Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pistes cyclables

  • Vous avez dit "Piste cyclable" ?

    Nous, cyclistes urbains, on nous reproche parfois (souvent) d'être un peu râleurs, jamais contents des aménagements prévus spécialement pour nous, des efforts consentis par la collectivité pour nous permettre de circuler en toute sécurité, d'être de mauvaise foi, d'envier ce qui se fait ailleurs en matière de pistes cyclables.

    Depuis plus d'un an, à chaque fois que je passe à côté de ce panneau, je me dis qu'il faut que je le photographie avant que le panneau disparaisse sous la végétation. Comme c'est la semaine de la mobilité, semaine où l'on encourage la mobilité à vélo, il m'a semblé être d'actualité.

    piste cyclable chasseneuil-du-poitou

    Cette photo a été prise à Chasseneuil, derrière la zone commerciale, dans le prolongement de la rue des Entrepreneurs. La piste cyclable permet d'accéder au site du Futuroscope où se trouvent entreprises, administrations, université, etc. De quoi encourager vraiment les cyclistes à utiliser les aménagements prévus pour eux.

    A noter que la rue des Entrepreneurs ci-dessous, est une route en sens unique pour les automobilistes, à double-sens pour les cyclistes comme l'indique le panneau. Petit problème, les automobilistes circulant en sens unique ne sont pas prévenus qu'un cycliste peut arriver en face d'eux.

    piste cyclable chasseneuil-du-poitou

    Moralité : construisez une piscine, oubliez de la remplir d'eau et après étonnez-vous que les usagers ne sachent pas nager.

  • "C'était bien XML?"

    Je viens de passer 3 jours à Lyon, non pas pour une étude sur les pistes cyclables et le Vélo’v dont tout le monde parle, mais pour une formation sur XML. A mon retour, je croise Huguette dans les couloirs (mais que faisait-elle dans les couloirs de la bibliothèque à 8h30 ?) qui me demande d’un air complice et plein de sous-entendus "Alors, c’était bien XML?"
    Alors là je m’étrangle, qu’est-ce qu’elle imagine au sujet d’XML? Un truc un peu mystérieux, une gymnastique d’un genre nouveau? Tout ça parce qu’elle a entendu dire qu’XML est extensible et d’une grande souplesse?
    Et bien, chère Huguette, vous faites complètement fausse route : XML c’est juste un langage informatique à balises.
    Pourquoi on devrait s’y intéresser nous les bibliothécaires alors qu’on a déjà un langage de structuration des données, grâce à la famille MARC, une famille nombreuse dont je vous ai déjà parlé Huguette. La famille MARC fonctionne parfaitement mais malgré tout le bien que j'en pense, cette famille montre certaines limites; le casse-tête aujourd’hui c’est de décrire avec la famille MARC des documents qui ne sont pas prévus pour : des fonds d’archives, des thèses électroniques, des articles en ligne, etc… Or XML est un langage à balises qui pourrait s’y prêter beaucoup mieux.
    Comment vous ne savez pas ce qu’est une balise ? mais vous en croisez tous les jours sur votre route. Prenons un panneau de limitation de vitesse en ville à 30. Tout le monde sait que le panneau signifie : à partir de cet endroit, la vitesse est limitée à 30 km/h, sauf quelques abrutis qui continuent à appuyer sur la pédale exprès pour faire peur aux vieilles dames et aux vélos mais ça c’est une autre histoire. Et lorsqu’arrive le panneau /30 : l’automobiliste comprend que la limitation est levée. A défaut de panneau, il est condamné à se traîner à 30 km/h et à se faire klaxonner par tout le monde.

    Les balises en langage informatique, c’est un peu la même idée : dès qu’apparaît une balise, le navigateur qui est chargé d’afficher la page web l’interprète comme une indication de mise en forme ou de contenu. Exemple tout ce qui suit sera en caractère gras : comment ça vous ne voyez pas les balises ?

    Ah, j’oubliais les balises sont masquées pour l’internaute (à la différence des panneaux de signalisation qui eux sont bien visibles, encore que parfois on a des doutes). Si vous voulez voir des balises, chère Huguette, veuillez utiliser le raccourci clavier ctrl U, normalement vous devriez en voir des balises. Et n'oubliez pas de fermer la fenêtre après.

    Donc je peux placer un panneau (appelé balise) au début d’une phrase et je n’oublie pas de placer un panneau fin (une balise fermante) en fin de phrase , ainsi j’indique la forme que je veux donner à mon texte.

