Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vélo

  • nouvelles d'ailleurs

    We have a large network of correspondents around the world. Keith, our special correspondent in San Diego, a cyclist who biked in Burgundy recently (we can't remember if it was for the wonderful landscape or the vineyards), sent us this very interesting video featuring a robotic cycle park in Tokyo.

    Special thanks to Keith!!

    Vous le savez, nous avons des correspondants partout dans le monde. Keith, notre envoyé spécial à San Diego, cycliste ayant parcouru récemment la Bourgogne à vélo (pour la beauté des paysages à moins que ce ne soit pour les vignobles?), nous envoie cette vidéo très intéressante d'un système entièrement robotisé de parking à vélos à Tokyo. Les vélos sont stockés par centaines dans un parking sous-terrain (11 mètres sous terre).  Le vélo est identifié grâce à une étiquette sur la fourche avant, le cycliste dispose d'une carte magnétique pour déposer et récupérer son vélo. Chaque vélo peut être restitué à son propriétaire en quelques secondes grâce au robot.

    On peut voir la vidéo ici sur le site de la BBC ou ici avec d'autres explications ou ci-dessous en japonais


    Parking à vélos au Japon - Streaming

     

     

  • Vous avez dit piste cyclable ? 3

     

    Dans la série « Vous avez dit piste cyclable ?» celle-là n’est pas mal non plus :

    Piste cyclable, Poitiers

    Il s’agit de la piste (et pour le coup elle porte bien son nom) cyclable qui longe l’Avenue du 11 Novembre à Poitiers, une des voies les plus fréquentée par les automobilistes.

    Plutôt que piste cyclable on devrait la baptiser de « Piste d’Entrainement aux Bosses pour VTT » puisque tous les 10 ou 20 mètres elle est traversée par des bosses gigantesques. J’en ai  mesurée une à 17 cm ! Pour info, 17 cm c’est près de 2 fois la hauteur d’un  bon trottoir, celui que j’ai mesuré dans notre rue ne fait lui que 9 cm environ. Donc emprunter cette piste (signalée comme obligatoire pour les cyclistes) revient à franchir plus d’une vingtaine de fois un double trottoir. Peut-être faut-il acheter un vélo Hummer pour circuler à Poitiers ?

    Piste cyclable, Poitiers

    Et dire que c’est (c’était ?) une des seules voies cyclables réellement protégée des automobilistes sur Poitiers !

    Cela étant, cette voie est un vrai danger pour les cyclistes et une véritable honte pour la Ville de Poitiers qui pourtant s’enorgueillit  d’offrir aux cyclistes poitevins un des plus beaux réseaux cyclables de France, rien de moins que ça. Mais dans quel état ? Personne n’en dit mot.

    Je ne sais pas quel conseil donner aux cyclistes  qui veulent aller du côté de l’Avenue du 11 Novembre : respectez la loi, empruntez la piste cyclable et tuez-vous en chutant dans cet entrelacs de bosses et de trous ou jouez la sécurité (sic) en roulant sur l’avenue (elle parfaitement lisse et refaite à neuf il y a quelques mois) mais au risque de vous faire écraser par une voiture ou un camion ? A vous de choisir mais je ne me risquerais pas à vous donner un conseil autre que : « évitez ce trajet à tous prix ! » Peut-être serait-il souhaitable avant d’aller faire ses courses au Grand Large (la zone commerciale située le long de cette voie) ou d’y passer pour aller bosser, de consulter son assurance pour choisir ce qui serait le plus avantageux pour son veuf ou sa veuve ?

    Les cyclistes des sous-citoyens à Poitiers ? Vu l’état des voies qu’on leur propose, on se demande même si quelqu’un sait ce qu’est un vélo à Poitiers.

  • Vous avez dit "Piste cyclable" ?

    Nous, cyclistes urbains, on nous reproche parfois (souvent) d'être un peu râleurs, jamais contents des aménagements prévus spécialement pour nous, des efforts consentis par la collectivité pour nous permettre de circuler en toute sécurité, d'être de mauvaise foi, d'envier ce qui se fait ailleurs en matière de pistes cyclables.

