Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

circulation

  • Vous avez dit piste cyclable ? 3

     

    Dans la série « Vous avez dit piste cyclable ?» celle-là n’est pas mal non plus :

    Piste cyclable, Poitiers

    Il s’agit de la piste (et pour le coup elle porte bien son nom) cyclable qui longe l’Avenue du 11 Novembre à Poitiers, une des voies les plus fréquentée par les automobilistes.

    Plutôt que piste cyclable on devrait la baptiser de « Piste d’Entrainement aux Bosses pour VTT » puisque tous les 10 ou 20 mètres elle est traversée par des bosses gigantesques. J’en ai  mesurée une à 17 cm ! Pour info, 17 cm c’est près de 2 fois la hauteur d’un  bon trottoir, celui que j’ai mesuré dans notre rue ne fait lui que 9 cm environ. Donc emprunter cette piste (signalée comme obligatoire pour les cyclistes) revient à franchir plus d’une vingtaine de fois un double trottoir. Peut-être faut-il acheter un vélo Hummer pour circuler à Poitiers ?

    Piste cyclable, Poitiers

    Et dire que c’est (c’était ?) une des seules voies cyclables réellement protégée des automobilistes sur Poitiers !

    Cela étant, cette voie est un vrai danger pour les cyclistes et une véritable honte pour la Ville de Poitiers qui pourtant s’enorgueillit  d’offrir aux cyclistes poitevins un des plus beaux réseaux cyclables de France, rien de moins que ça. Mais dans quel état ? Personne n’en dit mot.

    Je ne sais pas quel conseil donner aux cyclistes  qui veulent aller du côté de l’Avenue du 11 Novembre : respectez la loi, empruntez la piste cyclable et tuez-vous en chutant dans cet entrelacs de bosses et de trous ou jouez la sécurité (sic) en roulant sur l’avenue (elle parfaitement lisse et refaite à neuf il y a quelques mois) mais au risque de vous faire écraser par une voiture ou un camion ? A vous de choisir mais je ne me risquerais pas à vous donner un conseil autre que : « évitez ce trajet à tous prix ! » Peut-être serait-il souhaitable avant d’aller faire ses courses au Grand Large (la zone commerciale située le long de cette voie) ou d’y passer pour aller bosser, de consulter son assurance pour choisir ce qui serait le plus avantageux pour son veuf ou sa veuve ?

    Les cyclistes des sous-citoyens à Poitiers ? Vu l’état des voies qu’on leur propose, on se demande même si quelqu’un sait ce qu’est un vélo à Poitiers.

  • Et si les cyclistes urbaines avaient aussi leur mot à dire ?

    Peut-on circuler à vélo facilement à Poitiers avec un bébé et des courses ? D'après le témoignage que nous avons entendu place du Marché, la réponse est NON.

    Samedi, nous avons croisé une jeune mère de famille près de la Poste place Notre Dame à Poitiers. Elle venait de faire ses courses et devait installer sa petite fille sur le siège à l'arrière du vélo. Un peu découragée, elle nous a expliqué que les appuis-vélos étant très souvent installés en pente, il lui était difficile de soulever l'enfant, le placer sur le siège, tout en maintenant l'équilibre du vélo qui a tendance à rouler dans la pente.

    Vous me direz "Elle n'a qu'à stationner son vélo plus loin... sur un emplacement plat" OK Sauf que si portez un enfant plus les courses de la semaine, vous cherchez à vous garer au plus près.

    Puis vient la rue de la Tranchée : à partir de la place Notre Dame,  il lui faut traverser toute la ville pour aller vers l'avenue de la Libération. L'itinéraire le plus direct pour un cycliste est la rue de la Tranchée. Mais cette rue est en sens unique (dans le sens entrant vers Poitiers) sans contresens cyclable.

