Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vocivelo - Page 5

  • Merci pour tous ces encouragements.

    Merci à tous ces (presque) anonymes qui nous laissent des commentaires et notamment suite à la note "Insultes, Intimidation, Violences et Menaces " du 17 juin. Ce ne serait pas aussi triste de voir que je ne suis pas un cas isolé, ça ferait du bien. Malheureusement quand on voit à quelles extrémités arrivent certains automobilistes c'est à mourir de honte de faire partie de la même "humanité". Enfin, "c'est la vie". Mais que peut-on faire pour ne pas se battre seul dans son coin? Un piéton, un cycliste est forcément perdant en face d'une bonne tonne de ferraille lancée à 50 à l'heure dans une ville (et encore! quand il/elle respecte la limitation de vitesse).

    Ce que je ne comprends toujours pas c'est pourquoi les automobilistes sont ainsi? Alors qu'ils ont au moins 3 bonnes raisons (et je ne parle pas des raisons adjacentes et mineures) de nous choyer, chérir et protéger, c'est tout le contraire qui se passe et ils semblent nous vouer aux gémonies. Bizarre. Le cerveau de l'automobiliste ne serait donc pas capable de voir plus loin que le bout de son capot?

    "Trois raisons tu as dit?"

    Ben oui:

    1 - Plus il y aura de cyclistes, moins il y aura d'automobilistes et donc plus il y aura de place et de facilités de circulation pour ceux qui resteront. Les automobilistes purs et durs ont donc tout intérêt à favoriser les cyclistes.

    2 - Plus il y aura de cyclistes et moins il y aura de pollution dans les villes pour tout le monde, donc aussi pour les automobilistes, leur famille et leurs enfants. Hors comme c'est dans les voitures que se concentrent les pollutions produites par les autres voitures, moins il y en aura (des voitures) et mieux ceux qui y resteront se porteront (moins d'asthmes, d'allergies en toutes sortes, de bronchites et de maladies diverses et variées).

    3 - Plus de vélos en ville dit moins de dégradation des routes : 100 kg tout mouillé (bon ces temps-ci ça arrive quand même assez souvent) c'est quand même moins dommageable pour la chaussée que 1 000 ou 1 200 kg sur 4 roues. Moins de dégradation des routes c'est un meilleur confort pour circuler mais aussi et surtout, moins d'impôts (pour réparer les routes) et donc plus de sous à mettre dans sa ... voiture.

    Alors les automobilistes, au lieu de faire les grincheux, on dit merci qui ?

    La question que je me pose c'est de savoir s'il reste encore un automobiliste capable de comprendre ces raisonnements?

    Allez, bon courage à tous, ne baissons pas les bras et défendons notre vie.

    PS: Bonne idée que celle d'Anne-So. Je crois que je vais m'équiper.

    PS 2: Merci à Julien pour ses conseils éclairés. Effectivement les solutions sont relativement limitées et nous nous sommes contentés d'un dépôt de main courante. Le violent devrait quand même être convoqué par la police. Cela aura-t-il un effet? Il y a des jours où on espère y croire (un petit peu).

    PS 3: Quant à Keith, c'est un honneur d'avoir reçu un mot d'encouragement.

    Merci à vous.

  • Insultes, intimidation, violences et menaces

    Nous avons décidé d'en parler car ce qui est arrivé il n'y a pas longtemps est gravissime.

    Un automobiliste a injurié, puis frappé dans le dos, craché au visage et enfin menacé de mort à plusieurs reprises Mr Vocivélo. La cause de l'altercation : l'automobiliste venait de stationner sur une piste cyclable de Poitiers, le temps d'aller acheter son pain, Mr Vocivélo lui a fait remarquer qu'il gênait son passage et que ce n'était pas très sympa.

    Mr Vocivélo s'interroge :

    - Doit-il arrêter le vélo et prendre sa voiture pour aller travailler (comme tout le monde) ?

    - S'équiper d'une arme pour riposter à l'agresseur qui a menacé de revenir avec sa bande ?

    - Déposer une plainte pour agression et menaces de mort ?

