Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Du PEM au TAP à bicyclette 4 / 4

    Ou la découverte vélolcritique des derniers aménagements urbains de Poitiers.
    Suite n° 4 et fin du parcours vélocritique de M. Vocivélo
    Donc, je descends de mon vélo, appuie sur le bouton, remonte sur mon vélo, attend le passage du feu au vert, démarre et tourne à droite en suivant une des flèches peintes sur la rue en regard du feu avec le sigle d'un vélo, pour me retrouver face à un panneau B1 ! Panneau B1.gif
    Pour ceux qui l'ont oublié le panneau B1 est un panneau de prescription, ressemble à ça, et signifie "Sens interdit à tout véhicule". Normalement par tout véhicule, il faut aussi entendre les vélos. Aucune autre indication ne me dit qu'il est possible de prendre cette voie à vélo ! Me voilà donc coincé en haut du boulevard Solférino sans autre solution que de redescendre sous le TAP et de remonter par le boulevard de Verdun. Maudit soit celui qui m'a fait monter dans ce cul de sac ! Bon, cela étant, je suis là pour tester, donc à mes risques et périls, je m'engage quand même à contre sens dans la rue de la Marne. C'est propre, tout neuf, tout beau mais:
    * pas un seul sigle, signe, panneau pour dire aux cyclistes où rouler
    * la voie de circulation est trop étroite pour accepter une voiture et un vélo et donc il ne reste que le trottoir
    * le trottoir est matérialisé par une rangée de poteaux qui me semblent bien dangereux à vélo
    * pas un seul avertissement aux piétons qu'ils risquent de rencontrer un vélo sur leur chemin (donc pour les piétons, cycliste = intrus = qui ne respectent pas le code de la route).
    PA250340.JPG* dans le haut de la rue, le trottoir est à peine assez large pour un vélo, qu'aurais-je fait face à un piéton ?
    Cela étant, le nouveau pavage de cette rue fait de pavés bien plats et bien jointifs est un régal pour les cyclistes.
    Quand aux informations données aux automobilistes sur le fait qu'il y ait un contre sens cyclable, seul un panneau "Zone 30" placé à l'entrée de la rue, les incite à un peu de retenue dans leur vitesse. Là encore un minimum d'explications serait de bon aloi.
    A l'arrivée au carrefour de la poste et de l'hôtel de police, ça y est, vous y êtes et pratiquement sans effort, vous êtes monté en un rien de temps depuis le bas de la gare jusqu'au plateau et c'est bien agréable.
    Mais le tour ne serait pas complet sans redescendre et donc je me suis sacrifié (hé oui, il me faudra ensuite remonter) et ai poursuivi par la descente de la rue des Écossais et le boulevard de Verdun. Véritable voie cyclable sur le boulevard jusqu'à …. la sortie du parking (à voitures ) du TAP. Un haricot rétrécit soudain votre voie en pleine descente et vous oblige à ralentir (surtout quand un automobiliste a pris soin de s'accaparer le trottoir et une grande partie de votre voie comme par hasard juste sur les 3 ou 4 mètres où elle est la plus étroite ! ) ce qui est quand même un bien vu que sur votre droite sortent les voitures du parking du TAP tandis que celles qui y rentrent coupent la voie.

    PA250341.JPG
    Attention aux sorties et entrées de ce parking, les vélos vont arriver à bonne vitesse vu la descente et je ne suis pas sûr que les voitures qui entrent ou sortent du parking vont beaucoup y faire attention. Il serait sans doute judicieux de prévenir chacun par exemple en plaçant un panneau d'avertissement sur la voie cyclable mais aussi et surtout sur la sortie du parking. Un feu clignotant orange plus les avertissements d'usage seraient peut-être une bonne chose pour signifier aux voitures qu'ils doivent céder la priorité aux vélos descendants.
    Voilà, mon tour c'est arrêté là, en reprenant le boulevard Solférino vers le centre ville.
    Que dire en conclusion: une magnifique idée à recommander pour monter de la gare au centre ville sans trop d'effort, en empruntant les ascenseurs, la passerelle puis le boulevard Solférino mais que d'erreurs et de maladresses dans son aménagement pour les bicyclettes. ! En premier lieu, il est nécessaire de repenser l'information et la signalisation pour le confort de tous: piétons, vélos mais aussi automobilistes. Il y a encore des mentalités à faire évoluer pour que le vélo soit pris en compte à sa juste mesure par nos aménageurs d'espaces urbains !
    Bravo mais peut (facilement) mieux faire.
    Et voilà le parcours vélocritique de M. Vocivélo est fini.
    Faites nous part de vos commentaires pour nous dire de quel œil vous voyez vous ces aménagements.