    Certains panneaux routiers indiquent la nature d’une voie : ceci est une piste cyclable et surtout pas une aire de stationnement minute. Toute la subtilité d’XML tient dans cette possibilité de poser des panneaux très explicites tout le long d’un texte non plus pour une simple mise en forme (le texte est en rouge) mais pour indiquer une fonction particulière. Par exemple : le texte qui figure entre les 2 balises est un TITRE. Et ces indications sont très précieuses pour les professionnels de l’information qui souhaitent pouvoir les exploiter.

    Bon, alors finalement, oui chère Huguette, c’était bien XML, ça m’a vraiment passionné et je ne regrette pas mon voyage à Lyon et les longues heures passées dans le TGV.

    PS : Cet article ne dévoile rien sur XML (évidemment), mais vous pouvez vous instruire en lisant ceci:
    wikipédia - xml
    introduction à xml
    tout savoir sur xml

  • Sport extrême

    15 jours après avoir été opérée, je me suis dit : après tout on ne pédale pas avec la thyroide donc je peux reprendre le vélo et ça :

    - malgré la trouille de me faire amocher par une voiture
    - malgré le mauvais temps, le vent et les risques d'averse
    - malgré que je sois à jeun, prise de sang oblige
    - malgré l'absence de parkings à vélo devant la clinique de la Providence à Poitiers
    - malgré la distance (mauvaise excuse je le fais aussi vite à vélo qu'en voiture)
    J'ai réussi à faire taire la petite voix qui me sussurait : "il va faire froid, il va pleuvoir, c'est loin..."

    Je me rends compte que le (la) cycliste urbain(e) est très courageux(euse). (Il faut bien que je me congratule). Pourquoi certains vont-ils se faire des séquences frisson en pratiquant des sports extrêmes (rafting, spéléo, funboard, chute libre) alors qu'on a tout ce qu'il faut à Poitiers : une rocade sur laquelle on lance les voitures à grande vitesse avec voies d'entrée et de sortie utilisées comme piste d'envol toujours par les mêmes voitures lancées à grande vitesse, et sur cette même rocade, une bande cyclable pour les quelques cyclistes qui veulent pratiquer un sport extrême sans aller trop loin.

    Bonus : la tempête a envoyé un tas de branches d'arbres sur la rocade à hauteur de la patinoire rendant la circulation des cyclistes encore plus imprévisible.

  • Piste cyclable incomplète

    Une nouvelle piste cyclable à Beaulieu, boulevard René Cassin, a vu le jour en septembre 2006. Je suis très satisfaite car cette piste cyclable se trouve en partie sur mon trajet travail. En partie seulement car la piste cyclable ne démarre pas au début du boulevard, c'est à dire au niveau du feu de la rue Lafayette qui dessert la zone commerciale Géant, mais environ 500 mètres plus loin.
    Pourquoi la ville a t-elle renoncé à ces quelques 500 mètres, cela me paraît incompréhensible.
    Il reste donc une portion de boulevard ultra dangereuse où les voitures roulent vîte et où l'existence de chicanes au milieu du boulevard les incitent non pas à ralentir comme c'est prévu mais uniquement à passer en force en présence de cyclistes.
    Aussi pour ma sécurité, je préfère rouler à petite vitesse sur le trottoir surtout le soir, plutôt que de risquer un accrochage mortel avec une voiture.

    medium_200_piste_cyclable_beaulieu.JPG

  • Les perles du vendredi

    Ce matin, sous la pluie, avenue de la Libération, une camionnette blanche s'arrête devant moi bien à cheval sur la voie de circulation des voitures et sur .... la piste cyclable. Un homme descend à droite et me marmonne "Voyez ça avec le conducteur" quand je lui fais remarquer que son stationnement n'est pas orthodoxe. Je m'arrête donc près de la portière avant gauche et je fais mon blabla habituel : "Piste cyclable ... vélos ... interdit .... et surtout c'est dangereux !"
    Réponse "Ben oui". Et alors ? ... Alors rien !
    Ce soir, sous la même pluie (il a dû beaucoup pleuvoir à Poitiers aujourd'hui) boulevard Anatole France, de nouveau une voiture (rouge celle-là) se gare mais cette fois à cheval sur le trottoir et ... la piste cyclable. Je m'arrête derrière et j'attends. La petite dame à l'intérieur jette un regard dans le rétroviseur, range un peu ses affaires, prépare son parapluie, nouveau regard, range son parapluie, fouille dans son sac, ressort son parapluie, nouveau regard, hésite encore puis finit par sortir de la voiture. Ce que j'attendais patiemment. "Madame, c'est dangereux d'être garée là, où vont passer les vélos ?"
    Réponse "Ben oui, mais c'est nouveau le truc là".
    C'est vrai que ce bout de piste cyclable est nouveau, mais aussi d'autant plus visible que la peinture est presque fraîche.
    Moralité du vendredi : Si c'est dangereux (pour les autres), je m'en bats les couettes et en plus si c'est nouveau, alors là ....