     

  • Balcon privé intérieur

    Dans quelle maison a-t-on la joie de voir au matin la fleur éclore au balcon intérieur ?

    C'est ce que nous avons trouvé au saut du lit dans la tente ce weekend.Fleurs au balcon intérieur 4.JPG

    Profitez de la vie. Cyclo Campez.

  • Au revoir.

     

    Monsieur Vocivelo a eu l’immense privilège ce matin (jeudi 13 juin 2013) d’accompagner Stéphane et même de lui ouvrir la route  pour ses derniers tours de roue.

    Bon, je n’ai pas ouvert la route sur une grande distance et j’aurais quand même un peu de mal à parler de haie d’honneur vu le temps qu’il faisait (il pleuvait) et aussi et surtout par le fait que j’étais seul devant et lui derrière, mais l’esprit était quand même là et à défaut d’honneur pour lui, ce le fut en tout cas pour moi.

    Je n'ai qu'un seul regret, c'est de ne pas avoir eu mon appareil photo à portée de main justement ce jour là.

    Une page se tourne pour la STP et avec elle une nouvelle page pleine d’avenir s’ouvre pour toi Stéphane.

    Profites-en et fais en profiter ta famille. A bientôt dans les rues et sur les chemins de Poitiers au volant de ton … 10 kg.

  • Une escapade à vélo

    Préambule : le titre de la note est inspiré de l'opération "Ma plus belle escapade en Poitou-Charentes". Du 13 mai au 28 octobre, le Comité régional du Tourisme (CRT) vous propose de partager vos photos sur twitter, instagram ou par mail avec le hashtag #escapadepch. Des lots sont à gagner : un Ipad, un séjour dans la région Poitou-Charentes, des entrées au Futuroscope, un panier garni de produits régionaux, etc.

    Notre escapade a duré quelques jours, où profitant d'un rayon de soleil, nous avons improvisé un voyage à vélo : Saintes-Bordeaux.

    Premier jour : Saintes-Royan-Le Verdon. Pour éviter la nationale, nous empruntons les petites routes de campagne. L'occasion de découvrir Rétaud (pause café), puis Thézac dont voici l'Eglise

    thezac, charente,

    Arrivée à Royan pour prendre le bac qui permet de traverser vers Le Verdon.

    royan, bac, ferry

    A l'arrivée au Verdon, on longe la piste cyclable pour trouver assez rapidement le camping du Royannais. La saison n'ayant pas commencé, on s'installe sans souci d'être dérangés par les voisins.

    jour 2 : Le Verdon-Hourtin. Cette étape nous permet de suivre la Vélodyssée, parfaitement fléchée. A Hourtin, nous faisons étape au camping les Ourmes (que l'on recommande : accueil sympa, prix abordable hors saison pour un 4*). Plongeon dans la piscine et soirée relax à la pizzeria du camping.

    jour 3 : Hourtin-Bordeaux par la voie cyclable qui relie Lacanau à Bordeaux. En chemin, nous croisons... 2 biches.

    hourtin, bordeaux, voie cyclable

    Sur cette piste cyclable, un arrêt possible à l'ancienne gare de St Médard en Jalles, transformée en café-restaurant. Nous arrivons au centre de Bordeaux après avoir un peu galéré comme toujours dans les grandes villes.

    jour 4 : journée de visite à Bordeaux où nous retrouvons Plume, Lili, Clara-Lune et leur maman.

    jour 5 : Départ de Bordeaux sous la pluie en passant devant le nouveau pont.

    bordeaux, pont

    La sortie de Bordeaux vers Lamarque par la D209 n'est pas un itinéraire idéal. Faute d'avoir trouvé mieux, nous cotoyons les automobilistes pendant quelques kilomètres le temps de trouver un itinéraire alternatif. Nous prenons le bac de Lamark à Blaye, accompagnés par 2 autres cyclovoyageurs que nous retrouverons au camping de Blaye. Il a plu toute la journée mais la soirée nous réserve une éclaircie, le temps d'admirer le coucher du soleil depuis la citadelle de Blaye.

    blaye

     

    jour 6 : nous quittons la citadelle de Blaye, destination Saintes toujours par les petites routes.

    blaye, citadelle

    Une voie verte nous permet d'atteindre Etauliers. Pause pique-nique sur la pelouse de l'Eglise de Salignac-de-Mirambeau. Nous photographions la corniche ornée de divers sujets gravés, dont la signification nous échappe un peu.