  • Du PEM au TAP à bicyclette 3 / 4

    Ou la découverte vélocritique des derniers aménagements urbains de Poitiers.
    Suite n° 3 du parcours véocritique de M.Vocivélo
    Du PEM au TAP. Sortie du 5ème étage par la voie à droite du parking. Là encore aucune indication que c'est possible à vélo. Sans doute comme il est bien connu que les cyclistes font n'importe quoi et ne respectent rien, ce n'est pas la peine de leur donner des indications !
    Accès aisé à la grande passerelle au-dessus de la gare (un petit bateau pour accéder à la voie de circulation de la passerelle serait le bienvenu).
    Arrivé au bout de la passerelle , que faire ? Arrêt au stop il va sans dire, mais après ? Pour rejoindre le haut du boulevard Solférino ouvert en contresens cyclable, il faut:
    * traverser le boulevard en face de la passerelle et ses deux voies de circulation montante et descendante,
    * atteindre le rond point au pied du TAP, s'y engager et recouper la voie de circulation des véhicules montants qui eux prennent l'épingle à cheveux et la première à droite tandis que le cycliste doit continuer à tourner, couper la voie des voitures qui sortent du parking du TAP et enfin accéder au contre sens. Au moins 3 voies difficiles voire dangereuses à couper pour atteindre le boulevard : risqué pour les cyclistes ! Ne peut-on aménager un accès plus direct et moins dangereux pour les cyclistes ?
    PA250338.JPG
    Montée du contresens du boulevard Solférino: super. La bande est bien large et une succession de petits plots délimite bien la zone vélo de la zone voiture. Ce n'est pas une garantie mais un plus certain pour les vélos. Idée à retenir et à implanter sur d'autres voies cyclables.


    PA250339.JPG
    Arrivée en haut du boulevard Solférino. Un joli feux pour les vélos est placé sur le trottoir Par contre il se déclenche par l'appui sur un bouton poussoir qui est placé sur le feu à au moins 1m50 de la bordure du trottoir, ce qui oblige à descendre du vélo pour l'actionner ! Quel automobiliste accepterait d'avoir à descendre de sa voiture pour actionner des feux ? Qui a pensé ce système ? sans doute quelqu'un qui n'a jamais mis les fesses sur un vélo. Quelle aberration ! Si on veut que les cyclistes respectent la signalisation il faut aussi parfois leur en donner les moyens et j'ai eu bien du mérite à tout faire dans les règles de l'art. Au prochain passage ce n'est pas sûr que je perde ainsi mon temps. Par contre pour tourner à gauche, il est indispensable d'avoir un feu. Donc messieurs les agenceurs, imaginez nous un système automatique de déclenchement de ce feu sans peut-être aller jusqu'au feu ficelle (voir rubrique Vocivélo du 20 septembre à ce sujet).
    La suite n° 4 et fin du parcours vélocritique au prochain numéro.

  • Du PEM au TAP à bicyclette 2 / 4

    Ou la découverte vélocritique des derniers aménagements urbains de Poitiers.
    Suite n° 2 du parcours véocritique de MR Vocivélo
    Arrivée au 5ème étage du parking : désert est le premier mot qui vient à l'esprit. Malheureusement c'est à cet étage qu'est placé le parking à vélos. Qui accepterait de laisser son vélo une nuit dans un endroit aussi désert ?

    PA250337.JPG
    Ce n'est pas possible, il va faire des cauchemars!

    Si on veut d'un pôle multimodal, il faut donner les moyens aux cyclistes d'avoir un parking sûr, facile d'accès et protégé! Ce n'est pas la caméra du parking qui va rassurer les cyclistes. D'ailleurs le seul vélo garé à cet étage était attaché le long d'une barrière mais pas dans l'espace réservé. Quand au nombre de places disponibles pour les vélos, j'espère qu'il n'est pas proportionnel au taux de pénétration du vélo voulu par nos élus car sinon nous avons du souci à nous faire: 800 places pour les voitures, 8 arceaux à vélo. OK un arceau peut accueillir 2 vélos mais le compte est loin d'y être ! 2 % de places longues durées à vélo, et mal placées, c'est un peu se moquer des cyclistes. Un petit effort messieurs les agenceurs d'espace public ! Par exemple, pourquoi ne pas mettre un véritable garage à vélos, sécurisé, protégé des intempéries au niveau 1 en face des gardiens dans l'espace de dépose minute ? En sacrifiant quelques places de voiture on devrait pouvoir créer des dizaines de places à vélo pour pas cher.
    Je n'ai pas vu également de fléchage sur le parking à vélo. Soit je n'ai pas vu clair, soit le cycliste doit être devin.
    La suite n° 3 du parcours vélocritique au prochain numéro.

