Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Madame Huguette démasquée …

    L'équipe Vocivélo au grand complet s'est rendue le week end dernier dans notre belle capitale pour vous y représenter au Salon Des Voyageurs à Vélo qui se tenait sur 2 jours à la Maison du Travail de Denis.

    Déambulant le soir sur les Grands Boulevards après une merveilleuse journée à écouter les histoires et regarder les images rapportées par ces fous du vélo qui sillonnent la planète, qu'elle ne fut pas notre surprise de découvrir que la Résidence des Violettes dont Madame Huguette nous dresse régulièrement un portrait si champêtre et nous décrit comme un endroit isolé et un peu à l'écart du monde, s'avère en fait être placé au beau milieu du Boulevard Saint Martin , l'un des plus fréquentés de Paris. Voir la photo pour preuve.

    medium_200_violettes.2.JPG


    Ainsi donc Madame Huguette, vous tentiez de tromper Vocivelo ! Et bien sachez que vous avez été mise à jour !

    Pardon chère Huguette pour cette facétie de potaches, sans rancune nous l'espérons, et continuez quand même à nous donner des nouvelles de vos co-pensionnaires.

  • La fête des lumières

    Mago8 me demande la recette des crêpes bretonnes pour la chandeleur. Des crêpes sur un blog qui parle de vélo ? Mais que vont penser les lecteurs ? Et puis je suis dans un profond désarroi comme certains interviewés à qui l'on demandent leur avis sur la société, le monde, le chômage, la crise du logement, la mondialisation du commerce. C'est à dire que la cuisine je n'y connais rien du tout. Mais bon, comme Mago8 est une fidèle lectrice, j'ai retrouvé la recette du far aux pruneaux de ma maman. Il s'agit du far aux pruneaux du Finistère Nord, très précisément de la région des abers. Ailleurs, ils font autrement, mais c'est pas le vrai far aux pruneaux. Je recopie la recette telle quelle :

    Ingrédients

    * 4 grosses cuillérées de farine (à remplir avec la grande cuiller en bois)
    * Du beurre (plein)
    * 4 oeufs
    * Des pruneaux
    * Une pincée de sel
    * Un demi-litre de lait
    * Un peu de sucre (à mettre au pif)

    Procédure

    1. Tamiser la farine dans le tuperware jaune (c'est pour éviter les grumeaux)
    2. Faire fondre le beurre au four dans un plat adéquat.
    3. Mettre le sucre dans la farine.
    4. Rajouter une pincée de sel.
    5. Casser les oeufs dans le mélange obtenu et remuer jusqu'à obtenir un mélange homogène.
    6. Retirer le beurre fondu du four et le verser lentement dans ce mélange. Touiller en même temps.
    7. Verser le demi litre de lait dans ce mélange. Touiller en même temps : il faut obtenir la consistance d'une pâte à crêpe un peu épaisse.
    8. Disposer 15 pruneaux au fond du plat.
    9. Verser la préparation délicatement dans ce plat.
    10. Enfourner le plat.
    11. Laisser cuire entre 30 et 45 minutes.
    12. Sortir le plat du four.
    13. Sucrer.


    Et comme c'est la fête des lumières, un petit conseil aux cyclistes : roulez éclairés, je vous assure qu'on ne vous voit pas du tout si vous circulez sans lumière.

  • Garage à vélos




    Publié dans : La Nature, 1904, 1er semestre, page 366. Revue numérisée par le CNUM du CNAM, Conservatoire numérique des Arts et Métiers.

  • 5 minutes

    Pour les plus étourdis ou ceux qui vivent sur une autre planète:

    5 minutes de répit pour la planète

    1er février 2007 de 19h55 à 20h00


    Toutes les infos sur le site de l'alliance pour la planète

  • Partir à vélo

    Ce week-end, nous étions à Paris pour le 22e festival du voyage à vélo, organisé par CCI, Cyclo camping international. Nous revenons très enthousiastes, avec quelques coups de coeur :

    - le diaporama de Véréna et Luciano LEPRE qui ont voyagé 8 ans à vélo. Véréna et Luciano LEPRE sont partis sans expérience du vélo, sans programme établi. Ils n'ont présenté que la première partie de leur diaporama au festival 2007, la deuxième partie sera présentée au prochain festival en 2008! Suspens donc concernant la suite et fin de leur voyage.