    DSCN3715.JPG

    Comme nous avons pas mal trainé en route, nous décidons de rejoindre Jonzac pour prendre le train à destination de Saintes. Il s'agit d'un intercités sur la ligne Bordeaux-La Rochelle. Nous peinons à grimper les vélos plus la remorque dans le train pour découvrir qu'il y a déjà 2 autres vélos. Normalement, nous ne pouvons pas y rajouter nos vélos, mais impossible de faire marche arrière, le train a déjà démarré. Nous restons coincés à côté de nos vélos, espérant que le contrôleur sera indulgent.

    Un dernier cliché avant le retour à Poitiers. Si vous voulez faire la même boucle à vélo, compter environ 300 kms la plupart du temps en site protégé ou avec très peu de circulation. Carte à publier dès que Mr Vocivelo aura le temps.

    DSCN3719.JPG

  • 1er mai 2013

    1er mai 2013.JPG

    Succombons à la tradition, même s'il est un peu timide et si ses feuilles sont constellées de gouttes de pluie, notre muguet est bien là.

    Mais non, pas la fleur orange en premier plan, les autres, là,  juste derrière, et là, et là aussi ... Oui il faut de bons yeux mais on vous assure qu'on devine les périanthes de forme campanulée (vous avez remarqué, malgré la fête du travail l'équipe Vocivelo se met en quatre pour se et vous cultiver sans en avoir l'air, même si là c'est facile vu que c'est du Wikipédia tout craché) qui sortent, encore pâles et frêles, mais bien présentes. Allez, encore quelques passages pluvieux et bientôt le soleil brillera.

    Joyeux 1er mai à tous nos lecteurs et toutes nos lectrices.

  • Et si les cyclistes urbaines avaient aussi leur mot à dire ?

    Peut-on circuler à vélo facilement à Poitiers avec un bébé et des courses ? D'après le témoignage que nous avons entendu place du Marché, la réponse est NON.

    Samedi, nous avons croisé une jeune mère de famille près de la Poste place Notre Dame à Poitiers. Elle venait de faire ses courses et devait installer sa petite fille sur le siège à l'arrière du vélo. Un peu découragée, elle nous a expliqué que les appuis-vélos étant très souvent installés en pente, il lui était difficile de soulever l'enfant, le placer sur le siège, tout en maintenant l'équilibre du vélo qui a tendance à rouler dans la pente.

    Vous me direz "Elle n'a qu'à stationner son vélo plus loin... sur un emplacement plat" OK Sauf que si portez un enfant plus les courses de la semaine, vous cherchez à vous garer au plus près.

    Puis vient la rue de la Tranchée : à partir de la place Notre Dame,  il lui faut traverser toute la ville pour aller vers l'avenue de la Libération. L'itinéraire le plus direct pour un cycliste est la rue de la Tranchée. Mais cette rue est en sens unique (dans le sens entrant vers Poitiers) sans contresens cyclable.

    Vous me direz "Elle n'a qu'à utiliser la voie conseillée, c'est à dire, le parc de Blossac". OK Sauf qu'à Blossac, il y a des escaliers. "Oui mais les escaliers sont équipés d'une glissière pour les vélos" OK mais pour l'avoir emprunté, je peux vous affirmer que j'y ai renoncé par peur d'être entraînée dans la chute par le poids de mon vélo. L'opération est déjà compliquée à vide, mais avec un bébé sur le siège arrière et des courses à l'avant ? Elle peut décharger les courses, le bébé, faire descendre le vélo, puis les courses, puis le bébé (qui attend bien sagement en haut des marches) et tout recharger en bas. Ben oui, c'est bien connu, les mères de famille ont une énergie débordante et n'ont rien d'autre à faire de leur journée.

