Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mes sacoches de ville

    Avant j'avais des sacoches moches, très moches : pratiques pour les vacances mais pas vraiment jolies en ville.

     

    P6140211.JPG

    Et puis, à l'occasion de mon anniversaire : Oisule, Huguette Lambrerie née Bernière de la Jolly, Nico, le banquier masqué, la Maman de Pacome et Zacharie, le rocker à la guitare rose, l'architecte breton and co se sont cotisés pour m'offrir des sacoches ... comment dire? des sacoches ROUGES qu'on ne peut pas ne pas remarquer.

    Depuis que je les ai Michel les a installées sur mon vélo, je frime un peu. D'abord, les automobistes ralentissent, ensuite les collègues sont jaloux de mes sacoches de vélo, s'ils pouvaient ils se mettraient au vélo pour avoir les mêmes sacoches, les poitevins qui n'ont pas trop l'habitude que l'on affiche des couleurs aussi éclatantes se retournent au passage de mon vélo...

    P6290083.JPG

  • Calculer son itinéraire à vélo

    Calculer son itinéraire à vélo sur internet grâce à l'outil "Géovélo" : c'est possible à Tours....

  • Monsieur Vocivélo vient encore de pousser un coup de gueule !

    Vive réaction quand j'ai lu dans le n° 213 du mensuel Capital qui traînait par là, la publicité pour une moto BMW "Avec la nouvelle BMW F800R, faites de la ville votre terrain de jeu"

    BMW.jpgMais qui sont ces gens qui écrivent des trucs pareils ? Il faut être imbécile pour imaginer un tel slogan. Se sont-ils une fois posé la question de ce qui est sous-tendu à ce slogan ? Avec qui les motards vont-ils bien pouvoir jouer en ville ? Avec les enfants, les personnes âgées, les poussettes, les piétons, les cyclistes ? Je considère ce texte comme un véritable appel au crime et à la délinquance routière quand on sait que ce sont justement en ville que les deux roues motorisés sont les plus dangereux et créent le plus d'accidents mortels ! Sans doute les 3 personnes fauchées samedi après-midi à Marseille par une moto, deux morts dont une femme enceinte, partagent-ils tout à fait l'avis de cette publicité !

    Mon sang n'a donc fait qu'un tour et j'ai écrit à BMW France pour leur demander de retirer cette publicité et de s'engager à n'utiliser que des slogans appelant au respect des autres sur la rue et sur la route.

    J'ai aussi mis une copie du mail au journal Capital qui laisse passer de tels propos.

    J'ai envoyé une copie à l'Association des Aides aux Victimes de la Route pour essayer d'avoir un appui ainsi qu'à l'Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité chargée du contrôle du contenu des publicités.

    J'ai enfin porté plainte sur le site de l'ARPP au motif que cette publicité allait à l'encontre d'une des règles de déontologie éditées par cet organisme et qui stipule qu'"une publicité ne doit pas nuire à des individus(ex : incitation à reproduire des comportements nocifs)". Si cette publicité ne rentre pas dans ce cadre là, j'en avale mon chapeau ! Quoique, vu l'argent qui est derrière, je ne me fais pas trop d'illusion et je pense que je ferais mieux d'aller rapidement m'acheter un chapeau en chocolat !

    Nous ne manquerons pas de tenir informés nos chers lecteurs des suites de cette affaire.

    En attendant, si vous croisez une F800R, un conseil, réfugiez-vous à l'abri sous le porche le plus proche (encore que ce ne soit pas une garantie de survie)!

  • Où l'on voit que si la pratique du vélo ne rend pas moins idiot, au moins elle permet de ne pas mettre sa connerie en avant !

    Ce week-end, pourtant des plus avenants sous les auspices de la météo, Mr & Mme Vocivélo décidèrent de ne pas pratiquer leur loisir préféré et de rester à la maison. Pourquoi ? Là n'est pas le sujet de cette note, de plus ce serait un peu long à expliquer et d'abord ça ne vous regarde pas..

    Donc nous restâmes sagement à la maison.