    Vous me direz "Elle n'a qu'à utiliser la voie conseillée, c'est à dire, le parc de Blossac". OK Sauf qu'à Blossac, il y a des escaliers. "Oui mais les escaliers sont équipés d'une glissière pour les vélos" OK mais pour l'avoir emprunté, je peux vous affirmer que j'y ai renoncé par peur d'être entraînée dans la chute par le poids de mon vélo. L'opération est déjà compliquée à vide, mais avec un bébé sur le siège arrière et des courses à l'avant ? Elle peut décharger les courses, le bébé, faire descendre le vélo, puis les courses, puis le bébé (qui attend bien sagement en haut des marches) et tout recharger en bas. Ben oui, c'est bien connu, les mères de famille ont une énergie débordante et n'ont rien d'autre à faire de leur journée.

    De plus, le parc de Blossac est fermé la nuit : bon d'accord, la mère de famille ne fait pas ses courses la nuit. Mais rien ne lui interdit de se promener avec son bébé après 22h30 ou 21h30 en hiver ou avant 7h.

    Quel itinéraire lui reste-t-il ? Le trottoir rue de la Tranchée, en espérant, ne pas se faire verbaliser et ne pas rencontrer de voitures stationnées sur le trottoir.

    Grande discussion avec Mr Vocivélo car je regrette que les besoins des cyclistes urbaines (je pense aux mamans avec enfants et courses entre autres) soient si peu considérés. Selon lui, elles ne se font pas suffisamment entendre. Personnellement, je trouve ça étrange, faut-il absolument manifester pour exprimer son mécontentement ? Il me semble qu'un aménageur d'espace public qui souhaite promouvoir l'usage du vélo en ville doit penser à tous les usagers : le cycliste urbain n'est pas uniquement un jeune sportif équipé d'un VTT. Souvent, il s'agit de personnes plus agées, de parents accompagnés d'enfants, de cyclistes qui font leurs courses avec une remorque, etc.

    circuler à vélo,circulation urbaine,circulation,poitiers

     

  • Sacrée invention

    Dieu a les mains sales.
    - Vous avez mis les mains dans le cambouis ? demande saint-Pierre.
    Dieu a les mains toutes noires.
    - Qu'est-ce qui vous est arrivé?
    - Je viens d'inventer quelque chose de vraiment dégueulasse, dit Dieu en rigolant. En plus ça sent vraiment mauvais, respirez.

    Tout fier, il tend les mains sous le nez de saint Pierre.
    - C'est vrai que ça pue, dit saint Pierre. Faut vous laver les mains.
    - J'ai essayé, mais ça ne part pas avec de l'eau, ça colle. J'aurais dû inventer les détergents avant.
    - Vous en avez mis où?
    - Je l'ai caché dans des trous, mais je ne dirai pas où. Je ne veux pas qu'ils le trouvent tout de suite, je veux que ce soit une surprise, pour plus tard.
    - Ça servira à quoi?
    - Allumer des feux qu'on ne pourra pas éteindre, noircir le ciel, mettre la terre à feu et à sang, empoisonner les oiseaux et les poissons pendant des années.
    - L'enfer, en quelque sorte
    - Tu l'as dit bouffi, conclut Dieu.

    Dieu venait d'inventer le pétrole.


    Extrait de "Satané Dieu", Jean-Louis Fournier, Stock, 2005

  • Vélorution sur autoroute

    Un grand merci à nos reporters sur place, Keith et Heather qui nous envoyé cette photo de la "South Bay Expressway" à San Diego, lors de l'inauguration de cette voie express entre San Diego et la frontière mexicaine. Lundi, la voie sera ouverte aux voitures, mais nos reporters nous confient que les cyclistes sont prêts à recommencer tous les week-ends.
    Ainsi, nous citons le reportage qui nous est parvenu au milieu de la nuit : "Bonjour, nous sommes retournés de notre petit voyage sur la nouvelle route entre ici et la frontière Mexique. C'est dommage que lundi la route serait plein d'autos! Tout les cyclistes ont disent qu'il serait bien à prendre sans autos toutes les weekends, best wishes, K & H"


    South Bay Expressway

  • Faut-il se méfier des ronds-points?