    De plus, le parc de Blossac est fermé la nuit : bon d'accord, la mère de famille ne fait pas ses courses la nuit. Mais rien ne lui interdit de se promener avec son bébé après 22h30 ou 21h30 en hiver ou avant 7h.

    Quel itinéraire lui reste-t-il ? Le trottoir rue de la Tranchée, en espérant, ne pas se faire verbaliser et ne pas rencontrer de voitures stationnées sur le trottoir.

    Grande discussion avec Mr Vocivélo car je regrette que les besoins des cyclistes urbaines (je pense aux mamans avec enfants et courses entre autres) soient si peu considérés. Selon lui, elles ne se font pas suffisamment entendre. Personnellement, je trouve ça étrange, faut-il absolument manifester pour exprimer son mécontentement ? Il me semble qu'un aménageur d'espace public qui souhaite promouvoir l'usage du vélo en ville doit penser à tous les usagers : le cycliste urbain n'est pas uniquement un jeune sportif équipé d'un VTT. Souvent, il s'agit de personnes plus agées, de parents accompagnés d'enfants, de cyclistes qui font leurs courses avec une remorque, etc.

    circuler à vélo,circulation urbaine,circulation,poitiers

     

  • Dernier gadget pour cycliste averti

    Envoyé aux Etats Unis d'Amérique en mission pour un reportage exclusif sur l'usage de la bicyclette dans les transports New Yorkais et n’ayant rien à me mettre sous la dent (voir note précédente) je me suis dit que je n'allais quand même pas rentrer bredouille et qu'il me fallait au moins justifier la note de frais à présenter à Mme Vocivelo, aussi me suis-je mis en quête des dernières nouveautés disponibles outre-Atlantique.

    Et je pense avoir trouvé ce qui va révolutionner nos déplacements quotidiens dans les semaines à venir: la caméra de vélo.

    Caméra de vélo.JPG

     

    C'est simple, vous installez les deux trucs, un derrière sous la selle, et un devant sur le guidon et vous voilà parés pour affronter les pires conditions de circulation. Avec un peu de bidouillages, on doit bien même pouvoir enregistrer ce qui se passe dans votre dos et le restituer à la demande pour relever les plaques des chauffards qui vous serrent de trop près les fesses (c'est le cas de le dire). Bref, l'arme absolue contre le crime organisé par certains automobilistes à l'encontre des cyclistes.

    Et en plus, quand il fait nuit, des LEDs rouges clignotent sur la caméra arrière. Il ne va pas être beau votre vélo demain ?

    J'ai plus qu'à demander une rallonge de 200 $US sur mes frais et je rentre avec en fin de semaine pour vous faire un essai grandeur nature et un rapport circonstancié.

    A suivre donc (si j’obtiens l’accord et la rallonge escomptée).

    A quand une caméra siglée « Vocivelo » ?

  • Un petit bonjour de New York

    Monsieur Vocivelo est en mission d'etude des deplacements a velo dans la ville de New York. Le probleme c'est qu'on est dimanche et qu'il n'y a que tres peu de cyclistes utiles a NY le dimanche. Je n'ai plus qu'a rentrer a la maison!

    bises a tous

  • Les chiffres qui font peur.

     

    Chiffres route 2013.png


    Ces chiffres font peur :

    C’est près du tiers de la population de Poitiers qui se retrouve 6 pieds sous terre tous les ans à cause de la route

    Mais c’est aussi près de 3 fois la population de Poitiers qui se retrouve gravement endommagée dans un hôpital quelque part en Europe.

    En tout c’est 280 000 personnes dont la vie a basculé de façon brutale en 2012 en Europe à cause de la route. La voiture source de liberté et de développement économique ?

    Et nous sommes tous ou pouvons tous devenir responsable de ce massacre à chaque fois que nous prenons notre voiture. Ne l’oublions pas.