    Mr Vocivélo, sans doute pour faire le malin, décida d'aller acheter quelques couteaux neufs pour la cuisine (les derniers achetés étaient de bien piètre qualité et commencent à donner des signes de fatigue). Donc direction le magasin, à vélo bien sûr, et retour à la maison avec mes couteaux neufs. Seulement voilà, les couteaux étaient bien (trop bien ?) emballés individuellement dans un coque en plastique elle même tenue par un rondudju de bout de machin dont j'ai eu grand mal à me défaire sur le premier couteau et ce qui devait arriver arriva, le premier couteau qui me servait à extraire le deuxième couteau de sa gangue a dérapé et a quelque peu tailladé la peau de ma main. Au lieu de faire le malin avec mes couteaux neufs, j'aurais mieux fait de laisser agir ceux qui sont compétents ! Demi panique à la maison, on arrête le sang avec une pince à feuilles – vous savez le truc noir avec deux poignées en fil d'acier qui vous servent à réunir vos papiers ! En tout cas c'est efficace ces machins là , pas prévu pour mais efficace ! – et nous voilà partis aux urgences.

    Trois petites heures plus tard, on en sortait avec quelques points de souture et un joli bandage, moi pas trop fier de ma bêtise quand même.

    Rentrés à la maison, le portable affiche un message. Sans doute encore groggy par l'anesthésie (du moins je veux le croire) je m'imagine que c'est un de nos fils qui prend des nouvelles de son pauvre père et j'ouvre le message illico-presto sans même lire l'expéditeur et en commence la lecture à haute voix, histoire d'impressionner Mme Vocivélo par la sollicitude de nos enfants chéris. Et patatras, ce n'était pas un de nos fils chéris mais les amis de Mme Vocivélo qui proposaient d'organiser une surprise pour son anniversaire ! Question surprise c'est un peu moi qui ne suis retrouvé tout con quand elle a éclaté de rire et que j'ai réalisé ma bourde.

    Bilan d'un week-end sans vélo: 3 heures aux urgences et le projet des amis gâchés avant même d'avoir vu le jour. On aurait mieux fait de sortir la tente et les duvets !
    Quand je vous disais que le vélo ne rend pas moins idiot mais au moins permet de masquer sa connerie !

    Allez, mettez vous sérieusement au vélo, vous verrez on se sent moins bête!

  • Week-end Vocivélo & Logo vus par mr Vocivélo

    "Extraordinaire !"

    "Sensationnel "

    "L'un des plus merveilleux moments de ma (pourtant déjà longue) vie"

    "Il faut le faire pour y croire"

    "Ceux qui ne l'ont pas fait ne peuvent pas comprendre!"

    Sont quelques uns, nous savons rester modeste, des commentaires dithyrambiques adressés par la grosse quinzaine d'amis à l'issue du week-end Vocivélo dans la Brenne.

    Ce fut donc un franc succès semble-t-il, qui plus est avec l'aide du beau temps et d'une route merveilleuse de calme et de plats !

    Quelques soucis tout de même pour les organisateurs, que nous pouvons maintenant vous dévoiler bien que nous n'en n'ayons rien laissé paraître durant le trajet pour ne pas casser cette ambiance que nous sentions idyllique dès le départ:

    • Ø en effet nous sommes partis à 14 de Poitiers, nous étions 14 à vélo plus une fantastique supportrice qui s'est sacrifiée et dévouée tout au long du week-end pour utiliser sa voiture et transporter le matériel, donc nous étions 15 sur la route et 15 au camping, mais nous ne sommes rentrés qu'à 10 à vélo et n'étions plus que 6 à l'arrivée à Poitiers. Mais n'allez cependant pas croire que les autres se soient perdus en route mais d'aucuns en ont profité pour prolonger leur séjour, un autre pour tenter un retour complet (réussi d'ailleurs, bravo au solitaire et aux flâneurs) voire rejoindre directement ses pénates sans passer par la case Le Blanc à vélo. Bref un peu difficile pour les organisateurs pour suivre le nombre des participants en temps réel et s'assurer que chacun participait mais comme tout ce petit monde est arrivé à bon port au bout de quelques jours, nous n'avons plus d'inquiétude de ce côté là.
    • Ø nous avons été longuement suivis par une ancienne Dyane crème qui n'a pas pu être identifiée et nous avons craint à un moment faire l'objet d'une personne de type peu recommandable voire même peut-être dangereuse et avons dû ouvrir l'œil et surveiller les alentours mais finalement ce n'était semble-t-il qu'une alerte,
    • Ø la fin du trajet aller a été quelque peu chaotique car l'état du sentier sur les derniers cent mètres laissait à désirer. Monsieur Vocivélo a un moment craint une rébellion des troupes mais finalement le calme est revenu et chacun à suivi docilement, les pieds un peu humides, mais docilement quand même.
    • Ø Mr et Mme Vocivélo ont été quelque peu déçus de voir qu'ils étaient en fin de compte les seuls à utiliser leur matériel de camping chacun ayant préféré se retirer sous les huttes en dur, mais ceci n'a en rien entamé notre bonne humeur.