  • La route de la Mer du Nord

    En juillet 2006, nous avons réalisé notre projet de parcourir une partie de la route de la mer du Nord à vélo (North Sea Cycle Route) soit la Belgique et les Pays-Bas.
    L'itinéraire dans ces 2 pays est composé de :
    - 95% de pistes cyclables, voies vertes ou véloroutes (les véloroutes sont mixtes mais peu fréquentées par les voitures)
    - une grande variété de voies de circulation : digues, canaux, dunes, ferrys, bacs
    - plusieurs parcs nationaux, un terrain militaire (ben oui un terrain d'entrainement pour chars militaires dont les pistes sont autorisées à la circulation des vélos et même pourvues d'aires de pique-nique), des grandes villes (Rotterdam, La Haye, Harlem), des parcs à moutons (on a pu remarquer que les pistes cyclables y avaient été nettoyées)
    - pas de difficulté technique car le relief y est toujours au niveau de la mer autant en Belgique qu'en Hollande

    medium_2006_Hollande_064.jpg


    La route est entièrement balisée, il suffit de suivre les panneaux. Cependant, nous nous sommes perdus plusieurs fois... medium_balise_masquee.jpg
    ...soit parce que les balises sont masquées par la végétation, par une voiture ou autre, soit parce qu'occupés à regarder le paysage nous avons loupé un changement de direction. Aussi nous recommandons d'être attentifs particulièrement medium_pancarteLF1.JPGdans la traversée des villes.



    Le climat a été particulièrement favorable : 15 minutes de pluie le dernier jour au retour en France. Beaucoup de soleil et coups de soleil en conséquence. En revanche, le vent est souvent contraire nous semble-t-il, à moins que ce ne soit mauvaise foi de cyclistes.

    Notre projet initial était de rouler jusqu'à Hambourg puis de faire le retour en train. A quelques kms de la frontière allemande, nous avons constaté que nous avions oublié notre téléphone portable dans un camping. Nous avons donc fait demi-tour (70 kms en arrière), retrouvé le portable toujours branché dans les toilettes du camping (dans une prochaine note, je ferai un point sur les campings en Hollande), puis décidé d'effectuer le retour en partie en train de Leeuwarden jusqu'à Amsterdam, puis à vélo jusqu'à Wormhout en France qui était notre point de départ.

    2 publications nous ont été utiles pour ce voyage :

    - LF1 La route de la Mer du Nord : faire du vélo entre Den Helder et Boulogne sur mer... Cette brochure de 80 pages est en français, coéditée par le Conseil général du Nord. Elle nous a été envoyée gratuitement mais les informations n'ont pas été réactualisées depuis 1995.
    - Noordzee/Waddenzee route LF1 LF10 : fietsen langs de Nederlandse kust(ISBN 90-72930-15-0). Cette brochure est en hollandais, elle est disponible en Hollande chez les librairies ou offices de tourisme. Elle complète la brochure en français pour la partie entre Den Helder et Nieuweschans à la frontière de l'Allemagne.
    Les 2 brochures fournissent une carte détaillée, des informations historiques ou culturelles liées aux régions traversées, une liste de possibilité d'hébergement (campings, AJ ou hôtels).

    Le mois de juillet n'est peut-être pas la période la plus favorable pour voyager tranquille le long de la côte. Même sur les pistes cyclables, nous avons rencontré de véritables embouteillages de ... vélos, particulièrement le dimanche aux abords des quelques grandes stations balnéaires hollandaises : Zandvoort, Katwijk ann Zee, Noordwijk aan Zee, etc... Nous avons pu y observer avec admiration la grande pratique des hollandais pour le transport en tout genre de matériel de plage sur vélos : parasols, chaises longues, bouées, planches, panier pique-nique, glacières, sans compter les enfants, les bébés endormis et les chiens installés dans des remorques.

    Dernière précision : on reconnaît le cyclocampeur qui parcourt la LF1 ou la LF10 grâce à son chargement : pas de parasol mais de nombreuses sacoches sur la roue avant et sur le porte-bagage arrière, une tente de camping, une carriole parfois. Les cyclocampeurs se saluent entre eux, mais ne saluent pas les touristes quand ils sont trop nombreux...