    Depuis plus d'un an, à chaque fois que je passe à côté de ce panneau, je me dis qu'il faut que je le photographie avant que le panneau disparaisse sous la végétation. Comme c'est la semaine de la mobilité, semaine où l'on encourage la mobilité à vélo, il m'a semblé être d'actualité.

    piste cyclable chasseneuil-du-poitou

    Cette photo a été prise à Chasseneuil, derrière la zone commerciale, dans le prolongement de la rue des Entrepreneurs. La piste cyclable permet d'accéder au site du Futuroscope où se trouvent entreprises, administrations, université, etc. De quoi encourager vraiment les cyclistes à utiliser les aménagements prévus pour eux.

    A noter que la rue des Entrepreneurs ci-dessous, est une route en sens unique pour les automobilistes, à double-sens pour les cyclistes comme l'indique le panneau. Petit problème, les automobilistes circulant en sens unique ne sont pas prévenus qu'un cycliste peut arriver en face d'eux.

    piste cyclable chasseneuil-du-poitou

    Moralité : construisez une piscine, oubliez de la remplir d'eau et après étonnez-vous que les usagers ne sachent pas nager.

  • la remorque beez

    Nous l'avions repérée au festival du voyage à vélo et rapidement adoptée : la remorque monoroue Beez a donc fait partie de notre voyage en Écosse. Retour sur un produit sympa à adopter pour ceux qui pratiquent le voyage à vélo : une beez sur les routes d'Ecosse (avec photos de notre voyage).

    Quelques extraits : "Le look, c’est sûr qu’elle a un look sympa et moderne avec le bois qui apporte un petit côté nature. C’est sûr qu’elle ne passe pas inaperçue..." "Un gros avantage est sa légèreté et son faible encombrement"

  • Premier vrai week-end de 2011

    Jusque là nous n'avions fait que de pâles ersatz de sorties (WE en AJ, sorties à la journée) mais là c'était décidé, on partait pour 3 jours et tant pis si la météo annonçait quelques averses éparses dans le centre, où justement c'est qu'on voulait aller.

    Et nous voilà partis samedi matin, et bien non, pas à vélo, mais en train. Direction Bellac avec un retour sur 3 jours, samedi soir étape au camping de Chateauponsac (pas vraiment sur la route du retour mais quand on aime on n'hésite pas à flâner un peu), étape du dimanche soir à Montmorillon, et retour dans l'après-midi de lundi avant l'orage.

    Donc trois jours sous le soleil avec un peu de pluie aussi.

    On a vu des DSCN1252.JPG

    et puis plein de

    DSCN1245.JPG

    et des petites routes au milieu de la verdure DSCN1234.JPG(là ça descendait mais faut pas croire, ce n'était pas toujours comme ça)

    on a aussi rencontré les ancêtres de facebook

    DSCN1233.JPG

    et on a même improvisé un resserrage de boulons sur un pont,DSCN1238.JPG

    on a trouvé une carte IGN n° 2029 O "Magnac-Laval" passablement mouillée mais qui peut encore servir après séchage. Celui (ou celle) qui l'a perdue peut venir la récupérer à la maison, à moins qu'il (elle) ne tourne en rond sans carte depuis dimanche

    On a re-failli la reperdre (la carte qu'on avait mise à sécher sur le pont, mais si, le pont là, celui où on a fait de la mécanique improvisée) mais Michel est allé la récupérer au fond de la rivière au risque de sa vie DSCN1241.JPG(sous le pont y'avait une rivière, il faut tout vous expliquer ou quoi ?).

    on a aussi vu des églises , trop bien pour le pique-nique et la sieste d'aprèsDSCN1263.JPG

    et desDSCN1268.JPG

    et bien sûr des DSCN1257.JPG

    et plein d'autres choses encore.

    Seule ombre au tableau: le groupe de motards qui campaient près de nous à Chateauponsac. Une dizaine de motos qui partent ensemble le matin, ça fait du bruit, presque autant que l'âne esseulé qui brayait tout seul dans son pré, mais lui au moins il savait pourquoi il faisait du bruit. Enfin!

    On est encore à se demander pourquoi il y avait tant de monde sur les routes en voiture et si peu à vélo. Ils ne savent pas ce qu'ils ont raté.

