Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité

  • mon beau gilet jaune

    Il faut bien le dire : je ne suis pas fana du gilet jaune malgré la campagne de l'année dernière. Je relaie cependant l'heureuse initiative de Vélocité.86 qui distribuera gratuitement un gilet jaune aux cyclistes de Poitiers.

    Quand? mardi 19 octobre de 7h30 à 9h00

    Où? Je vous laisse chercher...

    Avertissement aux automobilistes : inutile de vous déguiser en cycliste pour essayer de gratter un gilet jaune avec le superbe logo "Vélocité.86", on vous reconnaitra.

     

  • Rétro

    En parcourant le site Amsterdamer.fr, j'ai repéré un rétroviseur de guidon qui peut s'avérer utile ou gadget? Le premier qui l'essaie me dit ce qu'il en pense...


     

     

  • Enporté

    Comment traduire ce terme anglais "Doored" : "Enporté"? Je ne vois pas d'équivalent français à ce terme qui semble répandu dans la culture anglo-saxonne. Une recherche exacte dans Google donne une multitude de réponses (80 000 environ) dont quelques définitions dans un dictionnaire urbain, des conseils si cela vous arrive : what to do if you get doored, 6 conseils pour éviter d'être enportés.

     

    Regardez cette vidéo (repérée sur le site velofun que je vous recommande) et n'oubliez pas qu'un cycliste peut se cacher derrière la porte de votre voiture!

     

    Pour en savoir plus, voilà ce que dit le code de la route en France :

    Il est interdit à tout occupant d'un véhicule à l'arrêt ou en stationnement d'ouvrir une portière lorsque cette manoeuvre constitue un danger pour lui-même ou les autres usagers.

     

    Le fait de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la première classe.

     

    Et voici ce que dit le Code californien (pour nos amis de San Diego), à peu près la même chose mais peut-être un peu plus explicite :

    California Vehicle Code Division 11, Chapter 9, Section 22517:No person shall open the door of a vehicle on the side available to moving traffic unless it is reasonably safe to do so and can be done without interfering with the movement of such traffic, nor shall any person leave a door open upon the side of a vehicle available to moving traffic for a period of time longer than necessary to load or unload passengers.

  • Kits d'éclairage pour vélo

    Le 27 janvier dernier, les cyclistes poitevins étaient invités à retirer des kits de sécurité, gilet et brassard réfléchissants gratuits à la maison des étudiants. L'association Vélocité.86 était partenaire de cette campagne de sensibilisation qui a eu beaucoup de succès d'après mes informateurs : 200 kits ont été retirés à la maison des étudiants. Mais certains n'ont rien eu soit parce qu'ils sont arrivés trop tard, soit parce qu'ils n'étaient pas au courant de cette campagne. J'ai donc reçu plusieurs mails de réclamation à ce sujet la semaine dernière parce que je n'avais pas relayé l'information sur vocivelo.

    Ben oui mais comprenez-moi : j'habite à Lyon en ce moment et même si je rentre à Poitiers le week-end, ce n'est pas toujours facile... En plus, figurez-vous qu'à l'enscyb (l'école nationale supérieure des cyclistes bloggueurs), il donne des devoirs à faire le soir à la maison. Ah c'est pas tous les jours facile de se recycler.

    Bref, pour ceux qui ont raté la distribution, je vais essayer de me rattraper : il resterait des kits que l'on pourrait encore se procurer au local Cap'vélo (à la gare) ou au service Mobilité, Transports et Stationnement de la CAP (forum Rivaud) ... jusqu'au 5 février semble-t-il!

  • Attention cyclistes!

    Sur le site DOTHETEST, plusieurs vidéos peuvent être visionnées sur le thème "Look for cyclists : It's easy to miss something you're not looking for" = "Faites attention aux cyclistes : c'est facile de manquer quelque chose quand on n'y prête pas attention. Sur la route cela peut être fatal."

    Pour bien comprendre le propos, voici la dernière vidéo :



    Une version sous-titrée en français est également disponible sur le site de Culture Pub, rubrique actus de l'émission du 17 novembre 2008.

    Ces vidéos sont produites par Transport for London qui mène une campagne sur le thème : testez votre attention. Partant du principe que l'on ne remarque pas toujours un changement dans notre environnement parce que notre attention est concentrée ailleurs, les vidéos veulent démontrer combien il est facile d'être aveugle à certains éléments que l'on remarquerait dans d'autres conditions.

    Autres vidéos sur le site DOTHETEST.

  • Démonstration par l'absurde ?

