Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les droits du cycliste

    En réponse à Gilles R. (voir son commentaire du 30.04.09), je décrète les droits de la cycliste urbaine :

    Le droit de ne pas faire de vélo
    Le droit d'être fatiguée de pédaler à contre-courant
    Le droit de pédaler dans les flaques d'eau
    Le droit de haranguer les automobilistes
    Le droit de chanter à vélo
    Le droit de stationner son vélo dans le couloir de la BU
    Le droit de se faire raccompagner en voiture en cas de pluie diluvienne (rare à Poitiers)
    Le droit de rouler à bicyclette en fumant la pipe (1)
    Le droit de faire rimer bicyclette et poulette
    Le droit de prendre des raccourcis à vélo
    Le droit de voyager loin de son port d'attache grâce à son vélo



    Pardon à Daniel Pennac d'avoir emprunté ses droits imprescriptibles du lecteur


    (1) Voir la pétition : rétablissons la pipe de Mr Hulot

  • Le plein d'essence

    Aujourd'hui Mme Vocivélo a pris la voiture plutôt que son vélo avec tout plein de mauvaises excuses prêtes à servir aux collègues qui lui jetteraient la première pierre : il pleut sur Poitiers (il pleut aussi pour Mr Vocivélo mais lui ne renonce jamais), elle est fatiguée, elle a plein de déplacements à faire... Bref, elle sort la voiture et se souvient qu'il faut faire le plein d'essence. Bon, pleine de courage, elle se dit qu'elle va faire le plein d'essence en fait pour la première fois depuis qu'elle possède cette voiture (1 an) et qu'elle saura bien se débrouiller sans l'aide de Mr Vocivélo. Parce qu'il faut préciser : d'abord, Mme Vocivélo prend très rarement la voiture, ensuite comme Mr Vocivélo est très attentif, il ne laisse jamais la voiture avec un réservoir vide pour lui éviter les mauvaises surprises.

    Donc, arrivée devant la pompe à essence, elle fait le tour de la voiture et s'aperçoit qu'elle a choisi le mauvais côté. Le réservoir est de l'autre côté évidemment et stupeur, il est fermé à clé. Bon, n'ayons pas l'air surprise, l'air dégagé, essayer d'ouvrir avec la clé de contact, victoire ça marche. Euh, choisir un carburant : misère elle se souvient vaguement que la voiture est diesel. A tout hasard, elle décide de mettre du gaz-oil, ça doit être la même chose. Et commence le remplissage du réservoir, 15 litres plus tard, tiens pourquoi ça marche plus. Elle s'inquiète un peu, fallait peut-être pas mettre du gaz-oil. Tant pis, on va en rester là, essayer de refermer le réservoir mais ce stupide bouchon ne veut plus se mettre en place. Sauvée in extremis par le caissier qui finit pas se déplacer intrigué par la voiture qui bloque la file... et par la pompe à essence qui s'est bloquée aussi mystérieusement.

    Finalement, le vélo c'est moins compliqué, demain Mme Vocivélo se remet au vélo.

  • Le vélo qui pollue

    Oui ça existe dans l'imagination d'un artiste Michel de Broin qui a créé une œuvre d'art visible en ce moment à Nice, Villa Arson dans le cadre d'une exposition "Acclimatation" ou directement sur son site : Michel de Broin, Keep on smoking.
    Alors que les médias utilisent l'image du vélo pour en faire un argument de vente (vélo chez Comptoir des Cotonniers et d'autres vitrines également, célébrités circulant à vélo dont les photos sont largement relayées par la presse, etc...), il est réjouissant de voir qu'un artiste détourne cette même image pour produire une œuvre d'art à contre courant. A mettre en perspective avec une autre oeuvre du même artiste : la voiture à propulsion humaine. Et pour rire un peu ou pour réfléchir? cette même voiture en action en vidéo :
    .

  • Une idée à suivre?

    Une idée intéressante :

    Dans le cadre d'une campagne intitulée "Aimons les cyclistes", l'association poitevine "Vélocité.86" propose aux automobilistes de parrainer un (ou plusieurs) cyclistes.

    S'inspirant des actions "compensation carbone", l'association propose aux automobilistes de compenser leurs émissions de carbone en s'engageant à parrainer directement un (ou plusieurs) cyclistes. Le principe sous-jacent étant qu’une quantité donnée de CO2 émise par une personne peut être "compensée" par la réduction d’une quantité équivalente de CO2 pas une autre personne.

    Le parrainage consiste par exemple à assurer 1 an d'entretien du vélo, ou à fournir à son filleul des tickets de bus ou un covoiturage en cas de mauvais temps, ou même à offrir des vêtements de protection (en cas de pluie), des accessoires vélo, sacoches pour les courses, antivol, sonnette, etc...
    Fort de son expérience sur la route, l'automobiliste-parrain peut également jouer un rôle de conseil auprès de son filleul-cycliste, il peut l'inciter à adopter une conduite plus prudente à vélo, ou l'encourager à persister dans sa pratique du vélo urbain en cas de tentative d'abandon.

    Toutes les idées ou suggestions seront acceptées dans le cadre de ce parrainage.

    Automobilistes, si vous êtes intéressés, renseignez-vous auprès de l'association Vélocité.86 :

    poisson avril 2009.JPG