  • Du PEM au TAP à bicyclette 1 / 4

    Ou la découverte vélocritique des derniers aménagements urbains de Poitiers.

    Monsieur Vocivélo a profité du temps clément pour découvrir avec un œil bienveillant mais néanmoins critique les derniers aménagements de Poitiers autour du PEM (Pôle d'Echange Multimodal) et du TAP (Théâtre Auditorium de Poitiers) et dont tout le monde s'accorde à dire qu'une large place a été faite aux vélos.
    Le M de PEM veut donc dire multimodal et dans multimodal il y a entre autres, le mode vélo (pas LA mode, mais LE mode sous-entendu de déplacement et donc aussi à vélo).
    Première impression en arrivant de la porte de Paris, sur le PEM, dont le noeud est la gare SNCF et la gare routière, pourquoi avoir fait une voie bus/ vélos / taxis sur le Boulevard Jeanne d'Arc et l'avoir interrompue sur le Boulevard du grand Cerf? Ce boulevard jusqu'au PEM est une véritable galère pour les cyclistes: vitesse excessive des voitures, parkings le long des trottoirs, sans compter les nombreuses sorties des loueurs de voitures et garages qui bordent cette avenue. La continuité de la voie de bus serait la bienvenue.
    Arrivée au PEM, je ne comprends toujours pas pourquoi on n'a pas créé une voie cyclable sur le trottoir le long du PEM. C'est vrai que c'est une zone 30 et que les automobilistes ne dépassent jamais la vitesse autorisée, mais la voie de circulation a été faite si étroite à cet endroit qu'elle ne permet pas à une voiture de doubler les vélos et donc elles ont tendance à pousser un peu pour faire dégager les vélos qui ne vont pas assez vite à leur goût. D'autant qu'il y a largement la place pour faire une voie cyclable sur le trottoir sans gêner les piétons. C'est d'ailleurs le trottoir qu'empruntent de nombreux cyclistes s'y sentant plus en sécurité mais en se mettant alors en infraction.
    Arrivé au bas du PEM, il est très aisé d'accéder à la passerelle piétons qui enjambe la gare et de se diriger vers le TAP et le centre ville: 4 ascenseurs placés en 2 endroits différents vous montent ainsi que votre bicyclette en deux appuis de bouton jusqu'au 5ème étage du parking. Une vingtaine de mètres de dénivelé avalés sans effort : super.
    PA250335.JPG
    Une petite critique (j'étais là pour ça), il n'y a aucune indication depuis le bas du PEM (du moins du côté où je l'ai pris) que c'est un chemin privilégié pour les vélos pour accéder au centre ville. Quelques sigles "vélo" seraient les bienvenus sur les panneaux au côté de ceux des piétons et fauteuils roulants. Les cyclistes n'ont semble-t-il pas d'information sur ce trajet et certains hésitent à emprunter les ascenseurs avec leur vélo.
    PA250336.JPG
    Confort du vélo dans l'ascenseur: très bien, suffisamment long pour accepter un vélo sans avoir à le mettre en travers ou debout (ça s'est vu). Ils seraient un peu plus larges on pourrait y mettre plus qu'un vélo et 3 ou 4 personnes mais c'est déjà très bien.
    La suite n° 2 du parcours vélocritique au prochain numéro...

  • Plaidoyer de Monsieur Vocivélo pour un permis de conduire à bicyclette.

    Il y en assez de tous ces cyclistes qui font n'importe quoi sur leurs vélos et qui ne respectent aucune des règles du code de la route. Il faut leur apprendre les règles minimales de la circulation en ville et je ne vois rien de mieux que de faire passer à tous les cyclistes un permis de conduire.
    Le programme de ce permis serait axé sur des cours en salle, quelques exercices pratiques ainsi que des cours plus théoriques.
    Au menu des cours en salle, seront abordées les notions telles que
    · comment dépasser un véhicule garé sur une bande cyclable
    · que faire quand une voiture vous double à moins du mètre réglementaire, que faire quand c'est à moins de 20 cm
    · que faire face à une voiture qui grille les feux
    · que faire quand vous arrivez de sa droite mais la voiture vous grille la priorité
    · que faire face à une portière qui s'ouvre soudain devant vous
    · que faire quand une voiture occupe l'espace du sas qui vous est réservé aux feux

    Pour les exercices sur le terrain, les cyclistes devront apprendre
    v Comment retourner un rétroviseur sans se faire mal, lesquels choisir, lesquels ne pas toucher
    v comment simuler une chute sur un capot de voiture / une portière sans se faire mal