  • Write a bike

    Je ne suis pas sûre de vouloir circuler à vélo avec mon prénom aussi visible sur le cadre, mais peut-être certains comme d'autres trouveront l'idée séduisante?

    write_a_bike-05.jpg

     

  • antivol

    Hier matin, alors que nous parcourions les rues de Poitiers, nous avons relevé avec intérêt un antivol d'un genre tout nouveau : le ruban cadeau ou bolduc (au fait d'où vient ce nom?). Nul ne sait si l'efficacité de cet antivol est démontrable. Mais lorsque l'on se souvient que Rachel s'est fait voler son vélo en plein jour dans le centre ville de Poitiers malgré un antivol éprouvé, on reste songeur.

    antivol_bolduc.JPG

    La photo ne le montre pas, mais il y avait 2 antivols-bolducs : l'un au guidon et l'autre à la l'arrière du vélo.

  • Voyage à vélo (4)

    Jeudi 29 juillet 2010

    De Nasbinals à Fau-de-Peyre, la route à vélo est très agréable. On trouve des framboises ou des fraises des bois un peu partout et les arrêts se multiplient. Après St Chelvy d'Apcher, on prend la direction "le Malzieu". Un panneau "partageons la route : distance 1m50 pour les vélos" nous semble de bonne augure. Hélas, une voiture nous double dangereusement malgré nos hurlements. Nous décidons de quitter la route et de tenter à nouveau un raccourci bien que la carte n'indique aucune route. Bonne idée car finalement, une petite route nous emmène en descente tranquille sur le Malzieu directement sur le camping. La responsable étant absente, nous nous installons après avoir fait le tour du camping pour choisir le meilleur emplacement. En général, il faut que nous fassions au moins 3 fois le tour complet du camping avant de tomber d'accord sur l'emplacement idéal : un arbre pour le fil à linge, du soleil le matin pour sécher la tente, pas trop de voisins, en tout cas pas avec la TV.

    DSCN0225.JPG

    En soirée, c'est en parcourant le plan de la ville que l'on découvre "la porte aux fées" : un empilement de rochers à l'extérieur de Malzieu. On décide d'y aller même s'il faut encore grimper à vélo quelques kilomètres. Tout en haut, on croise des jeunes équipés pour l'escalade. Michel s'approche dangeureusement des rochers à pic alors que je reste prudemment sur la terre ferme.

     

    DSCN0247.JPG
    Assez d'acrobaties pour aujourd'hui, retour à Malzieu et découverte de la ville médiévale entourée de remparts.

    Vendredi 30 juillet 2010

    Avant de quitter le Malzieu, nous faisons quelques courses. A la boucherie, le boucher prépare des steaks énormes et des rôtis pour des clients qu'il connait tous. Ici on consomme de la viande locale abattue à St Chély. Pour nous, ce sera 2 tranches de jambon et un morceau de saucisse au roquefort (saucisse sêche : un aller-retour dit le boucher).
    Puis, à la boulangerie, avec le pain aux céréales, nous achetons un sacristain et 2 mendiants (hier c'était un jésuite acheté à la pâtisserie, demain des religieuses?).

    Notre route à vélo se poursuit dans la région du Gévaudan vers la ville de Saugues par la D48, une petite route qui passe par la forêt et qui fait franchir un col à 1382 mètres : c'est un peu inhabituel pour nous car nous avions privilégié les pays plats lors de nos derniers vaoyages (la Hollande, le Danemark, le long du Danube). Je suis rassurée car finalement cela ne me parait pas insurmontable même avec les vélos chargés de bagages. Un arrêt pique-nique avec vue sur les monts de la Margeride, avant l'arrivée tranquille sur Saugues où le camping donne 4 étoiles mais reste très abordable pour les cyclistes : 6,95 euros la nuit pour 2 personnes. Après la douche et la lessive, nous repartons à Saugues toujours à vélo puisque c'est notre seul moyen de locomotion pour découvrir la Tour des anglais et savourer une bière sur une terrasse où règne l'animation du vendredi soir.

    Retour à la tente où nous profitons largement de la conversation des voisins de caravane qui ont invité d'autres campeurs. Les sujets qui les passionnent : les retraites, la sécurité, les riches trop riches, la bouillabaisse... Vont-ils refaire le monde toute la soirée et nous empêcher de dormir?

