Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville

  • Vous avez dit piste cyclable ? 3

     

    Dans la série « Vous avez dit piste cyclable ?» celle-là n’est pas mal non plus :

    Piste cyclable, Poitiers

    Il s’agit de la piste (et pour le coup elle porte bien son nom) cyclable qui longe l’Avenue du 11 Novembre à Poitiers, une des voies les plus fréquentée par les automobilistes.

    Plutôt que piste cyclable on devrait la baptiser de « Piste d’Entrainement aux Bosses pour VTT » puisque tous les 10 ou 20 mètres elle est traversée par des bosses gigantesques. J’en ai  mesurée une à 17 cm ! Pour info, 17 cm c’est près de 2 fois la hauteur d’un  bon trottoir, celui que j’ai mesuré dans notre rue ne fait lui que 9 cm environ. Donc emprunter cette piste (signalée comme obligatoire pour les cyclistes) revient à franchir plus d’une vingtaine de fois un double trottoir. Peut-être faut-il acheter un vélo Hummer pour circuler à Poitiers ?

    Piste cyclable, Poitiers

    Et dire que c’est (c’était ?) une des seules voies cyclables réellement protégée des automobilistes sur Poitiers !

    Cela étant, cette voie est un vrai danger pour les cyclistes et une véritable honte pour la Ville de Poitiers qui pourtant s’enorgueillit  d’offrir aux cyclistes poitevins un des plus beaux réseaux cyclables de France, rien de moins que ça. Mais dans quel état ? Personne n’en dit mot.

    Je ne sais pas quel conseil donner aux cyclistes  qui veulent aller du côté de l’Avenue du 11 Novembre : respectez la loi, empruntez la piste cyclable et tuez-vous en chutant dans cet entrelacs de bosses et de trous ou jouez la sécurité (sic) en roulant sur l’avenue (elle parfaitement lisse et refaite à neuf il y a quelques mois) mais au risque de vous faire écraser par une voiture ou un camion ? A vous de choisir mais je ne me risquerais pas à vous donner un conseil autre que : « évitez ce trajet à tous prix ! » Peut-être serait-il souhaitable avant d’aller faire ses courses au Grand Large (la zone commerciale située le long de cette voie) ou d’y passer pour aller bosser, de consulter son assurance pour choisir ce qui serait le plus avantageux pour son veuf ou sa veuve ?

    Les cyclistes des sous-citoyens à Poitiers ? Vu l’état des voies qu’on leur propose, on se demande même si quelqu’un sait ce qu’est un vélo à Poitiers.

  • Une petite berceuse pour mon vélo?

    J'avais promis à Sylvie la photographe, de l'avertir dès que je verrai l'annonce d'un concours photo. En voici un dont il faut absolument que je lui parle.

    L'association "Pignon sur rue" de Lyon organise un concours de photographies. Thème : "le dodo de mon vélo" à décliner sur l'idée : photographier un parking à vélo insolite et/ou poétique.
    Il y a justement plein de parkings à vélo très poétiques sur le campus : barrières, arbres, poubelles, couloirs...

    Tous les renseignements pour participer sont sur le site de "Pignon sur rue"

    Qu'est-ce qu'on gagne ?

    Des antivols bien sûr et des adhésions à l'atelier du recycleur.

  • Grosse frayeur

    Bonjour,
    Je vais vous raconter la peur bleue qui m’est arrivée la semaine dernière lorsque j’ai découvert que …
    Mais d’abord laissez-moi me présenter : je m’appelle Albert Camus. Je ne sais pas très bien pourquoi on m’a baptisé ainsi mais si j’ai bien compris c’était le nom d’un célèbre homme qui avait des tas d’idées qu’il écrivait dans des livres. C’est drôle de nous donner des noms d’hommes célèbres comme cela mais c’est ainsi.

    Je vis depuis toujours au bord de la rivière et m’entends plutôt bien avec elle, même si nous n’avons pas les mêmes centres d’intérêts et si de temps en temps elle sort de son lit et vient me lécher les pieds. Je ne me suis pas toujours appelée ainsi, et il n’y a pas si longtemps encore j’étais connue sous le nom de Gué aux Roseaux. Moi je trouve ça plus joli mais il est vrai aussi que des roseaux il n’y en a plus depuis bien longtemps, ni de gué non plus d’ailleurs, et c’était bien avant encore, quand ils ont construit le pont.

    Bref, je suis Albert Camus et le resterai jusqu’à ce qu’ils décident de me changer encore de nom.
    Mais ce n’est pas de là qu’est venue ma frayeur.

    En fait j’étais même plutôt contente de moi il y a quelques semaines quand je les ai vu arriver avec leurs camions et leurs pelleteuses, j’ai rapidement compris que j’avais le droit à un petit lifting et à une nouvelle robe. Il faut dire aussi que je commençais à en avoir besoin. Autrefois, au début de ma vie, toutes ces finitions n’existaient pas et je n’étais faite que de sable et de cailloux qui se transformaient en boue quand il pleuvait ou que la rivière faisait des siennes. Et alors, quelques brouettes de cailloux suffisaient à me refaire une santé. Ça ne durait pas bien longtemps mais c’était tout ce qu’on m’offrait.

    Puis est venu le temps du bitume et là tout a changé. D’abord, la rivière sort de moins en moins souvent de son lit et donc me crée de moins en moins de soucis. Il parait qu’elle « est canalisée en aval » c’est ce que j’ai entendu quand ils sont venus faire le discours pour me changer de nom. J’ai pas tout compris mais en tout cas depuis ça va mieux de ce côté là. Et puis ce bitume, même si ce n’est pas très agréable côté odeur quand ils me le mettent sur le dos, est quand même beaucoup plus agréable pour les hommes qui m’utilisent. Juste un p’tit reproche : maintenant avec le bitume, je suis devenue imperméable et donc l’eau ne m’irrigue plus et il a fallu me barder de tuyaux pour écouler les eaux de la pluie et pour passer les tuyaux ils ont dû me parcourir de profondes tranchées et là, je peux vous dire que je ne suis plus à la fête. Ça fait mal. Mais souvent ça ne dure pas longtemps donc il suffit de prendre son mal en patience.