    - la route des cimes de Pékin à Calcutta par Christophe TATTU. 7000 kms à vélo entre 3000 et 5220 mètres d'altitude. Un parcours qui passe par certaines zones interdites du Tibet. Moralité, un vélo ça passe vraiment partout, même quand il n'y a plus de route (emportée par les crues), même si on veut vous empêcher de passer (on roule de nuit). Et si le vélo disparait, on finit toujours par le retrouver et repartir!

    - une famille avec 4 enfants en Amérique latine : 5 mois de voyage au Pérou, Argentine, Bolivie. La famille Boisseau vient de publier un livre.

    - et aussi autour des stands la découverte de l'éditeur "Artisans-voyageurs". Nous avons acheté le livre "Odyssées Africaines" pour faire un cadeau, mais je n'ai pas pu m'empêcher de commencer la lecture du bouquin et je vais avoir du mal à l'offrir.

    En plus, ces grands voyageurs sont tous modestes : l'un d'entre eux a dit "Le voyage à vélo est devenu commun. Il reste que dans n’importe quel voyage, le seul héros n’est ni le marcheur, ni le cycliste, ni l’ « aventurier », mais le monde."

  • Break bleu immatriculé 1087 XQ 17

    Si par hasard vous croisez cette voiture, que vous soyez à pieds ou à vélo, sautez sur le trottoir, grimpez dans le premier arbre disponible ou faites vos dernières prières !
    Ce matin, dans le vent, sous la pluie, ce monsieur s'est permis de me doubler dans le bas de la montée de Blossac, face au niveau de l'école Paul Blet, sur le gendarme couché du passage piéton, là où la rue est rétrécie par un haricot central. Il est passé si près que je n'ai eu qu'a tendre le bras pour toucher sa carrosserie !
    Et non content de jouer les apprentis assasins , ce monsieur a ensuite fait demi-tour pour m'engueuler car j'avais "touché sa voiture alors qu'il me doublait à plus d'un mètre". J'ai soudain le bras bien long ! Sans doute pas assez long malheureusement pour lui faire retirer son permis de tuer !
    M'enfin ! Colère très très rouge

  • Inventaire à la Prévert du matériel du cycliste

    Pour voir j'ai décidé de faire ce soir l'inventaire du matériel que je transporte dans mes sacoches en pensant que peut-être cela pourra donner des idées à quelques uns ou que quelques uns par la suite me donnent leurs idées.

    Tout d'abord, sur mon vélo j'ai 2 sacoches: une de guidon pour les petites choses, et une sur le porte bagages pour les choses plus volumineuses.

    Commençons par la sacoche de guidon:
    · un sac plastique bien utile en toutes circonstances pour couvrir la selle quand je ne trouve pas un abri abrité des intempéries;
    · un antivol, pour un usage qu'il est inutile de présenter. Simple filin d'acier gainé de plastique et formant une boucle à chaque extrémité. J'y porte un attachement particulier car je l'ai trouvé au bord d'une route il y a bien longtemps et que depuis, équipé d'un cadenas lui aussi récupéré, il a survécu à l'ancien vélo et m'a suivi dans tous mes déplacements;
    · un serre bas de pantalon. De la Fubicy il est blanc et réfléchissant pour la jambe côté chaîne;
    · quelques papillons "stationnement gênant", un peu froissés mais toujours utiles pour déposer sur les pare-brises des voitures qui empiètent sur MA voie;
    · un bonnet, pour les grands froids. Souvenir de notre voyage en Norvège. Uniquement transporté l'hiver;
    · une paire de gants (les bleus) en polaire pour les matins froids. Là aussi, je les laisse à la maison l'été;
    · un tournevis de petite taille, tiens, il est là celui-là ? Sans doute un oubli après un matin où je soupçonnais quelque déréglage du dérailleur;
    · deux clés à six pans, je les avais aussi oubliées celles-là. Ça c'est pour peaufiner un réglage de freins après avoir changé les patins. Si tu tires trop, c'est dur, voire ça frotte en permanence, si tu tires pas assez, le freinage est mou. Donc les patins neufs demandent souvent un peu d'ajustement sur les premiers parcours. En fin de compte, je n'ai jamais dû m'en servir, mais … on ne sait jamais.
    · une pièce de 1 centime (d'Euro). A quoi peut-elle bien me servir ? Laissons la dormir et attendons qu'elle fasse des petits.
    Sur le côté de la sacoche de guidon, 2 poches.
    Dans la première:
    · rien. C'est celle du côté gauche, pour un droitier ce n'est pas facile d'accès;
    Dans la seconde:
    · une autre clé à six pans, de mêmes dimensions que l'une des deux autres. J'ai gagné 27 g !
    · un élastique, ou ce qu'il en reste car il n'a manifestement pas apprécié les écarts chaud froid du séjour. Bien utile pour accrocher des baguettes autour de la barre et du cadre au temps où je jouais à construire des cerfs-volants… Ceux qui suivent comprendront.
    · Et enfin, 2 pièces de un euro et un jeton de caddie en plastique. Indispensables pour décrocher un chariot pour les courses hebdomadaires.