  • Carte postale de vacances

    Vous avez dû noter que cette année votre boîte aux lettres restait désespérément vide malgré que Vocivélo ait annoncé partir en vacances. Vous avez peut-être même tenté de nous joindre pour vérifier que
    1- Nous étions bien partis,
    2- Que rien de fâcheux ne nous était arrivé.
    et sachez que ces marques d'amitié nous vont droit au cœur et que tant de sollicitude nous touche réellement mais il nous faut bien nous excuser platement: nous n'avons cette année, écrit aucune carte ni envoyé aucun message fut-il subliminal.
    Quoi? - vous dites-vous - auraient-ils oublié d'emporter leur carnet d'adresses qui eut pu les alourdir ? ou alors fut-ce le crayon qui manquât ? ou bien alors ne faisons-nous plus partie de leur cercle d'amis ?
    Que nenni, rassurez-vous, l'explication est bien plus simple que cela: nous nous rendîmes dans une région fort peu fréquentée et malgré nos recherches minutieuses (voir la photos de Anne faisant des efforts désespérés pour parcourir inlassablement la campagne à la recherche d'une boîte jaune), nous n'avons pas été en mesure de trouver une boîte aux lettres pour poster nos courriers, donc ceux-ci revinrent avec nous à Poitiers et c'est alors que nous réalisâmes qu'il était un peu tard pour les poster.DSCN0176.jpg
    Promis, l'année prochaine, on choisira une région plus équipée en boites aux lettres.
    Cela étant, les vacances furent excellentes et nous revenons comme d'hab, avec plein d'images de verdure et de paysages dans les yeux.
    Portez vous bien et encore toutes nos excuses à ceux d'entre vous qui se seraient inquiétés de ne pas avoir reçu de nos nouvelles.

    Quelques précisions sur ce voyage à vélo de 1000 kms :
    * nous sommes partis de Poitiers en train le 24 juillet direction Capdenac Gare (Aveyron)
    * puis avons parcouru successivement: la vallée du Lot, l'Aubrac, le sud de l'Auvergne, les gorges de l'Allier, les gorges de la Loire, une partie de la descente de la Loire , la région centre, le parc de la Brenne en suivant la Creuse
    * pour enfin rentrer à Poitiers par une dernière étape qui nous a fait aller de Creuse en Vienne et en Clain.

    Avons donc suivi ou franchi beaucoup de nos magnifiques fleuves et rivières français.

  • mariage à vélo à bordeaux

    Un mariage à vélo à Bordeaux : une idée à suivre?

     

  • Poitiers se met au vélo électrique

    Un article de la Nouvelle République l'annonce aujourd'hui : 50 vélos électriques ont été achetés et seront disponibles à la location auprès de Cap-Vélo. Une bonne occasion de tester la circulation à Poitiers avec un vélo électrique avant l'achat par exemple.

    Extrait de l'article : "Après l'ère de la voiture à Poitiers, Coeur d'Agglo lancera l'ère des piétons. Et peut-être des vélos. Avec l'achat de 50 vélos électriques, Grand Poitiers met le grand braquet sur la bicyclette. « La configuration de la ville s'y prête bien », estime Jean-Jacques Guérin, rapporteur de la commission transports à Grand Poitiers.
    Les plus réticents aux efforts physiques vont trouver pédale à leur pied avec l'assistance électrique. « Poitiers, ça monte et ça descend. Et quand ça monte... », siffle l'élu, plus que charmé par cette idée. Sous-entendu le cycliste poitevin est un courageux des côtes. Et il y en a. La pire : la Cueille-Aigüe. Avez-vous essayé ? A partir de mi-septembre, ou fin octobre au plus tard, tout le monde pourra enfourcher la selle « électrifiée » et abattre les plus dures montées." La suite sur le site de la NR

    A noter cette remarque de l'élu : le cycliste poitevin est un courageux des côtes ... et la cycliste poitevine aussi? Pour avoir monté la côte de Montbernage hier soir à minuit après un repas bien arrosé, je confirme que ça monte (les poitevins connaissent Montbernage, plus facile que la Cueille Aigüe mais ça grimpe aussi). Ceci dit, les côtes ne devraient pas être un obstacle pour les cyclistes à Poitiers :

    - on peut les contourner : tiens justement hier soir Oisule racontait qu'elle prenait l'ascenseur du parking de Blossac avec son vélo pour éviter la côte de Blossac. Prendre aussi l'ascenseur de la gare pour rejoindre la passerelle vers le TAP, ça aide.