    Une étudiante de Poitiers a été renversée par une voiture. Cette cycliste était prioritaire, je dis bien prioritaire sur un rond-point équipé d'une piste cyclable marquée au sol.

    Réaction de l'automobiliste : "Ben je croyais que vous alliez tourner à droite". La cycliste choquée par l'accident s'est de surcroît fait engueuler par un témoin :"Si au moins, vous portiez un casque!"

    Pour des conseils sur la meilleure façon d'aborder un rond-point à vélo, lire l'article de Provélo : cyclistes méfiez-vous des ronds-points

  • Question de vocabulaire

    Suite à l'accident de l'avenue de la Libé à Poitiers, un journaliste de Centre Presse a titré ceci :

    "Le cycliste heurte une portière"

    Hier à 8h30, un accident s’est produit avenue de la Libération. Mr ... empruntait cette voie lorsqu’il a percuté la portière de la voiture ouverte par Mme ...

    Tout porte donc à croire que le cycliste est responsable d'avoir heurté une portière de voiture!!

    Or le cycliste roulait sur une piste cyclable, un automobiliste en stationnement le long de la piste cyclable a ouvert sa portière (probablement sans regarder) et a percuté le cycliste.

    Si le journaliste de Centre Presse circulait parfois à vélo, il n'aurait pas déformé la réalité au profit de l'automobiliste.

    Madame Vocivélo, indignée par le travail du journaliste

  • Code de la route (suite)

    Réaction de Monsieur Vocivelo (très énervé) suite à l'article du Monde que j'avais cité le 1er mai. Pour plus de clarté, je recopie l'article du Monde après le commentaire de Monsieur Vocivelo (très très énervé).

    "Une fois de plus le Français préfère voir la paille dans l’œil du voisin plutôt que la poutre dans le sien et notre « Monde » respectable tombe dans le travers de la dénégation facile pour faire un rideau de fumée devant un des grands scandales de notre temps : l’insécurité routière.
    Oui, nous cyclistes l’assumons, nous ne sommes pas parfaits, oui parfois nous ne respectons pas les feux à la lettre, oui nous ne marquons pas toujours l’arrêt au stop, quand à téléphoner au guidon …. permettez moi de dire que je l’ai essayé et que bien vite l’ai arrêté non pas pour respecter la loi mais bien pour MA sécurité (essayez de freiner à vélo avec une main occupée, sans parler que ne voiture si vous lâchez votre téléphone, il tombe sur vos genoux, alors qu’à vélo …)
    Mais ce qu’oublie de nous dire cet article c’est que quand nous, nous agissons ainsi, c’est NOTRE sécurité et intégrité physique que nous mettons eu jeu alors qu’une voiture qui commet ce type d’infraction met la vie des autres en danger.
    Si Le Monde avait voulu être impartial dans ses déclarations, il nous aurait donné les statistiques des accidents en agglomération pour que nous puissions comparer et juger où est le véritable danger :
    Combien de piétons et combien d’automobilistes tués en agglomération par des vélos ?
    Combien de piétons et de cyclistes tués en agglomération par des automobiles ?
    Combien d’automobiles s’arrêtent pour lasser la priorité aux piétons sur les passages dits protégés ?
    Combien d’automobilistes téléphonent au volant malgré le véritable danger qu’ils font courir aux autres usagers ?
    Combien d’automobilistes grillent les feux rouges ?
    Et pourtant l’impact d’une masse métallique de près d’une tonne lancée à 50 km/h (quand la limitation de vitesse est respectée ! ) contre un piéton n’a aucune commune mesure avec celle d’un vélo qui pèse tout au plus une centaine de kg (et encore tout mouillé) et qui se déplace à 10 ou 15 km/h !
    Combien de fois par jour, ne sommes nous , nous cyclistes, mis en danger par ces automobiles qui doublent n’importe comment, qui téléphonent au volant en s’en foutant de ce qui se passe autour d’eux, qui se garent n’importe ou au mépris de la sécurité des piétons et des vélos et j’en passe et des meilleures.
    Combien de fois je me suis arrêté pour laisser passer un piéton arrêté au bord d’un passage protégé et que celui-ci n’ose même pas s’avancer sur la rue de peur des voitures ?
    Alors oui, nous ne sommes pas parfaits et personnellement je pense que nous devons être irréprochables si nous voulons pouvoir être des donneurs de leçon mais en même temps il y a une telle différence entre les conséquences de notre incivilité et celles des automobilistes que l’on peut au moins avoir l’honnêteté de nous l’excuser si ce n’est de la pardonner.
    J’aurais préféré que notre ce journaliste sûrement bien intentionné, ne parle du véritable scandale qui couvre nos murs et les pages de nos journaux sans que personne ne réagisse et que sont les nouvelles publicités pour ces véhicules 4x4 dont la philosophie affichée est de « faire de la ville leur terrain de jeu » ! Et là, nous cyclistes, piétons, enfants, personnes âgées , parents avec une poussette …… avons du soucis à nous faire quand nous allons croiser le chemin d’un Nissan Qashqai ou d’un Opel Antara ! Nous aurons intérêt à courir vite ! Mais peut-être Olivier Razemon vient-il justement d’acheter un de ces jouets et souhaite-t-il préparer son terrain de jeu en supprimant tout ce qui peut le déranger ?
    Mesdames, Messieurs, un peu de sérieux et de réflexion dans vos propos !"