  • Recherche cycliste conducteur d'une SAAB 9000 grise sur Poitiers

     

    Si quelqu’un sur Poitiers qui lit ce blog connait le conducteur d’une SAAB 9000 de couleur grise et qui semble un fervent cycliste, pourrait-il, en mon nom lui transmettre ces deux messages :

    1 - Non ce n’est pas parce que vous faites plus de vélo que moi, que vous avez le droit de mettre ma vie en danger en me doublant à moins de 20 cm en agglomération.

    2 - Et non, ce n’est pas parce que je ne suis pas flic que je ne vais pas défendre ma peau contre les voitures qui me la mettent en danger.

    Quelques explications pour éclairer la lanterne de ceux qui n’auraient pas assisté à la scène : ce Monsieur au volant donc de sa SAAB 9000 s’est permis (au mépris de l’article R 414-4 du code de la route) de me doubler mardi matin peu avant 8 h sur le Boulevard Sous Blossac à Poitiers en ne laissant pas plus de 20 cm entre son véhicule et mon vélo.

    Quelques mètres plus loin je le retrouvais au feu et lui fit part de mon indignation, et c’est alors qu’il me répondit « Je fais plus de vélo que vous, donc je sais ce que je fais », puis deuxième argument « Vous êtes flic ? Non alors pourquoi vous râlez ?».

    J’aimerais juste qu’il m’expliqua en quoi ces arguments l’autorisent à mettre ma vie en danger. Qu’il ne respecte pas le code de la route, c’est son problème. En faisant cela qu’il joue avec la vie des autres, et ça devient MON problème.

    PS : je souhaiterais aussi comparer les distances annuelles parcourues par l’un et l’autre même si moi je n’en fais pas un argument de supériorité depuis le siège de ma voiture.

    Bien à vous.

    Monsieur Vocivelo.

  • Décidemment, ça bouge à Poitiers

     

    Oui nous sommes le 1er avril mais non, ce ne sont pas des blagues, les choses vélocipédiques bougent sur Poitiers :parking hôtel de ville.JPG

    Il y a quelques jours nous avons vu arriver un magnifique rack porte vélo au parking rénové de Carnot.

    Juste quelques points noirs :

    • Un vélo avec freins à disque ne peut pas y rentrer sous peine d’endommager les disques
    •  Un guidon large ne rentre pas dans les emplacements du bas avec la roue avant surélevée (un emplacement sur deux).

    Et mettre son vélo à l’étage est un jeu d’enfant (bien que Mme Vocivélo n’ait pas encore testé et approuvé la maniabilité de l’engin).

    Merci à Hervé pour la photo. Notez que le vélo ne reste pas comme sur la photo mais que le rail se relève avec (presque) le petit doigt et coulisse dans son emplacement.

    Parking sécurisé gare avril 2013.JPG

    A la gare c’est une dizaine d’arceaux qui ont été montées dans une zone grillagée et fermant à clé de la gare routière. Vu l’installation, je ne suis pas sûr que ce soit mis à disposition du public et donc c’est encore à confirmer.

     

    1er atelier Petit Plateau.JPGEnfin, évènement d’ampleur quasi nationale, l’Atelier du Petit Plateau a tenu son premier atelier vélo ce lundi 1er avril. Une participation record (4 adhérents et 1 apprenti-réparateur), 4 vélos remis à peu près en état, en tous cas c’est parti. Toutes les infos sur le site du Petit Plateau. Et si vous avez des vélos dont vous ne savez que faire, pensez à eux !

  • ENFIN !

     

    Ce n’est pas trop tôt puisqu’ il aura fallu plus de 4 ans pour que la ville de Poitiers commence à mettre en œuvre la loi de Juillet 2008, instaurant les contre-sens cyclables pour les vélos en zone 30. Il est vrai que cette loi ne demandait qu’une mise en application pour juillet 2010. Ce qui fait quand même plus de 2 ans de retard.

    Mais bon, réjouissons-nous, le cœur de Poitiers voit fleurir ce petit panneau sympathique sous ses sens interdits.