    - on peut aussi les monter à pied tranquillement

    - pour ma part, je monte les côtes sans effort au plus petit plateau : je monte tout doucement mais j'arrive toujours en haut

    Merci à Mago8 qui a relevé l'information

  • Info de dernière minute

    L'office de tourisme de Poitiers propose une balade à vélo le long de l'eau :

    vendredi 16 juillet

    rendez-vous à 17h30 Près-Hermès à l'ancien Espace-Réaumur

    venir avec son vélo et un pique-nique.

    Sur inscription au 04 49 41 21 24

     

     

  • La puce, les bergères et les 2 visiteurs

    Il était une fois 2 Californiens qui, pour des raisons diverses, décidèrent de passer 4 mois à Toulouse. Pour découvrir notre pays, Mr K avait choisi de venir avec son propre vélo mais Mme H n'avait pas apporté son vélo. Aussi, ils s'intéressèrent aux machines à distribuer des vélos qui semblent fleurir un peu partout en France, à Paris, à Lyon, à Rennes et à Toulouse. Ils essayèrent de se faire délivrer un vélo, mais hélas la machine refusa obstinément sous le prétexte que Mr K et Mme H n'avaient pas de puces. Pas de puce sur leur carte de crédit, vous l'avez compris.

    On aurait pu en rester là et Mr K et Mme H auraient pu rentrer tristement dans leur pays sans essayer les vélos en libre service. Heureusement, Mr et Mme Vocivélo qui passaient par Toulouse justement, et puisqu'ils étaient de vieux amis, proposèrent de prêter leur puce. Ainsi ils pourraient découvrir Toulouse à vélo tous ensemble.

    C'est alors que Mr K expliqua qu'il fallait absolument voir les bergères de la Garonne. Mr Vocivélo, très intéressé voulut tout de suite en savoir plus... et, voilà :

    keith_toulouse2.JPG


    Ils se baladèrent longtemps le long de la Garonne. Il faisait très chaud, ils devaient donc s'arrêter souvent pour boire, puis encore pour trouver des toilettes. Ils s'arrêtèrent dans un restaurant qui avait un nom approprié pour des cyclistes et dont les toilettes se révélèrent très chouettes.

    hemicycle.JPG

    Hélas, parfois on n'a pas le choix, et le hasard vous met face à des toilettes dites à la turque, commodités dont Mme H ignorait complètement l'usage. Heureusement, les explications pédagogiques et mimées de Mme Vocivélo devaient éclairer ce profond mystère.

    Enfin, ils revinrent le soir enchantés les uns et les autres de leurs découvertes : les bergères, les toilettes turques, la puce. Au resto, ils partagèrent le dernier dîner en évitant le steak tartare, les gésiers, le foie gras de canard mais ne purent décliner sur l'insistance de Mr et Mme Vocivélo : l'os à moelle proposé sur la carte de ce restaurant.

    Nul ne sait encore s'ils reviendront un jour dans ce pays étrange.
  • Une bibliographie vélo

    La librairie Mollat de Bordeaux s'associe à l'association Vélophonie pour promouvoir et défendre la culture vélo francophone. Autour du vélo, la librairie propose dès maintenant une sélection bibliographique : récits de voyage, littérature, guides pratiques...

     

    9782952429375.jpg

     

  • Des papous à vélo

    L'émission "Des papous dans la tête" enregistrée à Lille le 5 juin dernier avait pour thème "Littérature et vélo". Merci à Michel et Fanny de nous avoir alertés dimanche dernier : nous avons pu l'écouter en direct. A écouter tout particulièrement, les crimes exemplaires de Max Aub revu sur le mode "Paris-Roubaix".

    Si vous avez loupé l'émission, la deuxième partie sera diffusée aujourd'hui de 12h45 à 14h00. Vous pouvez aussi l'écouter ou la podcaster sur le site de France Culture rubrique "Des papous dans la tête.

    Et dans la catégorie littérature et jeux de mots, l'association Zazie mode d'emploi, partenaire des papous à Lille, propose un texte de Paul Fournel extrait de "Besoin de vélo" à réécrire à votre façon. Déjà 182 versions différentes en ligne : http://zazipo.net/spip.php?rubrique41