    Cela étant, tout le reste fut parfait.

    Un bravo tout spécial à Margot qui a vaillamment pédalé tout au long du parcours et a bien mérité son diplôme Vocivélo des 45 km.

    Le temps fort du séjour a été atteint lorsque nous avons enfin dévoilé le nouveau logo Vocivélo et remis à chacun des participants qui un T-shirt, qui un polo labellisé au nouveau logo Manequin.jpg (photo de gauche: présentation par quelques uns des manequins engagés par Vocivélo pour les photos du catalogue des objets dérivés) ainsi qu'une pièce unique : une mug aux armes de Vocivélo (voir la photo de droite cette fois, mais vous aviez sans doute déja deviné !) ainsi que divers objets telle cette coupe (photo à droite de celle de droite).

    coupe 3.jpg

    Mug 8.JPG

    Il fallait voir les larmes aux yeux rougis de nos amis qui ont soudain vu leur logo ou leur idée mis en valeur de cette façon ! Que d'émotion a présidé à cette cérémonie pourtant toute empreinte de simplicité ! C'était toute une demi-année du travail de chacun qui trouvait ainsi sa récompense, récompense méritée il est vrai quand on voit le résultat. Et le coeur étreint de l'équipage Vocivélo devant tant de bonheur et de joie faisait plaisir à voir.

    Voilà, le week-end est passé, chacun a repris ses habitudes de tous les jours mais une petite pensée vers ce moment nous réchauffe régulièrement le cœur.

    Donc, ça y est, le logo Vocivélo est finalisé et disponible pour ceux qui le souhaitent. Vous pouvez l'obtenir sur tout objet (enfin presque) brodable. Pour cela il suffit de nous le demander. Une petite participation vous sera demandée (elle en devrait pas dépasser les 2 à 3 euros). Soit vous nous fournissez l'objet à broder, soit nous fournissons aussi l'objet (T-shirt ou serviette ou polo ou …) et le faisons broder.

    Quand aux mugs, quelques exemplaires sont encore disponibles donc demandez-nous. Si nous avons épuisé notre stock nous pouvons nous réapprovisionner. Plusieurs modèles sont disponibles. Là aussi nous consulter.

    Outre tous les participants au concours du Logo, nous tenons à remercier particulièrement les personnes qui réalisent les objets:

    Que des gens sympathiques et des travaux superbes. Bravo et merci à eux.

    Reste le mystère toujours pas élucidé de l'orchidée apparue comme par magie à la porte de la maison le lundi suivant. Tout indice sur l'identité d'un(e) éventuel(le) donneur(se) serait le bien-venu !

    En tous cas, un grand merci au donateur.

    Groupe.jpg

     

     

  • Le 1er week-end Vocivélo

    Ils sont venus de loin pour ce 1er week-end Vocivélo : les bretons du Finistère, d'autres de Divonne, les "locaux" de l'étape du Poitou et même certains des Roches-Prémarie-Andillé, 16 personnes de tous horizons et de tout âge.

