Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lectures en cours

  • 4 récits de voyage à vélo

    J'ai lu récemment 4 récits de voyage à vélo .... plus un.

    On pourrait croire que tous les récits de voyage se ressemblent. Il n'en ait rien heureusement et voici 4 récits de voyage plus un.

    Le premier récit est celui de Matthieu Monceaux, rencontré cet été chez Alain. Matthieu n'est pas très bavard mais il a écrit un excellent livre pour satisfaire notre curiosité au sujet de son voyage à vélo : 44000 kms en vélo couché autour du monde. Ayant récupéré son livre tout au début de notre voyage à vélo de cet été (très modeste un p'tit tour en France), je pédalais toute la journée et le soir je plongeais (parfois je piquais du nez sur le bouquin) dans les aventures de Matthieu autour du monde. Je rigolais doucement à l'évocation de ses péripéties en Amérique du Sud alors que moi j'avais pédalé tranquillement sur l'Aubrac toute la journée, je m'effrayais des risques insensés qu'il prenait tandis que je réussis à convaincre Michel tous les soirs de dénicher un camping avec au minimum une douche chaude, je l'admirais pour sa obstination en lisant son expédition au Machu Pichu, hors des circuits touristiques.

     

    livre_tdmbentlivre_couv.jpg

    Ecrit bien des années auparavant (1932), Souvenirs de la grande route de Paul Maerky est le récit d'un cycliste voyageur suisse qui sillona la France avec sa compagne. Ils voyagent sans but déterminé, sans connaissance précise des lieux où s'arrêter, se fiant aux rencontres pour trouver une auberge, délaissant les grands itinéraires pour préférer les chemins de traverse, s'intéressant à la vie locale, aux fêtes (physionomie d'une noce en Bretagne), à la gastronomie, dressant le portrait  d'aubergistes, de gendarmes, de nomades... La Bretagne lieu de prédilection les voit souvent revenir d'une année sur l'autre, en effet leur récit couvre la période 1897-1924.

     

    J'ai lu aussi deux récits de jeunes voyageurs :

    - "Les Calepieds", Rosélène et Nicolas racontent leur voyage en Europe et en Afrique.

    - Deux roues libres de Pierre Thiesset qui raconte son échappée des bancs de la fac pour une aventure à vélo.

    Rencontrés au festival du voyage à vélo, les Calepieds comme Deux roues libres attirent la bienveillance par leur naturel et leur enthousiasme. Ils ne cherchent pas à accomplir un exploit ou relever un défi sportif.

    Bonus : J'ai reçu tout récemment "Tandem solo" de la part de bibliocycles. Le Paris-Brest en tandem : Un récit dont la lecture est captivante...

  • L'antimanuel du cycliste urbain

    Si vous voulez lire des chroniques vélocipédiques légèrement rebelles, un peu impertinentes mais pas vindicatives, ce livre est exactement le manuel qu'il vous faut. Ou plutôt un antimanuel du cycliste urbain qui prône le vélo en ville sans bonnet péruvien (là je suis d'accord), ni en maillot lycra (toujours d'accord). Converti depuis peu (3 ans), l'auteur Hugues Serraf, cycliste urbain est aussi journaliste. Comme il circule à Paris, il a de quoi alimenter ses chroniques : les vélibs, les scooters, les feux rouges...

    Si vous n'êtes pas cycliste mais plutôt automobiliste, ce manuel vous permettra (peut-être) de comprendre que les cyclistes urbains ne pédalent pour le seul plaisir d'encombrer les routes comme vous semblez le croire. Je dis ça pour l'automobiliste poitevin qui a rétorqué à Michel : "Ben oui mais pourquoi vous nous emmerdez en circulant aux heures de pointe?"

  • Publication

    Exclusif, après d'âpres négociations avec les éditeurs, Vocivélo est en mesure de faire profiter ses fidèles lecteurs d'une offre tout à fait exceptionnelle et en exclusivité mondiale, la souscription au livre Les Amoureux de et par Plume Rouchard au prix de 0,90 €. Illustrations de l'auteur.

    Couverture amoureux.jpgLe monde vu par les yeux d'un enfant et au-travers de ce regard, passent des émotions que chacun d'entre nous ressent au plus profond de notre être réel et profond. La promesse d'un talent graphique et d'écrivain qui saura nous ravir dans le futur.

    Donc soyez nombreux à souscrire, nous vous ferons parvenir au plus tôt le moyen de vous procurer un magnifique exemplaire personnalisé et personnalisable.

    Dernière nouvelle du 17 mars: notre petit fils Plume se désespère de ne pas avoir recu de réponse (et surtout de commande !) pour son magnifique mini-livre (8 pages quand même).

