Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Poitiers à vélo

    Une interview diffusée sur Radio Pulsar sur le thème "Poitiers à vélo".


    podcast


    Auteur de l'interview : Clotilde Cadu pour Radio Pulsar, interview en date de juin 2006 mais toujours d'actualité. On y entend Stéphane, président de Vélocité.86 association dont le but est de veiller à assurer une vraie place pour le vélo dans la ville.
    L'interview aborde la question des contresens cyclables. En 2007, Vélocité.86 a poursuivi son action et recensé les rues de Poitiers qui pourraient être aménagées en contresens cyclables afin de faciliter le trajet des cyclistes.

    Cette liste a été adressée à la Mairie de Poitiers. A ma connaissance et suite à un rdv que j'ai eu avec le service déplacement de la Mairie, certaines rues de Poitiers seront effectivement aménagées en contresens cyclables en 2008. De quoi éviter aux cyclistes de longs détours un peu pénibles.

    Source de l'interview : le press book de Clotilde

  • Manifeste des sans-voie "irresponsables"

    Il m'arrive de plus en plus souvent de circuler à vélo sur les trottoirs en périphérie de Poitiers où les piétons sont plus rares. Il faut dire qu'en périphérie les automobilistes oublient fréquemment que la vitesse est encore limitée.

    Bien que le code de la route me l'interdise, j'estime moins dangereux pour moi de circuler sur le trottoir. Lorsque je croise les piétons, je ralentis ou je mets pied à terre.

    En ce moment, de nombreuses automobilistes me disent être effrayés par la conduite irresponsable des cyclistes. Et pourtant, je persiste et je signe la pétition des sans-voie "irresponsables".

    Faites entendre aussi votre voix de cycliste : SIGNEZ!!

  • Canards

    Ceci n'a rien à voir avec le vélo. Disons que c'est un interlude.


    Allez voir le site : "This peanut looks like a duck"

    Merci à infobunny sur twitter.

    Canards s'intéressant à notre petit déjeuner dans un camping près de Troyes.

    73fff3d6c25219723d453ef3e0a317d1.jpg

  • Mon itinéraire vélotaf

    En 2006, j'avais "dessiné" mon itinéraire à vélo de St Eloi vers le campus.

    Je ne connaissais pas encore Google Maps. Mais je viens de découvrir la possibilité d'y enregistrer des itinéraires.

    Voici donc le parcours entre Saint Eloi et Beaulieu-campus (Poitiers)

    A noter que l'avenue de Northampton est incontournable. Il est obligatoire de l'emprunter pour pouvoir passer sous la voie Malraux, voie rapide qui coupe la ville en 2. Malheureusement l'avenue de Northampton est considérée par les automobilistes comme une piste d'envol pour accéder à la voie rapide. Cet endroit est donc particulièrement dangereux pour les cyclistes. Un récent entretien avec la Mairie laisse penser qu'un aménagement piétons/cyclistes est envisagé mais pas avant 2009-2010. Et pourtant le trafic devient important sur cet axe, de nouvelles constructions sont prévues à Chalons, donc l'urgence se précise pour un aménagement piétons/cyclistes en toute sécurité, ce qui n'est absolument pas le cas actuellement.


    Agrandir le plan

  • Une petite berceuse pour mon vélo?

    J'avais promis à Sylvie la photographe, de l'avertir dès que je verrai l'annonce d'un concours photo. En voici un dont il faut absolument que je lui parle.

    L'association "Pignon sur rue" de Lyon organise un concours de photographies. Thème : "le dodo de mon vélo" à décliner sur l'idée : photographier un parking à vélo insolite et/ou poétique.
    Il y a justement plein de parkings à vélo très poétiques sur le campus : barrières, arbres, poubelles, couloirs...

    Tous les renseignements pour participer sont sur le site de "Pignon sur rue"

    Qu'est-ce qu'on gagne ?

    Des antivols bien sûr et des adhésions à l'atelier du recycleur.

  • Festival du voyage à vélo

    Les histoires de voyage à vélo commencent souvent de la même manière : il était une fois un ou 2 cyclistes qui voulaient parcourir le monde à vélo, un duvet, une tente, 2 ou 3 tee-shirts, une popote et hop c'est parti.

    Lorsqu'ils reviennent de voyage, après 3 mois ou 18 mois de routes à vélo, certains d'entre eux acceptent de faire partager leur expérience au festival annuel du voyage à vélo à Saint Denis. Chacun y raconte alors à sa manière son voyage.

    Les contemplatifs ont pris beaucoup de très belles photos. Leurs émotions passent dans leur regard de photographe. Qu'importe le continent, le pays ou la région si la photo est réussie. D'ailleurs le spectateur s'y perd un peu car faire le tour du monde à vélo en 1 heure de diaporama, c'est aussi un exploit.

    Les expressifs vivent chaque instant intensément et vous le font revivre. Inquiet de les voir souffrir, douter, s'épuiser, reprendre espoir, le spectateur espère que tout cela finira bien mais n'en doute pas puisqu'ils sont là pour le raconter.