    Enfin pour les cours plus théoriques, deux thèmes devront être abordés
    Premièrement quelques notions de droit seraient prodiguées
    Ø que risquez-vous en cas de représailles envers un automobiliste en faute ?
    Ø qu'encourez-vous si pour vous venger vous rayez une carrosserie, vous dégonflez un pneu, vous crevez un pneu, vous mettez le feu au véhicule ?
    Ensuite plusieurs séances de psychologie du conducteur d'automobile devront être dispensées afin d'apprendre à gérer un face à face
    avec la mauvaise foi
    et avec les syndromes du "Je suis en voiture donc je t'em..de"
    et du "Je suis en faute donc c'est toi que j'eng..le."

    Merci à tous ceux qui soutiennent cette initiative, de contacter M. Vocivélo.
    J'attends beaucoup de support de mes amis cyclistes, de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUBicy) mais aussi des députés pour présenter un amendement au code de la route en ce sens . Soutenez-moi, si nous sommes assez nombreux, nous pourrons lancer une pétition nationale.
    Y'en a marre de ces cyclistes qui font n'importe quoi !
    Apprenons leur le savoir vivre urbain !

  • Démonstration par l'absurde ?

    Samedi 18 octobre à Poitiers, la Gendarmerie, la Police et les Pompiers ont organisé une démonstration de leurs moyens d'intervention sur la place Lepetit (en face du Palais de Justice). A quelques mètres de là, rue René Savatier, les gendarmes et les pompiers s'étaient unis pour montrer à la population la meilleure façon d'occuper le trottoir pour garer un véhicule ! A moins qu'ils n'aient tenté une démonstration par le contre exemple ?
    Ou alors qu'ils n'aient cherché à provoquer une démonstration d'intervention sur un accident réel ?
    En tous cas, les piétons obligés de descendre du trottoir et les cyclistes contraints à un écart sur cette rue passante ont certainement apprécié !

    Démo par l'absurde 18oct08.JPG

  • Roulez à vélo tranquille

    Qu'on se le dise : Vous pouvez continuer à rouler à vélo tranquille. Ne cédez pas aux rumeurs qui circulent.

    Rouler à vélo ce n'est pas dangereux. Au contraire, plus il y aura de cyclistes, moins il y aura d'automobilistes susceptibles de provoquer des accidents graves.

    Et surtout, ne répétez pas ce que vous entendez sans réfléchir : "le vélo c'est dangereux" Mais non, ce n'est pas l'instrument qui est dangereux, c'est l'instrumentaliste. Alors qui est le plus dangereux ? l'automobiliste caché derrière ses vitres teintées ou le cycliste?

    4x4.JPG
    200605 Plume 005.jpg


    Merci à la Fubicy d'avoir rédigé un communiqué à ce sujet

  • Danger : cycliste

    J'ai toujours pensé que le danger venait des automobilistes inconscients. Or, ce matin, j'ai bien failli me payer un cycliste. Je roulais tranquillement sur un chemin réservé aux vélos et aux piétons à Saint Eloi. Je fredonnais même, assez heureuse d'aller travailler (ben oui) lorsqu'au détour d'un virage surgit UN CYCLISTE A VIVE ALLURE ET ROULANT A GAUCHE donc fonçant droit sur moi sur ma petite bicyclette. Il me frôle mais réussit à m'éviter. Le MALOTRUS poursuit en criant "P**** LA VACHE"... mais à qui s'adressait-il? même pas une excuse pour sa conduite inconsciente.

    P1290215.JPG

  • La disparition d'un vélo électrique

    On a volé le vélo électrique d'Isabelle samedi 4 octobre au quartier des Couronneries à Poitiers. Un vélo avec antivol mais pas attaché à un point fixe et pour cause : aux Couronneries il n'y a pas un seul point d'attache pour les vélos. Voir la carte des appuie-vélos recensés à Poitiers par l'association Vélocité.86. Pas un appuie-vélo dans un quartier qui compte une bibliothèque, une poste, un supermarché, plusieurs pharmacies, un commissariat, une annexe de la mairie, commerces, cabinets médicaux, banques,... Pour être précis, l'appuie-vélo le plus proche se trouve à 1 km du quartier des Couronneries, en revanche les automobilistes peuvent se garer sans problème à proximité de tous ces commerces et services.

    Alors ce vol personne ne l'a remarqué ??? Bizarre comme pour le vol du vélo de Rachel en plein centre ville, dans un quartier très fréquenté, personne n'a vu l'enlèvement d'un vélo électrique muni d'un antivol????

    Puisqu'on parle de vol de vélo, un petit souvenir : la webcam qui surveille le vélo