  • Pour Plume

    Pour Plume qui désormais sait lire, j'ai trouvé ma biographie déjà rédigée :

    41PJRWP9SKL._SL500_AA240_.jpg

    Je résume l'histoire : Elle s'appelle Gabrielle (mon 2e prénom) et elle refuse qu'on l'appelle Mamie ou mémé (tiens moi aussi). Elle prépare des croque-monsieur à ses petits-enfants, j'y avais pas pensé mais c'est tout à fait dans mes cordes. Et surtout, elle fait du vélo, elle pédale tous les jours 2 kms pour aller travailler à la bibliothèque, et le soir rebelote elle fait le trajet à l'envers. Exactement mon histoire, enfin, je pédalais 2 kms pour aller travailler à la bibliothèque jusqu'à qu'on m'envoie me recycler à l'enscyb. Et bien, figurez-vous que dans l'histoire, c'est pareil, Louis explique à son petit frère qu'ils veulent envoyer Gabrielle se recycler...

     

     

  • A vélo citoyens

    L'excellent éditeur "Plume de Carotte" vient de sortir ce livre :

    51qT2Coy9uL._SL500_AA300_.jpg

    120 portraits photographiques de cyclistes urbains avec un texte du philosophe Michel Serres à lire absolument. "Nos automobiles? des fossiles"

    Il nous rappelle que les premiers êtres vivants étaient mous à l'intérieur et se protégeaient d'une carapace dure (mollusques, reptiles). L'automobile appartient à cette même espèce comme si l'homme ne parvenait à modeler que des fossiles archaïques. Il lui manque la capacité d'imaginer des techniques douces à l'image de ce que sont devenus nos corps, os, cartilages, squelettes à l'intérieur, plumes, chair, poils, duvet à l'extérieur. Le vélo est une exception qui mime le corps humain, il ne nous protège pas d'une armure préhistorique.  C'est au contraire le corps souple, mou et malléable qui entoure la bicyclette-squelette de toutes parts. Le vélo devance de millions d'années l'automobile archaïque.

    Noter aussi que la campagne "A vélo citoyens!" a été initiée par une association toulousaine et qu'une exposition photographique est disponible auprès de cette association. Pourquoi pas dans notre ville de Poitiers? Cela contribuerait certainement à changer le regard porté sur les cyclistes urbains! Toutes les informations techniques : scénographie, mobilier, participation aux frais sont disponibles sur le site "A vélo citoyens! ... Enfin, on peut visiter avec beaucoup d'intérêt le blog "à vélo citoyens" où l'on retrouvera le making of, un extrait du texte de Michel Serres et des photos qui montrent d'abord une grande diversité chez les cyclistes, et surtout des cyclistes qui ont l'air heureux.



  • Un livre, un film

    Un livre qui devrait plaire aux cyclistes amateurs de BD.

    La bicyclette rouge est une bande dessinée traduit du coréen. L'auteur Kim Dong Hwa raconte et dessine le journal d'un facteur qui circule sur une bicyclette rouge dans le village de Yahwari, aux environs de Séoul. Chaque rencontre est une petite histoire : celui qui attend tous les jours la visite du facteur, la visite du fils, les grands-mères, etc... Les dessins sont pleins de douceur et de délicatesse. Même les adresses sont poétiques : la maison de l'arbre aux kakis, la maison des oiseaux qui se reposent.

    La bicyclette rouge a déjà paru en 3 tomes : Yahwari, les roses trémières et les Mères... On annonce un tome 4 pour février 2009, et un coffret reprenant les 4 tomes.
    En voir plus sur le site de l'éditeur Paquet, l'éditeur qui vous emballe :)

    41PRKZNB1DL._SL500_AA240_.jpg


    Un film dont le titre en anglais pourrait en décourager certains: "Home". L'histoire d'une famille qui vit depuis 10 ans au bord de l'autoroute. Comment peut-on vivre ainsi? la réponse est simple. L'autoroute est désaffectée et fournit à toute la famille un fantastique terrain de jeux : partie de hockey, piscine, chaises longues pour bronzer, soirées enchantées. Hélas, un jour arrive une, deux puis des centaines de voitures. Vient les tentatives pour survivre au ras du flot continuel des voitures comme si rien n'avait changé, puis l'enfermement dans la maison, le calfeutrage, l'insonorisation, le décapage... A voir à Poitiers au Théâtre.

    Points communs entre ce film et ce livre : une illustration de la mobilité ou l'immobilité. La famille de "Home" quoiqu'il arrive, même si cela parait difficile à comprendre pour nous qui sommes habitués à la mobilité, reste en place tout comme les petits vieux de "la bicyclette rouge", installés devant leurs maisons à attendre des enfants, petits-enfants qui viennent trop peu.