    Les communicatifs se démènent pour entrer en contact avec les peuples qu'ils rencontrent même s'ils ne parlent pas la même langue. Le vélo les aide à nouer des liens, un nez de clown en plus, beaucoup d'humour et on comprend qu'ils ont réussi avec beaucoup de bonheur à établir le contact.

    Les véritables récits de voyage ne sont pas une question de géographie, d'exploit physique, de climat... mais bien d'aventure humaine.

    Si vous n'avez pu assister au festival du voyage à vélo organisé par CCI, pensez à réserver votre billet pour 2009.

  • L'aventure

    L'aventure commence à Poitiers, d'où nous partons ce vendredi pour assister au festival du voyage à vélo 2008.

    Tout d'abord, il nous a fallu réserver des billets de train 2 mois à l'avance pour bénéficier des meilleurs tarifs, puis nous avons réservé un logement à Paris chez un correspondant qui veut bien nous accueillir car le logement à Paris est rare et cher. Nous avons aussi réservé les billets pour l'entrée au festival 1 mois à l'avance pour éviter les interminables files d'attente qui sont fréquentes lors de grands événements organisés dans la capitale.

    Après un barrage dans le métro passé sans trop de difficultés bien que Michel ait oublié de composter son billet, des couloirs de métro sans fin où la foule vous presse de toutes parts, nous arrivons dans le quartier où habite notre correspondant. Malgré l'heure tardive, une foule bruyante se divertit dehors et à la porte des salons de coiffure afros. Un peu intriguée par cette foule, je manque de me faire renverser par un vélib. Michel n'arrive pas à composer le code d'entrée de l'immeuble, mais notre correspondant vient lui-même nous ouvrir la porte et nous guide dans l'ascension des 6 étages sans ascenseur. Enfin nous posons nos sacs pour la nuit.

    Demain, dès l'aube nous partirons à Saint Denis à la rencontre des grands cyclo-voyageurs qui partent visiter des pays lointains et je vous raconterai...

  • Un peu de pub

    Pub pour un site qui peut être utile pour les voyageurs à vélo qui s'égarent facilement. 77 guides pour la France : Calvados, Canal de Bourgogne, le marais poitevin, tiens on trouve même Poitou-Charentes. On peut faire du vélo partout, pas forcément besoin d'aller très loin. Des guides pour l'Europe : Pays-Bas, Allemagne, Suède, etc...


  • M. Tout le Monde à vélo en ville

    Alors pourquoi, mais pourquoi lorsque Brad Pitt et Angelina Jolie roulent à vélo dans les rues de la Nouvelle Orléans, pourquoi ont-ils le droit à une photo dans Elle? Alors que nous, on fait ça tous les jours et même pendant nos vacances?

    D'accord, on n'a pas toujours l'air aussi décontracté sur nos vélos et on n'a pas forcément le look tendance qui donne vraiment envie de se mettre au vélo, mais si cette photo peut vous convaincre, alors pourquoi pas?


    Il ne vous reste plus qu'à revendre votre 4x4 noir, celui que vous avez acheté pour la frime et qui coûte si cher à entretenir, et acheter un vélo 2 vélos qui vous coûtera coûteront rien, puisqu'on vous dit que c'est le dernier accessoire à la mode.

    8218808310a3b5c91a9d048a8544f674.jpg

  • Festival du voyage à vélo

    Le programme du festival 2008 est en ligne. Ce festival a lieu les 19 et 20 janvier 2008, à la Bourse du travail, Métro Saint Denis.

    Peut-être des idées pour nos prochains voyages à vélo. A suivre...

  • Wear your casque

    "Wear your casque" : c'est le conseil de Keith et Heather, qui s'inquiètent peut-être à juste titre de nous savoir circulant sans casque dans les rues de Poitiers.
    Et pour nous convaincre Keith ne manque pas d'arguments, il a fait récemment une chute de vélo à San Diego : un moment d'inattention à cause d'une mouche qui le harcelait. Cherchant à s'en débarrasser, il s'est retrouvé à terre complètement sonné : 2 charmantes joggeuses californiennes l'examinaient avec inquiétude.

    Heureusement, Keith porte un casque depuis 2 ans, m'a-t-il expliqué, convaincu après qu'un copain lui ait raconté être passé au travers d'un pare-brise et avoir été sauvé par son casque.

    Donc, Keith s'en tire avec quelques égratignures assez spectaculaires et un casque complètement détruit qui l'a protégé efficacement et lui a évité une opération au cerveau selon les services d'urgence. "However, the helmet was destroyed and the Emergency Room Doctor said I would have needed brain surgery if my skull was not protected."

    fd5f2990f962347d73710ad0ab683a49.jpg


    5f6fb367d7faa07c689f6b65d6a33993.jpg

  • Du jour au lendemain

    Aujourd'hui sur France Culture, l'auteur des "Petits cycles de bonheur" Pierre-Louis Desprez sera présent à 23h30.

    Trois quart d’heure de rencontre avec l'écrivain.