    Chacun pourra marquer ce week-end dans ses carnets de souvenirs. Margot, 8 ans ET DEMI pour avoir parcouru l'intégralité du trajet "Le Blanc" - "Mézières-en-Brenne", soit 45 kms sans jamais se décourager et presque toujours en tête. Jean-Pierre, le cyclo-lecteur pour avoir fait le retour complet sur Poitiers soit plus de 90 kms sans assistance motorisée. Tous ont assuré : Gilles malgré son lumbago, Marip qui n'avait pas fait de vélo depuis 20 ans (mais elle doit s'entraîner en cachette dans son salon), AnneSo avec le vieux vélo de sa Mammie (une antiquité, le vélo pas la Mammie). Sébastien avait fait exprès de se faire éliminer dès jeudi de son tournoi de tennis pour être sûr de pouvoir participer au week-end à vélo, ... et Louise avait emporté une provision de muffins faits maison dans une grande boite en fer (pratique sur le vélo). Anne a choisi judicieusement le dernier km pour constater une crevaison, et Francine a attendu patiemment les cyclistes à chaque étape avec le ravitaillement. Raphaël a perfectionné son maniement de la playstation alors qu'il était confortablement installé dans la remorque tirée par Yves qui lui a eu le temps de réfléchir très sérieusement aux avantages d'une 3e roue comparée à la remorque.

    Michel qui avait prévu, organisé, planifié et testé le parcours, a pu constater que tous ont apprécié les petites routes tranquilles du parc de la Brenne, le temps ensoleillé et même parait-il la baignade dans l'étang de Bellebouche.

     

    Et voici la première vidéo de Vocivélo en exclusivité (baisser le son qui n'est pas de très bonne qualité)  : bien observer le passage du 2e cycliste après le vélo et la remorque rouge, ce cycliste semble avoir un souci à la jambe droite de son bermuda ... noter aussi le sprint final à partir de 2'32.

     

  • Un chat nommé Dewey

    Parfois, Mme Vocivélo n'a pas envie de faire du vélo mais alors pas du tout alors que Mr Vocivélo voudrait bien profiter du week-end qui dure 3 jours pour faire une grande randonnée en cyclo-camping ...

    Mme Vocivélo a 1000 trucs à faire pendant le week-end, plein de trucs importants : téléphoner à sa soeur, jouer du piano, recoudre un bouton, écrire une lettre ... mais elle se lève tard puisque c'est le week-end alors que Mr Vocivélo qui s'est levé à 6h00 a déjà fait 100 trucs importants : acheter le journal, encourager les participants au départ du marathon de Poitiers, nourrir le chat et ranger la vaisselle de la veille.

    A force de négociations, Mme Vocivélo se laisse convaincre pour une randonnée pas trop loin de Poitiers. Elle essaie de voir le bon côté des choses et se dit qu'elle va pouvoir peaufiner son bronzage, se coucher tôt (entre 20h30 et 21h00 selon l'autonomie de sa lampe de poche), ou alors profiter pour lire les 350 pages de "Dewey" (mais tout dépend de la lampe de la poche), un roman que seule une bibliothécaire peut avoir envie de lire (Pour les non-initiés, "Dewey" est l'histoire d'un chat qui vit dans une bibliothèque municipale et qui tient son nom d'un personnage connu pour être l'inventeur d'un système de classement encore utilisé dans de nombreuses bibliothèques.)


    P6010015.JPG

    En sortant de Poitiers, Mr et Mme Vocivélo croisent Huguette qui revient d'une promenade à vélo. Celle-ci fine observatrice, devine que Mme Vocivélo n'affiche pas son enthousiasme habituel mais lui souhaite malgré tout une bonne balade.

    De kms en kms sur les routes ensoleillées et peu encombrées de la Vienne, Mr et Mme Vocivélo posent leur tente dans un charmant petit village dont ils vous laissent deviner le nom (un indice : compter un rayon de 50 kms autour de Poitiers), en profitent pour aller en terrasse du café local savourer une bière et se couchent à 9h00.
    P5310007.JPG

    Le lendemain, Mme Vocivélo se plaint encore un peu des toilettes du camping qui sont quand même un peu limite, ne veut pas manger la boite de maquereaux au vin blanc en guise de pique-nique, et refuse de mettre de la crème anti-solaire malgré ses coups de soleil. Mr Vocivélo pense que c'est pas encore gagné pour un tour du monde à vélo avec sa compagne mais ne désespère pas d'y arriver un jour...