    SOURCE :
    Le respect du code de la route par les cyclistes en débat
    LE MONDE | 30.04.07 | 15h21 • Mis à jour le 30.04.07 | 15h21

    Beaucoup de cyclistes l'ignorent ou feignent de l'ignorer : ils doivent respecter le code de la route au même titre que les conducteurs d'autres véhicules. Dura lex, sed lex. En ville, ce principe est mal ressenti par les cyclistes, qui subissent les imprudences des automobilistes et déplorent l'impunité dont bénéficient souvent les voitures garées sur les voies cyclables. Pour y remédier, les associations de cyclistes réclament la création d'un "code de la rue" qui serait mieux adapté aux circulations douces.


    "Les cyclistes devraient pouvoir rouler dans les sens interdits, créés dans le seul objectif de fluidifier le trafic des voitures", propose Monique Giroud, vice-présidente de la Fédération française des usagers de la bicyclette (Fubicy). L'association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB) demande pour sa part "la transformation du feu rouge en "cédez le passage", qui permettrait aux cyclistes de passer avec prudence".

    En attendant, les infractions demeurent monnaie courante. De très nombreux cyclistes brûlent allégrement les feux rouges et les stops, ne marquent pas l'arrêt devant un passage piétons ou encore téléphonent en tenant le guidon d'une main. A Paris, ils ne bénéficient officiellement d'aucun traitement de faveur. "Les agents verbalisateurs ne reçoivent aucune instruction de tolérance, quels que soient le type de véhicule ou le type d'infraction", indique-t-on sèchement à la Préfecture de police de Paris.

    STAGE DE SENSIBILISATION

    En pratique, toutefois, les agents se contentent souvent d'admonester la personne interpellée. Le commissariat du 12e arrondissement a même organisé, en mars dernier, une opération à visée pédagogique. "Dans un premier temps, nous avons verbalisé une quarantaine de cyclistes. Curieusement, il s'agissait surtout de quadragénaires et de quinquagénaires", note le major Pierre-Jean Iwars, à l'initiative de l'opération. Ensuite, le choix leur a été laissé entre le paiement d'une amende ou la participation à un stage de sensibilisation.