    Samedi 18 octobre à Poitiers, la Gendarmerie, la Police et les Pompiers ont organisé une démonstration de leurs moyens d'intervention sur la place Lepetit (en face du Palais de Justice). A quelques mètres de là, rue René Savatier, les gendarmes et les pompiers s'étaient unis pour montrer à la population la meilleure façon d'occuper le trottoir pour garer un véhicule ! A moins qu'ils n'aient tenté une démonstration par le contre exemple ?
    Ou alors qu'ils n'aient cherché à provoquer une démonstration d'intervention sur un accident réel ?
    En tous cas, les piétons obligés de descendre du trottoir et les cyclistes contraints à un écart sur cette rue passante ont certainement apprécié !

    Démo par l'absurde 18oct08.JPG

  • Roulez à vélo tranquille

    Qu'on se le dise : Vous pouvez continuer à rouler à vélo tranquille. Ne cédez pas aux rumeurs qui circulent.

    Rouler à vélo ce n'est pas dangereux. Au contraire, plus il y aura de cyclistes, moins il y aura d'automobilistes susceptibles de provoquer des accidents graves.

    Et surtout, ne répétez pas ce que vous entendez sans réfléchir : "le vélo c'est dangereux" Mais non, ce n'est pas l'instrument qui est dangereux, c'est l'instrumentaliste. Alors qui est le plus dangereux ? l'automobiliste caché derrière ses vitres teintées ou le cycliste?

    4x4.JPG
    200605 Plume 005.jpg


    Merci à la Fubicy d'avoir rédigé un communiqué à ce sujet

  • Manifeste des sans-voie "irresponsables"

    Il m'arrive de plus en plus souvent de circuler à vélo sur les trottoirs en périphérie de Poitiers où les piétons sont plus rares. Il faut dire qu'en périphérie les automobilistes oublient fréquemment que la vitesse est encore limitée.

    Bien que le code de la route me l'interdise, j'estime moins dangereux pour moi de circuler sur le trottoir. Lorsque je croise les piétons, je ralentis ou je mets pied à terre.

    En ce moment, de nombreuses automobilistes me disent être effrayés par la conduite irresponsable des cyclistes. Et pourtant, je persiste et je signe la pétition des sans-voie "irresponsables".

    Faites entendre aussi votre voix de cycliste : SIGNEZ!!

  • Port du casque à vélo

    Légiférer le port du casque pour les cyclistes ? est-ce vraiment une urgence ?

    Une loi en préparation vise à rendre obligatoire le port du casque pour les cyclistes. Ce débat qui intéresse peu de monde il faut bien le dire, fait craindre le pire aux cyclistes urbains.

    L’argument mis en avant pour justifier cette loi est la prévention des blessures graves et lésions du cerveau lors d’une chute de vélo. Or aucune étude n’a démontré de lien direct entre l’obligation du port du casque et la diminution du nombre d’hospitalisés victimes de blessures à la tête.
    Ce que l’on sait de façon sûre et certaine, c’est que les pays ayant un faible taux de port du casque à vélo, sont des pays où les cyclistes sont plus nombreux et où le taux d’accidents par kilomètre est le plus faible.

    Un dispositif contraignant tel que le port du casque, décourage les déplacements à vélo avec un double effet négatif :

    - moins de cyclistes équivaut à plus de voitures et donc plus de risques d’accidents. En effet, pour que le cycliste urbain soit en sécurité, il faut faire nombre pour le rendre plus visible aux yeux des automobilistes. Aux Etats-Unis par exemple, où les cyclistes sont moins nombreux qu’en Europe, il est plus dangereux de circuler à vélo car les automobilistes n’ont pas intégré cette donnée dans le paysage urbain.

    - le cycliste urbain est généralement une personne en bonne santé parce qu’il utilise peu sa voiture. En lui rendant plus difficile la pratique du vélo en ville, le cycliste urbain redeviendra automobiliste, donc moins actif avec plus de charges de santé.

    On peut se demander pourquoi cette loi maintenant ? Pour répondre à quelle urgence ? Alors qu’il semble plus urgent de traiter le problème de la vitesse des voitures en ville, des conduites dangereuses (alcool, téléphone portable), des comportements dangereux (dépassements de bus à l’arrêt, stationnements sur trottoirs ou pistes cyclables, ouvertures de portières), des aménagements défaillants pour les piétons, les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, les cyclistes.

    Ce que l’on peut penser, c’est que cette loi ne coûte pas très cher à la société car seul le consommateur en porte le coût : l’achat d’un casque à vélo sera de la responsabilité du consommateur. Alors, quel lobby se planque derrière cette incitation ?

