Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cycliste

  • Le marronnier du cyclo-blogueur, ou plus exactement, du mari de la cyclo-blogueuse.

    Et voilà, tous les ans c'est pareil à la même période, vient le temps où le cycliste du matin doit circuler nuitamment. Et c'est ce matin que ça m'est arrivé. Etait-ce que j'étais plus tôt? Etait-ce que le temps était plus gris que d'habitude ? Etait-ce que ces derniers temps je n'ai pas beaucoup pris le vélo le matin pour cause de taxi polluant et bruyant et que du coup la nuit m'avait rattrapé sans que je m'en rende compte? Ou était-ce pour toutes ces causes à fois, toujours est-il qu'il faisait bien sombre ce matin quand je quittais la maison.

    A tout malheur quelque chose est bon et il en faut sûrement plus pour démoraliser un cycliste, et même la petite bruine qui tombait n'a pas réussi à me faire changer d'avis. Il faut dire aussi que j'avais tout un tas de bonnes raisons pour me lancer.

    D'abord, j'en avais un peu assez de prendre le truc à 4 roues motorisées tous les matins. Donc un p'tit trajet sur le fidèle 2 roues musculaires n'était pas pour me déplaire. (Tiens, ça rime !)

    Et puis, la nuit, c'est l'occasion de vérifier que tous les éclairages fonctionnent:

    • L'éclairage principal : OK.
    • L'éclairage d'appoint, là mince je n'ai pas remis les aimants sur les rayons arrières et du coup pas de feu d'appoint arrière. Il va falloir que je m'en occupe ce soir.
    • Le serre pantalon fluo: OK.

    Bon, et bien nous sommes prêts, allons-y. Ah non, j'oubliais le plus important, ce qui fait que je ne pouvais pas rater cette sortie: le GILET FLUO. Ben oui, j'ai inauguré mon nouveau gilet. Eh bien me direz-vous, pas la peine d'en faire un plat et encore moins une ligne sur Vocivélo ! Maintenant si à chaque fois que tu change tes chaussettes tu nous mets une tartine sur Vocivélo, on n'est pas sortis de l'auberge ! On s'en fout de ton gilet.

    Ouais, ouais mais attendez, ce n'est pas n'importe quel gilet, c'est un gilet VELOCITE.86, avec un super logo dans le dos, même que les voitures n'en sont pas encore revenues et certains se demandent encore ce soir comment faire pour avoir ce collector.

    Une seule réponse, pas de secret, faut pédaler.

    En tous cas, un super merci à l'équipe Vélocité.86, votre gilet est top de top.

    Allez, je ressors ce soir. Quand je suis rentré il faisait jour et je n'ai pas osé arborer mon beau gilet, donc dès qu'il fait nuit, je repars.

    Si vous aussi vous voulez être au top de la mode, surveillez les abords des rues de Poitiers le matin, sous le sceau du secret, donc ne le répétez à personne, mon gilet m'a dit qu'il avait encore tout un tas de copains et que les gentils adhérents de Vélocité.86 allaient organiser une distribution aux vrais cyclistes un de ces matins.

    On essayera de vous tenir au courant. A moins que le site de Vélocité.86 ne parle déjà de ce secret?

    Allez, il fait enfin nuit, je n'ai pas le temps d'aller voir leur site, mon beau gilet m'attend et j'y vais.

    Bonne soirée à tous.

  • Un sportif peut être une sportive

    Je note avec consternation que la liste des 10 sportifs préférés des français ne mentionne qu'une seule femme : Jeannie Longo. C'est une cycliste d'accord, mais ça fait pas beaucoup.

    Explications possibles :

    - les femmes ne font pas de sport

    - les sportives sont tellement discrètes qu'on ne les remarque pas

    - les interviewés n'ont pas compris la question, il s'agissait d'élire uniquement des hommes qui font du sport

    - la liste des 50 noms proposés aux interviewés  était déjà censurée

    Source : sondage TNS-Sofres-Logica, effectué pour L'Equipe Magazine auprès de 1060 personnes -représentatives de l'ensemble de la population âgée de 15 ans et plus-

  • Le consultant

    Avertissement : ceci est une fiction. Toute ressemblance avec une situation ou des personnages ayant réellement existé est purement fortuite.

    Aujourd'hui à l'enscyb (l'école nationale supérieure des cyclistes bivouaqueurs) où l'on m'a envoyée me recycler (à juste titre), un consultant est venu pour nous expliquer comment mener notre mission.

    Le consultant est formidable, il dispose d'outils qui permettent en très peu de temps (20 minutes) de réfléchir en profondeur à des sujets qui nous inquiètent. Il nous a proposé de dessiner notre blason : le blason du cycliste urbain (BCU). Nous étions répartis par équipe de 3 pour mener à bien ce projet formateur.

    Dans mon groupe, les 2 collègues sont des petits jeunes qui n'ont jamais réellement pratiqué le vélo. Alors forcément ils ont plein de questions de débutants. Moi, en personne expérimentée, je les ai un peu rassurés. Bref, nous avons dessiné un magnifique blason comme ci-dessous. La tortue est notre emblème, notre devise : rien ne sert de courir, il faut partir à point! C'est une belle devise pour un cycliste, n'est-ce-pas?

    tortue_blason.JPG


     

     

  • Une idée à suivre?

    Une idée intéressante :

    Dans le cadre d'une campagne intitulée "Aimons les cyclistes", l'association poitevine "Vélocité.86" propose aux automobilistes de parrainer un (ou plusieurs) cyclistes.

    S'inspirant des actions "compensation carbone", l'association propose aux automobilistes de compenser leurs émissions de carbone en s'engageant à parrainer directement un (ou plusieurs) cyclistes. Le principe sous-jacent étant qu’une quantité donnée de CO2 émise par une personne peut être "compensée" par la réduction d’une quantité équivalente de CO2 pas une autre personne.

    Le parrainage consiste par exemple à assurer 1 an d'entretien du vélo, ou à fournir à son filleul des tickets de bus ou un covoiturage en cas de mauvais temps, ou même à offrir des vêtements de protection (en cas de pluie), des accessoires vélo, sacoches pour les courses, antivol, sonnette, etc...
    Fort de son expérience sur la route, l'automobiliste-parrain peut également jouer un rôle de conseil auprès de son filleul-cycliste, il peut l'inciter à adopter une conduite plus prudente à vélo, ou l'encourager à persister dans sa pratique du vélo urbain en cas de tentative d'abandon.

    Toutes les idées ou suggestions seront acceptées dans le cadre de ce parrainage.

    Automobilistes, si vous êtes intéressés, renseignez-vous auprès de l'association Vélocité.86 :

    poisson avril 2009.JPG



  • Danger : cycliste

    J'ai toujours pensé que le danger venait des automobilistes inconscients. Or, ce matin, j'ai bien failli me payer un cycliste. Je roulais tranquillement sur un chemin réservé aux vélos et aux piétons à Saint Eloi. Je fredonnais même, assez heureuse d'aller travailler (ben oui) lorsqu'au détour d'un virage surgit UN CYCLISTE A VIVE ALLURE ET ROULANT A GAUCHE donc fonçant droit sur moi sur ma petite bicyclette. Il me frôle mais réussit à m'éviter. Le MALOTRUS poursuit en criant "P**** LA VACHE"... mais à qui s'adressait-il? même pas une excuse pour sa conduite inconsciente.

    P1290215.JPG