    A Lyon, la municipalité a érigé la tolérance en vertu. La brigade cycliste, composée d'une dizaine de policiers municipaux à vélo, "n'a pas pour mission de verbaliser, mais plutôt de faire respecter la prudence", indique Jean-Louis Touraine, adjoint au maire (PS). A Strasbourg, Fabienne Keller, maire (UMP), souligne que la police municipale "effectue peu de contrôles, sauf lorsque se produit un accident grave". L'élue suggère d'ailleurs d'adapter le tarif des contraventions. "Les cyclistes doivent verser, comme les automobilistes, 90 euros pour un feu rouge. Il n'est pas très juste de les pénaliser autant", fait-elle remarquer.

    Pour encourager la pratique du vélo, les villes mettent en place des aménagements spécifiques, notamment des contresens cyclables tracés au sol, tels qu'ils existent déjà dans le coeur historique de Strasbourg. A Paris, la ville espère la création prochaine d'"une quarantaine de kilomètres" de voies à contresens. "Mais la négociation avec la Préfecture est difficile", reconnaît Jean-Luc Dumesnil, au cabinet de Denis Baupin, l'adjoint (Vert) chargé de la circulation.

    Au-delà des éventuelles modifications apportées au code de la route, les associations de cyclistes considèrent que la sécurité progressera d'autant plus vite que le nombre de vélos sera élevé. Les statistiques sont formelles. A Strasbourg, Lyon et Paris, le nombre de décès de cyclistes reste stable depuis cinq ans, alors que le nombre de cyclistes a été multiplié, selon les villes, par trois ou par cinq.

    Olivier Razemon
    Article paru dans l'édition du 02.05.07

  • La voiture à tout prix

    Décidément le vélo c'est pas votre truc, vous avez atterri sur ce blog par hasard et vous vous demandez pourquoi.
    Un moteur de recherche auquel vous faites confiance s'est mépris sur vos intentions. Pourtant vous avez saisi des requêtes comme "prix voiture" "faire ses courses" "poitiers déplacements" "embouteillages ville".
    Alors je ne vais pas vous laisser repartir les mains vides. Même si vous êtes allergique au vélo et que vous ne voulez pas participer au désencombrement de la circulation en ville, vous souhaitez peut-être partager votre voiture (et vos frais d'essence), ne plus être seul dans les embouteillages, écouter les infos du matin et en discuter à 2, avoir un alibi pour ne plus jamais arriver en retard ...
    Tout ça vous pouvez l'avoir grâce au covoiturage : pour les poitevins sur covoiturage86. Exemple de trajet quotidien : de Montamisé au campus, de Saint-Benoît au campus, Poitiers-Montmorillon, et même Poitiers-Tours ou Poitiers-Niort etc...
    Portail covoiturage pour la région Poitou-Charentes si vous habitez l'un des départements 86, 16, 79, 17.

    Exemple de covoiturage en Hollande :

    medium_transports_en_commun.2.JPG

  • Crevaison

    Louis Rustin vient de faire son entrée dans Wikipédia. Quel rapport avec le vélo ? C'est lui qui a inventé les rustines, ces petites pièces de caoutchouc qui permettent de réparer les crevaisons. Et son nom, comme Poubelle, est devenu le terme générique qui désigne l'objet. En cas de crevaison, il faut toujours avoir des rustines sur son vélo. Pourquoi je vous parle de ça ? parce que ma roue était complètement à plat ce soir, je suis rentrée à pied bien que Huguette Bernière de la Jolly qui passait par là m'ait proposé obligeamment une pompe à vélo. (Je me demande bien ce qu'elle faisait sur le campus un 2 janvier à 19h00 avec une pompe à vélo à la main au lieu de regarder "Plus belle la vie".)

    Pour en savoir plus sur Louis Rustin, consulter Wikipédia ou le site de Rustin.