    P2150048.JPG

    Ici dans la rue Arsène Orillard

    Reste maintenant à finaliser l’installation de ces panonceaux et aussi leur contrepartie à l’entrée des rues concernées,

     

    Panneau C24.jpgle panneau dit C24, pour avertir les automobilistes de la présence de cyclistes en contre sens. Et là ce n’est pas encore gagné puisque les quelques contre sens que j’ai eu le plaisir d’emprunter n’avaient pas (pas encore ?) cet avertissement ce qui fait que les automobilistes croisés considèrent les vélos qu’ils voient arriver en face d’eux comme étant en infraction et ne se privent pas de le faire savoir !

    Gageons que ce n’est qu’une affaire de jours et que peu à peu cette façon de partager la rue soit rapidement acceptée par tous. Aux cyclistes aussi de se faire entendre et montrer qu’ils ont des droits (et là il y a généralement l’automobiliste du fond de la salle qi crie « Et des devoirs ») donc oui, sans oublier leurs devoirs.

  • Mosaïque

    Sud de l'Angleterre, voyage à vélo : le long de la Mer une mosaïque originale.

     

    brighton, voyage vélo

    coeur

  • Naissance d'un livre

    Lorsqu'on est bibliothécaire, on lit toute la journée, c'est bien connu. On passe aussi un temps fou à classer les livres, à les ranger et à faire les gros yeux à tous ceux qui osent abimer les livres (corner les pages, poser un livre à l'envers, tirer un livre par la coiffe ou pire commenter au stylo bille les passages d'un livre).

    Bref, après une journée bien remplie à la BU, comme j'ai beaucoup lu, j'ai encore plein d'énergie. Je m'étais donc laissée convaincre de donner un coup de main à l'association Cyclo-Camping International (une association d'un millier d'adhérents tournant constamment à vélo sur toutes les routes du monde). Du moment où j'ai murmuré "Si vous voulez quelqu'un pour coordonner", je me suis retrouvée aussitôt coordinatrice générale d'un projet pharaonique dont je ne savais plus très bien où étaient les limites et avec une contrainte de taille : comment coincer un cyclovoyageur quelques heures pour lui faire écrire un article sur son expérience du voyage à vélo avant qu'il ne s'échappe vers un autre voyage ?

    Pourquoi rééditer le manuel, le MVV (nom de code pour Manuel du voyage à vélo), demandent certains... ? et bien, parce que Joseph le souhaitait... il pensait que le manuel édité en 2008 ne répondait plus exactement aux questions que pouvaient se poser les candidats au voyage à vélo. Il fallait informer sur les nouveaux vélos (couchés, pliants, tandem mixte, tricycle), sur le matériel qui évolue sans cesse (GPS, tablettes, matériel de camping), sur les conditions du voyage et tout ce qui permet de réussir un voyage à vélo au XXIe siècle ! Joseph n'est plus là mais nous lui avions promis que le MVV sortirait en 2013.

    C'est donc avec un grand plaisir que je peux annoncer la sortie du Manuel du voyage à vélo par l'Association Cyclo-Camping International. Ce manuel a mobilisé des rédacteurs, des coordinateurs, une dessinatrice, une graphiste, des photographes, des relecteurs, une secrétaire de rédaction, un bibliophile, une coordinatrice générale (c'est moi), des conjoints adorables qui n'ont jamais jeté l'éponge.

    On n'a pas compté les heures de travail, les conférences téléphoniques, les week-ends de coordination en Poitou-Charentes et en Aquitaine... mais on est tellement content qu'on a arrosé ça le week-end dernier comme il se doit.

    Une mention spéciale à flblb, l'éditeur poitevin au nom imprononçable, qui a réalisé la maquette et avec qui nous avons eu vraiment beaucoup de plaisir à travailler.

     manuel du voyage à vélo 2013

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Bref, dépêchez-vous de l'acheter. On ne voudrait pas vous faire peur, mais il n'y en aura peut-être pas pour tout le monde. Et puis, tant qu'à en faire venir un exemplaire dans votre région, achetez-en deux car vous aurez certainement envie de l'offrir à quelqu'un.

    Tous les renseignements (le prix, les frais de port, le sommaire et quelques extraits) sont sur le site de CCI, le site des voyageurs à vélo