  • Bibliovélo

    Repéré dans Livres Hebdo, des livres à paraitre


    En mars :
    - "Les Deux-Sèvres à vélo", IGN, 2008 (Cycloguide; 79)
    24 circuits touristiques à découvrir en vélo

    En avril :
    - "De Paris à Roubaix par les pavés", Jean-Yves Grégoire, Rando éditions, 2008
    2 itinéraires pour découvrir le Paris-Roubaix, l'un en 3 étapes pour amateurs entraînés, l'autre en 5 ou 7 étapes adapté aux familles.
    - "Guide du cycliste en ville", Ghislain Landreau, Sud-Ouest, 2008
    Guide pratique pour inciter le public à se déplacer en vélo en ville

    En mai :
    - "Le beau vélo de Ravel", Frédérique Thébault,... RTBF, 2008
    Découvrir en Wallonie, en Flandre et dans l'est de la France, le Ravel, réseau autonome des voies lentes

    d3cd9836af6cb879b4339e343b964750.jpg

  • Le culte de l'amateur



    Le livre que je lis en ce moment est intéressant à l'heure où l'on parle de la responsabilité éditoriale de Wikimédia.
    L'auteur de ce livre, Andrew Keen fait entendre une voix à contre-courant qui dénonce l'amateurisme des internautes contribuant à diffuser une information peu vérifiable sur les blogs, les wikis, etc ...

    D'après l'auteur, le niveau de création sur YouTube par exemple est affligeant. Pire, les professionnels de la création littéraire, artistique, cinématographique ne peuvent plus se faire connaitre au milieu de la cacophonie engendrée grâce aux outils du web 2.0

    Qu'est devenu le web? un gigantesque dortoir où des internautes en pyjama écrivent n'importe quoi sans se soucier de vérifier leurs sources. Des singes ne feraient pas pire. Alors là c'est vrai, je suis en pyjama (parce que je ne bloggue pas sur mon lieu de travail), mais je suis une vraie personne et je ne revendique pas du tout le titre de journaliste. Celui qui veut me lire .. me lit, et celui qui préfère lire le Monde ... lit le Monde.

    D'ailleurs, je rends aux experts ce qui leur revient, j'ai découvert ce livre grâce :

    à Pierre de Gasquet : "Le culte du blog et l'angoisse des experts", Les Echos, 12-09-2007, p. 14
    et Bertrand Le Gendre : "Internet ou le culte de l'à-peu-près", Le Monde, 12-09-2007

    Pour vérifier mes sources, vous n'avez plus qu'à vous rendre dans votre bibliothèque préférée, demander s'ils sont abonnés au Monde ou aux Echos, demander s'ils ont conservé les numéros en question, ou mieux leur demander s'ils ont acheté la version en ligne des Echos ou du Monde. Et aussi, leur suggérer d'acheter : "The cult of amateur" si vous avez envie de le lire. Parce que si jamais, le livre ne répond pas à vos questions, vous aurez perdu 19,67 euros.

    Enfin, Andrew Keen cite Al Saracevic, du San Francisco chronicle :
    "In America, bloggers don't go to jail for their work, that's the difference between professionals and amateurs." C'est-ce qui fait la différence entre un journaliste professionnel et un amateur? Ouf, je suis sauvée, je peux aller travailler (à vélo) dans la vraie vie.

  • Il y a une vie après l'auto

    Y a-t-il une vie après l'auto ?


    Je ne sais pas si le livre de Denis Baupin "Tout voiture, no future" répond à cette question angoissante. Si oui je vous le dirai, mais je n'en suis qu'à la page 45 et je dois résister à la tentation de me précipiter à la dernière page pour connaitre la réponse.
    Mais déjà quelques idées intéressantes en faveur du vélo :

    - "ce n'est pas faire du vélo qui est dangereux, ... c'est ne pas en faire", rappel du professeur Saladin, en 2005 au congrès du club des villes cyclables

    - parmi les citadins, les automobilistes sont les premiers victimes de la pollution, enfermés dans leur habitacle bien clos censé les protéger. Les cyclistes sont moins victimes de la pollution car l'air qu'il respire est moins concentré en polluants

    - Les enfants que l'on conduit tous les jours à l'école en voiture sont victimes de cette pollution, proportionnellement plus élevée sur un trajet court (en début de parcours, la pollution est plus élevée).

    Bibliographie : Baupin, Denis. Tout voiture no future. L'Archipel, 2007. page 44