    "En quête de nouvelles sensations, le cycliste se conduit en esthète. Il flirte avec l'impossible, cherche à sentir son existence. C'est un vivant, un grand vivant!"

  • Mille mercis

    Mille mercis à ceux qui ont contribué à la Tirelire de Plume (compte épargne CO2) ou à la Tirelire de Lili (stop-pub) en 2007

    Marie, Sandrine, Laeti, PM, Oxygène, Marie et Greg, Mimi & Jolly, Laurence, Didier, Laurence, Mélie, Laeti, Nico, Dilettante, Chloé, Jeff, Martine, Anne-Sophie, Anne-Françoise

    En 2008, les tirelires sont toujours ouvertes!!!!!!!!!!!

  • Port du casque à vélo

    Légiférer le port du casque pour les cyclistes ? est-ce vraiment une urgence ?

    Une loi en préparation vise à rendre obligatoire le port du casque pour les cyclistes. Ce débat qui intéresse peu de monde il faut bien le dire, fait craindre le pire aux cyclistes urbains.

    L’argument mis en avant pour justifier cette loi est la prévention des blessures graves et lésions du cerveau lors d’une chute de vélo. Or aucune étude n’a démontré de lien direct entre l’obligation du port du casque et la diminution du nombre d’hospitalisés victimes de blessures à la tête.
    Ce que l’on sait de façon sûre et certaine, c’est que les pays ayant un faible taux de port du casque à vélo, sont des pays où les cyclistes sont plus nombreux et où le taux d’accidents par kilomètre est le plus faible.

    Un dispositif contraignant tel que le port du casque, décourage les déplacements à vélo avec un double effet négatif :

    - moins de cyclistes équivaut à plus de voitures et donc plus de risques d’accidents. En effet, pour que le cycliste urbain soit en sécurité, il faut faire nombre pour le rendre plus visible aux yeux des automobilistes. Aux Etats-Unis par exemple, où les cyclistes sont moins nombreux qu’en Europe, il est plus dangereux de circuler à vélo car les automobilistes n’ont pas intégré cette donnée dans le paysage urbain.

    - le cycliste urbain est généralement une personne en bonne santé parce qu’il utilise peu sa voiture. En lui rendant plus difficile la pratique du vélo en ville, le cycliste urbain redeviendra automobiliste, donc moins actif avec plus de charges de santé.

    On peut se demander pourquoi cette loi maintenant ? Pour répondre à quelle urgence ? Alors qu’il semble plus urgent de traiter le problème de la vitesse des voitures en ville, des conduites dangereuses (alcool, téléphone portable), des comportements dangereux (dépassements de bus à l’arrêt, stationnements sur trottoirs ou pistes cyclables, ouvertures de portières), des aménagements défaillants pour les piétons, les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, les cyclistes.

    Ce que l’on peut penser, c’est que cette loi ne coûte pas très cher à la société car seul le consommateur en porte le coût : l’achat d’un casque à vélo sera de la responsabilité du consommateur. Alors, quel lobby se planque derrière cette incitation ?

    En terme d’économies globales pour la société, rien ne prouve que des économies soient réalisables : la diminution de la pratique du vélo urbain aggravant le problème de santé publique et les problèmes d’encombrement des centres ville.

    Alors, pourquoi, le problème n’est-il pas abordé sous un autre angle ? En augmentant le nombre de cyclistes, on diminue le nombre d’automobilistes susceptibles de tuer, mutiler, handicaper, c’est mathématique non ?. En ville, revoyons systématiquement tous les itinéraires pour les rendre cyclables ou piétonniers. Créons pour eux des itinéraires directs, sans ruptures. Les chiffres montreront alors une nette diminution des traumatisés.


    f75a336ce2ea9e03afdd04ac22ebd936.jpg



    update: special thanks to Keith and Heather for authorizing the publication of this picture in San Diego while cycling and wearing helmets.

  • Cycle et littérature

    A l'heure où chacun exprime des voeux de bonheur, je vous invite à découvrir un livre de Pierre-Louis Desprez : "Petits cycles de bonheurs"



    Que l'année soit pleine de ces petits cycles de bonheur et que chacun poursuive son chemin sans dérailler.

    Une pensée très spéciale pour Magali et Fabrice qui ont vu la nouvelle année là où leur vélo les a portés : au Laos. Nous les avions rencontrés en août en Allemagne. La suite de leur voyage est racontée sur leur blog "on verra bien".

    Une question qui m'intéresse et qu'il faudra bien que je me décide à leur poser : comment fait-on lorsqu'on a passé plus de 6 mois loin de son pays pour renouveler ses lectures?
    Pour 15 jours de voyage à vélo, on emporte 4-5 livres (de poche bien sûr) qu'on se partage. A la limite, on les abandonne une fois lus pour alléger les bagages.
    En voyage à vélo en Norvège, nous avions constaté combien il est difficile d'être privé de lecture. Nous en étions réduits à "lire" le journal local en essayant de deviner la météo du lendemain ou les actualités. Mais au Laos et en Chine, comment fait-on?

    Allez, bonnes lectures, bonnes balades à vélo, la roue tourne encore...