    Voilà pour la sacoche avant. Passons à l'arrière.
    · une autre paire de gants, les blancs (quand ils sont propres !) spécialisés pour la pluie ceux-là. Des vieux gants de ski en fait, un peu étroits mais ultra solides;
    · un gilet fluo. Un peu de pub pour la Fubicy et surtout un signe visible la nuit. Indispensable. Je me dis même parfois que ce devrait être plus obligatoire qu'un éclairage qui, sur un vélo, est toujours un peu aléatoire et sujet à toutes sortes de pannes. OK, je fais un peu Père Noël jaune avec ce déguisement, mais au moins, ils ne peuvent pas dire qu'ils ne m'ont pas vu;
    · un pantalon de "K Way". Bien plié ne prend pas de place, et ne quitte plus le vélo depuis le jour où, l'ayant laissé à la maison, je me suis fait saucer le soir en rentrant. Je trouve que c'est un accessoire indispensable à qui veut pédaler un peu par tous les temps. Pas pour de longs trajets, mais bien adapté pour un court déplacement en ville. Seul inconvénient, il ne couvre pas les chaussures qui elles finissent pas mouiller s'il pleut trop.
    · une casquette. En toile imperméable, complément du précédent pour la pluie. La visière protège les lunettes de la pluie et la capuche du blouson renforce l'étanchéité de l'ensemble. Testé sous forte pluie, ça tient les 20 minutes que je mets à rentrer. Même pas mouillé à l'arrivée (sauf les chaussures qui font floc floc, y'a pas à dire, il va falloir trouver un truc);
    · un tendeur. En fait un système de deux tendeurs attachés entre eux par un anneau. Super pratique et qui, je trouve, tiennent mieux que deux tendeurs séparés. Utile pour les grosses charges non prévues (ordinateur, colis à la poste …);
    · et enfin, une pancarte "Doublez à 1 mètre – code de la route" que je sors quand j'en ai marre de me faire serrer de trop près quelques jours de suite. Très dissuasif et permettant de m'arrêter à la hauteur des quelques imbéciles qui viennent de me doubler d'un peu trop près à mon goût, pour leur demander s'ils savent lire.

    Ce que je n'ai pas:
    · un casque, pour moi peu utile en ville et surtout anti liberté;
    · un nécessaire de réparation contre les crevaisons. Si je crève, je rentre à pied ou j'appelle le taxi Vocivélo;
    · un masque anti pollution. On n'est pas encore à Paris ou à Tokyo;
    · un écarteur. Mais là, je n'ai pas d'argument.

    Voilà , c'est à peu près tout pour moi, mais en fin de compte ce n'est déjà pas si mal.
    Et vous, quel équipement transportez-vous sur votre vélo et pour quel usage ? Répondez-moi sur le site , surtout si vous avez résolu le problème des chaussures sous la pluie.

  • Sur le Web

    La Chine perd les pédales. La Chine n'est plus le royaume de la bicyclette. Depuis quelques années, les cyclistes se font dépasser à vitesse grand V par les automobilistes lire la suite

    10 janvier 1894 Cycle roi :
    Ouverture du premier Salon du cycle de Paris, salle Wagram pour une durée de douze jours. Le succès de la "petite reine" est tel que le second du genre a lieu en décembre de la même année. L'engouement populaire pour la bicyclette provoque même une "révolution" auprès de la gent féminine : le corset est abandonné sur conseil médical ; son port est jugé incompatible avec la pratique de cet engin.