    En terme d’économies globales pour la société, rien ne prouve que des économies soient réalisables : la diminution de la pratique du vélo urbain aggravant le problème de santé publique et les problèmes d’encombrement des centres ville.

    Alors, pourquoi, le problème n’est-il pas abordé sous un autre angle ? En augmentant le nombre de cyclistes, on diminue le nombre d’automobilistes susceptibles de tuer, mutiler, handicaper, c’est mathématique non ?. En ville, revoyons systématiquement tous les itinéraires pour les rendre cyclables ou piétonniers. Créons pour eux des itinéraires directs, sans ruptures. Les chiffres montreront alors une nette diminution des traumatisés.


    f75a336ce2ea9e03afdd04ac22ebd936.jpg



    update: special thanks to Keith and Heather for authorizing the publication of this picture in San Diego while cycling and wearing helmets.

  • Code de la route (suite)

    Réaction de Monsieur Vocivelo (très énervé) suite à l'article du Monde que j'avais cité le 1er mai. Pour plus de clarté, je recopie l'article du Monde après le commentaire de Monsieur Vocivelo (très très énervé).

    "Une fois de plus le Français préfère voir la paille dans l’œil du voisin plutôt que la poutre dans le sien et notre « Monde » respectable tombe dans le travers de la dénégation facile pour faire un rideau de fumée devant un des grands scandales de notre temps : l’insécurité routière.
    Oui, nous cyclistes l’assumons, nous ne sommes pas parfaits, oui parfois nous ne respectons pas les feux à la lettre, oui nous ne marquons pas toujours l’arrêt au stop, quand à téléphoner au guidon …. permettez moi de dire que je l’ai essayé et que bien vite l’ai arrêté non pas pour respecter la loi mais bien pour MA sécurité (essayez de freiner à vélo avec une main occupée, sans parler que ne voiture si vous lâchez votre téléphone, il tombe sur vos genoux, alors qu’à vélo …)
    Mais ce qu’oublie de nous dire cet article c’est que quand nous, nous agissons ainsi, c’est NOTRE sécurité et intégrité physique que nous mettons eu jeu alors qu’une voiture qui commet ce type d’infraction met la vie des autres en danger.
    Si Le Monde avait voulu être impartial dans ses déclarations, il nous aurait donné les statistiques des accidents en agglomération pour que nous puissions comparer et juger où est le véritable danger :
    Combien de piétons et combien d’automobilistes tués en agglomération par des vélos ?
    Combien de piétons et de cyclistes tués en agglomération par des automobiles ?
    Combien d’automobiles s’arrêtent pour lasser la priorité aux piétons sur les passages dits protégés ?
    Combien d’automobilistes téléphonent au volant malgré le véritable danger qu’ils font courir aux autres usagers ?
    Combien d’automobilistes grillent les feux rouges ?
    Et pourtant l’impact d’une masse métallique de près d’une tonne lancée à 50 km/h (quand la limitation de vitesse est respectée ! ) contre un piéton n’a aucune commune mesure avec celle d’un vélo qui pèse tout au plus une centaine de kg (et encore tout mouillé) et qui se déplace à 10 ou 15 km/h !
    Combien de fois par jour, ne sommes nous , nous cyclistes, mis en danger par ces automobiles qui doublent n’importe comment, qui téléphonent au volant en s’en foutant de ce qui se passe autour d’eux, qui se garent n’importe ou au mépris de la sécurité des piétons et des vélos et j’en passe et des meilleures.
    Combien de fois je me suis arrêté pour laisser passer un piéton arrêté au bord d’un passage protégé et que celui-ci n’ose même pas s’avancer sur la rue de peur des voitures ?
    Alors oui, nous ne sommes pas parfaits et personnellement je pense que nous devons être irréprochables si nous voulons pouvoir être des donneurs de leçon mais en même temps il y a une telle différence entre les conséquences de notre incivilité et celles des automobilistes que l’on peut au moins avoir l’honnêteté de nous l’excuser si ce n’est de la pardonner.
    J’aurais préféré que notre ce journaliste sûrement bien intentionné, ne parle du véritable scandale qui couvre nos murs et les pages de nos journaux sans que personne ne réagisse et que sont les nouvelles publicités pour ces véhicules 4x4 dont la philosophie affichée est de « faire de la ville leur terrain de jeu » ! Et là, nous cyclistes, piétons, enfants, personnes âgées , parents avec une poussette …… avons du soucis à nous faire quand nous allons croiser le chemin d’un Nissan Qashqai ou d’un Opel Antara ! Nous aurons intérêt à courir vite ! Mais peut-être Olivier Razemon vient-il justement d’acheter un de ces jouets et souhaite-t-il préparer son terrain de jeu en supprimant tout ce qui peut le déranger ?
    Mesdames, Messieurs, un peu de sérieux et de réflexion dans vos propos !"