    Enfin, bref, je m’égare.

    Donc nous en étions là avec les camions et les pelleteuses qui sont arrivées et m’ont refait une beauté. Ils ont retiré le vieux bitume sur toute ma longueur et cette fois sans creuser trop profond, et l’ont remplacé par un tout neuf, tout noir et tout propre. Même mes copains les trottoirs ont été refaits de neuf. Eux ont eu le droit à des petits pavés roses et bleus. Ce qui va bien avec mon noir.

    Puis sont arrivés les peintres avec leur drôle de machine. D’habitude, ils se contentent de me faire une jolie ligne blanche au milieu avec une drôle de machine mais là en plus ils ont recommencé au début en rajoutant une ligne de pointillés de chaque côté. Et c’est là que j’ai vraiment eu peur. Il faut dire que dernièrement il m’était tombé dessus un papier que les hommes appellent publicité et qui proposait de « découper le talon suivant le pointillé et de renvoyer le bon à l’aide de l’enveloppe jointe » ! et surtout montrait une affreuse grosse paire de ciseaux en train de découper le bon suivant le pointillé. Au secours, ces pointillés c’est pour me découper et me mettre dans l’enveloppe.

    Je ne vous raconte pas la nuit que j’ai passé !

    Mes deux bandes de chaque côté n’ont pas arrêté de pleurer en disant qu’elles ne voulaient pas être séparées du reste de la rue. Que c’était pas juste. Qu’on venait juste de nous mettre ensemble et qu’on résisterait, qu’ils ne pouvaient pas faire ça Etc.. etc…
    Enfin bon, on était tous très inquiets le lendemain matin quand ils sont revenus avec leurs machines, mais on a été vite rassurés car pas de gros ciseaux en vue mais plutôt leur machine à peinture, et ils ont recommencé à faire des petits dessins ma foi que je trouve plutôt jolis , tout le long des deux bandes des côtés. Ouf, il semble que nous soyons sauvés ! Quel soulagement pour tous.

    Et voilà, maintenant ça va mieux. On a bien compris que personne ne voulait nous séparer et que nous serons encore longtemps ensemble.
    Tout irait donc très bien si un peu de jalousie ne s’était installée entre les deux bandes de côté et le reste de la rue car en fait ces deux bandes sont réservées aux petits vélos et il faut dire que pour la rue c’est bien plus agréable de supporter des vélos que ces grosses voitures qui nous écrasent à chaque passage, et encore je ne parle pas des camions qui à chaque fois nous cassent les reins, heureusement que nous habitons en ville et qu’il y a moins de camions mais j’ai un cousin qui traverse la campagne et qui n’est pas à la fête tous les jours de ce côté là. Chacun sa misère pas vrai ?

    Mais surtout, ce qui est horrible avec les voitures ce sont les odeurs. Le truc qui les fait avancer là, c’est la cata. Et le pire c’est que de temps en temps, ça pleure un peu par en dessous et je peux vous dire que leurs larmes quand ça vous tombe dessus, c’est tout gras, ça pue littéralement, ça rentre entre mes pores et c’est quasiment impossible à nettoyer. C’est noir et ça colle partout.
    Bref, les deux côtés rigolent un peu et se moquent du passage des voitures sur mon centre. Sans compter que avec les beaux jours qui arrivent, les petites jeunes filles ont des robes de plus en plus courtes, et là les deux côtés sont aux anges.

    Donc vous qui utilisez votre voiture ou votre camion, pensez un peu à nous les pauvres rues que vous écrasez et pensez de temps en temps à prendre votre vélo surtout si vous êtes jeunes et en mini jupe !
    Et vous les cyclistes, si d’aventure quelque voiture vient à se poser sur votre piste, avant de trop pester contre cet intrus qui vous force à un écart, pensez que c’est peut-être votre piste qui l’a mise là pour faire un peu profiter de votre passage le centre de la rue qui ne voit que camions et voitures, surtout si vous êtes une jeune cycliste en mini jupe !

  • La voiture à tout prix

    Décidément le vélo c'est pas votre truc, vous avez atterri sur ce blog par hasard et vous vous demandez pourquoi.
    Un moteur de recherche auquel vous faites confiance s'est mépris sur vos intentions. Pourtant vous avez saisi des requêtes comme "prix voiture" "faire ses courses" "poitiers déplacements" "embouteillages ville".
    Alors je ne vais pas vous laisser repartir les mains vides. Même si vous êtes allergique au vélo et que vous ne voulez pas participer au désencombrement de la circulation en ville, vous souhaitez peut-être partager votre voiture (et vos frais d'essence), ne plus être seul dans les embouteillages, écouter les infos du matin et en discuter à 2, avoir un alibi pour ne plus jamais arriver en retard ...
    Tout ça vous pouvez l'avoir grâce au covoiturage : pour les poitevins sur covoiturage86. Exemple de trajet quotidien : de Montamisé au campus, de Saint-Benoît au campus, Poitiers-Montmorillon, et même Poitiers-Tours ou Poitiers-Niort etc...
    Portail covoiturage pour la région Poitou-Charentes si vous habitez l'un des départements 86, 16, 79, 17.

    Exemple de covoiturage en Hollande :

    medium_transports_en_commun.2.JPG