    Grâce à l'invention de la bicyclette, les femmes ont pu abandonner le corset. Ouf!

    Remonte-pente pour vélos. Le vélo est une façon d’avancer sans faire reculer les générations futures. Mais dans les montées, c’est parfois dur. Tiens, c’est comme le ski. lire la suite

  • Festival du voyage à vélo

    Le 22e festival du voyage à vélo se déroulera le we des 20 et 21 janvier 2007 à Saint Denis (bourse du travail). Le programme peut être consulté sur le site de CCI : cyclo camping international.

    cci.asso.fr

  • Promenade matinale

    Ce matin, je roulais tranquillement sur le boulevard René Cassin, je croise un chien qui profite de sa promenade matinale pour se soulager sur le trottoir. Bien sûr, j'en veux un peu à son propriétaire qui prend un air absent, genre j'ai rien vu, et je pense intérieurement à ma tante âgée de 95 ans, qui elle RAMASSE les crottes de son chien. D'accord le chien de ma tante est tout petit, donc les crottes sont minuscules. Tandis que le gros chien que j'ai croisé, beurk, ramasser... ça doit pas être drôle. Mais tout ça, je l'ai pas crié, je l'ai juste pensé intérieurement. Quand même le chien a dû m'entendre, puisqu'il s'est mis à aboyer, puis à me courser, moi je n'avais qu'une peur, c'est qu'il me déséquilibre et qu'une voiture arrive là-dessus. La propriétaire du chien l'a rappelé avec très peu de conviction, le chien en a profité pour me courser jusqu'au campus en aboyant toujours plus fort. La prochaine fois que je vois un chien souiller les trottoirs, je m'abstiendrai d'une réflexion, même toute intérieure.

  • Cyclistes en Inde

    Après avoir cliqué sur le lien ci-dessous, rendez-vous à la photo numéro 6


    Les images du jour du 2 janvier
    LEMONDE.FR | 02.01.07

    © Le Monde.fr

  • Crevaison

    Louis Rustin vient de faire son entrée dans Wikipédia. Quel rapport avec le vélo ? C'est lui qui a inventé les rustines, ces petites pièces de caoutchouc qui permettent de réparer les crevaisons. Et son nom, comme Poubelle, est devenu le terme générique qui désigne l'objet. En cas de crevaison, il faut toujours avoir des rustines sur son vélo. Pourquoi je vous parle de ça ? parce que ma roue était complètement à plat ce soir, je suis rentrée à pied bien que Huguette Bernière de la Jolly qui passait par là m'ait proposé obligeamment une pompe à vélo. (Je me demande bien ce qu'elle faisait sur le campus un 2 janvier à 19h00 avec une pompe à vélo à la main au lieu de regarder "Plus belle la vie".)

    Pour en savoir plus sur Louis Rustin, consulter Wikipédia ou le site de Rustin.

  • Parrainer un arbre

    Pour bien commencer l'année 2007, j'ai décidé de parrainer un arbre. En effet, la région Poitou-Charentes propose de parrainer la plantation d'un arbre en forêt publique. Cet arbre sera situé en forêt de Mareuil, à 30 kms de Poitiers, quelque part du côté de Chauvigny. On peut même suivre en ligne le journal de la plantation de Mareuil. En échange, j'ai reçu un certificat de parrainage électronique.

    medium_certificat-parrainage.2.gif

    Quel est l'intérêt de parrainer un arbre? D'abord, c'est participer à une démarche collective de replantation et préparer une meilleure qualité de l'environnement pour demain. Mais aussi, en tant que randonneurs cyclistes, nous sommes très sensibles aux paysages que nous traversons. C'est bizarre, mais nous préférons traverser des forêts que des zones urbaines. Et puis, les arbres nous procurent de l'ombre en été, parfois nous abritent des averses passagères. Alors pourquoi s'en priver ?

    PS : A ce jour, 248 marraines et parrains ont souhaité qu’un arbre soit planté en leur nom en Vienne et 592 au total en Poitou-Charentes.