les usagers indexent le web, BBF 2006, n° 4
    ERTZSCHEID, Olivier. Folksonomies : la communauté comme indexeur, Affordance, 2006