    SOURCE :
    Le respect du code de la route par les cyclistes en débat
    LE MONDE | 30.04.07 | 15h21 • Mis à jour le 30.04.07 | 15h21

    Beaucoup de cyclistes l'ignorent ou feignent de l'ignorer : ils doivent respecter le code de la route au même titre que les conducteurs d'autres véhicules. Dura lex, sed lex. En ville, ce principe est mal ressenti par les cyclistes, qui subissent les imprudences des automobilistes et déplorent l'impunité dont bénéficient souvent les voitures garées sur les voies cyclables. Pour y remédier, les associations de cyclistes réclament la création d'un "code de la rue" qui serait mieux adapté aux circulations douces.


    "Les cyclistes devraient pouvoir rouler dans les sens interdits, créés dans le seul objectif de fluidifier le trafic des voitures", propose Monique Giroud, vice-présidente de la Fédération française des usagers de la bicyclette (Fubicy). L'association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB) demande pour sa part "la transformation du feu rouge en "cédez le passage", qui permettrait aux cyclistes de passer avec prudence".

    En attendant, les infractions demeurent monnaie courante. De très nombreux cyclistes brûlent allégrement les feux rouges et les stops, ne marquent pas l'arrêt devant un passage piétons ou encore téléphonent en tenant le guidon d'une main. A Paris, ils ne bénéficient officiellement d'aucun traitement de faveur. "Les agents verbalisateurs ne reçoivent aucune instruction de tolérance, quels que soient le type de véhicule ou le type d'infraction", indique-t-on sèchement à la Préfecture de police de Paris.

    STAGE DE SENSIBILISATION

    En pratique, toutefois, les agents se contentent souvent d'admonester la personne interpellée. Le commissariat du 12e arrondissement a même organisé, en mars dernier, une opération à visée pédagogique. "Dans un premier temps, nous avons verbalisé une quarantaine de cyclistes. Curieusement, il s'agissait surtout de quadragénaires et de quinquagénaires", note le major Pierre-Jean Iwars, à l'initiative de l'opération. Ensuite, le choix leur a été laissé entre le paiement d'une amende ou la participation à un stage de sensibilisation.

    A Lyon, la municipalité a érigé la tolérance en vertu. La brigade cycliste, composée d'une dizaine de policiers municipaux à vélo, "n'a pas pour mission de verbaliser, mais plutôt de faire respecter la prudence", indique Jean-Louis Touraine, adjoint au maire (PS). A Strasbourg, Fabienne Keller, maire (UMP), souligne que la police municipale "effectue peu de contrôles, sauf lorsque se produit un accident grave". L'élue suggère d'ailleurs d'adapter le tarif des contraventions. "Les cyclistes doivent verser, comme les automobilistes, 90 euros pour un feu rouge. Il n'est pas très juste de les pénaliser autant", fait-elle remarquer.

    Pour encourager la pratique du vélo, les villes mettent en place des aménagements spécifiques, notamment des contresens cyclables tracés au sol, tels qu'ils existent déjà dans le coeur historique de Strasbourg. A Paris, la ville espère la création prochaine d'"une quarantaine de kilomètres" de voies à contresens. "Mais la négociation avec la Préfecture est difficile", reconnaît Jean-Luc Dumesnil, au cabinet de Denis Baupin, l'adjoint (Vert) chargé de la circulation.

    Au-delà des éventuelles modifications apportées au code de la route, les associations de cyclistes considèrent que la sécurité progressera d'autant plus vite que le nombre de vélos sera élevé. Les statistiques sont formelles. A Strasbourg, Lyon et Paris, le nombre de décès de cyclistes reste stable depuis cinq ans, alors que le nombre de cyclistes a été multiplié, selon les villes, par trois ou par cinq.

    Olivier Razemon
    Article paru dans l'édition du 02.05.07

  • Code de la route

    Faut-il vraiment s'en prendre aux quelques cyclistes qui ne respectent pas le code de la route, alors que tous les jours, de nombreux automobilistes mettent en danger les piétons, les cyclistes, les autres automobilistes ?


    A lire un article du Monde :


  • J'ai perdu mes clés

    medium_velo_paves_2.2.jpg
    Voilà, j'avais attaché mon vélo comme d'habitude et ensuite j'ai perdu mes clés d'antivol. C'est vraiment bête car je n'ai pas de double de ces clés. Pour faire simple, j'ai laissé les 3 clés d'origine ensemble, alors forcément quand j'en perds une, je perds les 3 clés. Heureusement, une collègue très gentille a proposé de me raccompagner, et j'ai accepté. Peut-être qu'elle ne connaît pas le blog, sinon elle m'aurait sûrement rappelé la mésaventure de la cigale : "Ah vous alliez à vélo, ben prenez le bus maintenant."

  • Vol de nuit

    Pas facile en ce moment de rouler à vélo et d'être visible. Le matin, il faut se méfier des automobilistes inconscients qui roulent alors que leurs vitres sont encore embuées. Tiens l'autre jour, un des ces automobilistes m'a brûlé une priorité à droite. Il n'avait aucune chance de me voir, vu qu'il roulait sans visibilité dans sa voiture toute embuée de givre.
    Pour le soir, nous avons multiplié les équipements pour être bien vus : Michel m'a offert une superbe cape ORANGE ET FLUO avec bande réfléchissante. Je vais la tester dans les jours qui viennent et je vous donnerai des nouvelles.
    Voici le premier essai de nuit à Saint Eloi.


    medium_500_velo_de_nuit.jpg




    PS : on annonce partout que le cadeau écolo est très tendance en cette veille de Noël 2006. Alors si vous cherchez encore une idée de cadeau, renoncez à la cape en vison (trop cher et difficile à porter), adoptez la cape vélo fluo, vous aurez beaucoup de succès.

  • Sport extrême

    15 jours après avoir été opérée, je me suis dit : après tout on ne pédale pas avec la thyroide donc je peux reprendre le vélo et ça :

    - malgré la trouille de me faire amocher par une voiture
    - malgré le mauvais temps, le vent et les risques d'averse
    - malgré que je sois à jeun, prise de sang oblige
    - malgré l'absence de parkings à vélo devant la clinique de la Providence à Poitiers
    - malgré la distance (mauvaise excuse je le fais aussi vite à vélo qu'en voiture)
    J'ai réussi à faire taire la petite voix qui me sussurait : "il va faire froid, il va pleuvoir, c'est loin..."

    Je me rends compte que le (la) cycliste urbain(e) est très courageux(euse). (Il faut bien que je me congratule). Pourquoi certains vont-ils se faire des séquences frisson en pratiquant des sports extrêmes (rafting, spéléo, funboard, chute libre) alors qu'on a tout ce qu'il faut à Poitiers : une rocade sur laquelle on lance les voitures à grande vitesse avec voies d'entrée et de sortie utilisées comme piste d'envol toujours par les mêmes voitures lancées à grande vitesse, et sur cette même rocade, une bande cyclable pour les quelques cyclistes qui veulent pratiquer un sport extrême sans aller trop loin.

    Bonus : la tempête a envoyé un tas de branches d'arbres sur la rocade à hauteur de la patinoire rendant la circulation des cyclistes encore plus imprévisible.

  • Semaine de la sécurité routière

    C'est la semaine de la sécurité routière : le thème de cette année 2006 est la sécurité en agglomération. Ce sujet est évidemment un sujet très sensible pour les cyclistes urbains qui sont particulièrement vulnérables vu qu'ils sont supposés partager la route avec les automobilistes.

    Je rappelle que Michel a été accidenté en juillet 2006 alors qu'il circulait sur une piste cyclable à Poitiers, un automobiliste a ouvert sa portière et l'a renversé. Résultat : une intervention chirurgicale et 3 mois d'arrêt de travail. Par ricochet, le stress semble-t-il, j'ai développé une maladie de Basedow (maladie de la thyroide). Après un an de traitement, je viens de subir une ablation totale de la thyroide : 1 mois d'arrêt de travail. Je ne voudrais pas faire pleurer les foules, il y a pire bien sûr. Mais je vous jure que quand je circule à vélo, c'est à dire quotidiennement, je suis morte de trouille à l'idée qu'une voiture pourrait me renverser et être obligée de séjourner à nouveau à l'hosto, ça n'a rien de drôle, même pour une toute petite opération. Et chaque fois que Michel part à vélo, c'est à dire tous les jours, je frémis à l'idée que le téléphone pourrait sonner et m'annoncer qu'une voiture l'a à nouveau amoché. Pas seulement parce qu'il est si beau, mais aussi à cause de toutes les souffrances que cela implique.

    Alors roulez zen et s'il vous plait, faites attention aux cyclistes et aux piétons. Levez le pied..., vous avez peur qu'on vous prenne pour un imbécile parce que vous ne roulez pas assez vite ? Et vous prendra pour quoi quand vous aurez fauché un cycliste ?